navigation

Pluie 31 juillet, 2008

Posté par hiram3330 dans : Billevesees & coquecigrues , trackback

Pluie

 

Les nuages roulent, se bousculent, se heurtent avec violence et déclenchent des rafales de pluie, de grêle, en d’assourdissant grondements de tonnerre qui suivent les déchirements des zébrures des éclairs pleins de colère.

L’eau du ciel ruisselle, noie la vue, inonde le sol, détrempe la nature, brouille l’éther …. L’eau du ciel brouille tout, dissimule le réel en étant elle-même un réel, elle rince les scories, elle dissout les sels, elle ôte la poussière …. L’eau du ciel transporte d’ici à là les éclats de cendres, laisse des traces brunes comme du sang séché, délavé plus que  lavé.

Étrange tout de même cette eau qui cache tout, qui efface tout, qui dégouline partout et que pourtant je ne sens pas sur ma peau …. Et pourtant ma vue est brouillée, le trouble paysage m’apparait vacillant. Et pourtant je sens bien l’humidité sur mon visage.

Dichotomie … peut être ?

Tout de même je perçois nettement le ciel qui s’épanche sur moi, je ne suis pas dans un rêve, ni même dans un cauchemar …. je sens l’humidité !

Sur mes joues elles coulent ces gouttes venues du ciel, elle suivent les rides apparues ces temps derniers, mais bizarrement ces gouttes sont salées .. salées comme les vagues d’un océan qui va et vient d’équinoxe en équinoxe …

Salées, oui .. qui même brûlent un peu les yeux, qui rougissent sous l’agression, l’eau du ciel serait-elle acide ?

L’eau du ciel ravine tout, réduit tout, roule tout …. et pourtant celle que je sens, que je goûte sur mes lèvres semble glisser, sans violence, mais sans arrêt ….

Le ciel est noir, le ciel est gris, le ciel est déchaîné, le ciel est fouetté d’éclairs rugissant, le ciel est au dessus de ma tête, il fait nuit, il fait jour, j’en sais rien les yeux me cuisent, je vois rien, je vois tout, je vois sans voir comme un aveugle.

Toute cette eau m’étouffe comme des sanglots qui ne pourraient jaillir, toute cette eau salée m’empêche de respirer, m’empêche de réfléchir, m’empêche de voir à l’intérieur de moi … toute cette eau suinte et s’écoule sans cesse, sans bruit.

L’eau du ciel ne veut s’évaporer, ne veut me laisser tranquille …. cette eau colle à mon visage et va se perdre dans mon cou, se glisser jusqu’à mon coeur qui pleure … car le ciel au dessus de moi est sec, tari, et l’eau du ciel coule de mes yeux ..

Chris

juin 6008

 

pluieb.jpg

Commentaires»

pas encore de commentaires

Laisser un commentaire

Aldaria Final |
A demi -mot |
DES LETTRES ET DES MOTS |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Aimé Comoé
| Les Poétiques Littérales
| Red Spirit