navigation

Le regard dans la perception 31 juillet, 2008

Posté par hiram3330 dans : Apports , ajouter un commentaire

Le regard dans la perception

 

regardgw.jpg

J’ai observé même souvent fixé les regards; des bruns, noisettes, sombres, verts olive, marrons dit cochons, ou bleus profonds…

Si les teintes me subjuguent, c’est moi dans leur message que je me plonge.

 

Car si nous devions évoquer la rareté, l’exceptionnelle beauté au sens visuel, je n’écrirai pas, je dessinerai, je suis sensible à la courbe des yeux, le regard rond de l’enfant surprit, comme de la belle qui sourit et du charmeur qui séduit, la vierge qui fuit, tous sont souvent très beaux, si la fraîcheur se perd dans le temps, la beauté évolue au présent…

Si je me suis parfois laissée endormir, par des mots ou de très belles expressions les yeux eux, m’ont rarement menti sur les plus profondes intentions.

D’ailleurs j’avoue que ce mode de communication, s’il ne me rend pas toujours tâche facile est pour moi un élément majeur dans la communication avec mes proches.

Mes enfants peuvent se taire mais quand le regard se détourne du mien, il est force de penser que quelque chose m’est dissimulé, donc je creuse jusqu’à la recherche de ce qui finalement les soulage d’avouer.

Les surprises, oh quel régal, quand six petits yeux brillants, petits et grands, s’approchent de moi s’obligeant à patienter pour mieux savourer l’instant de joie d’offrir.

La tristesse ou le sentiment de profonde solitude dans une douleur, une réflexion dont on ne trouve pas l’issu, paupière alors mi-blessée, l’être cherche en lui les solutions au désarroi, parfois les sourcils douloureusement froncés.

Grande compagne du regard, « la larme », chaude, grosse, perlée, ou asséchée de n’avoir trop pleurée, elle est compagne de vie, d’oubli, gaîté, souhaité, vécue ou attendu, de peur, douleur,ou de douceur, elle vit là en tous désirs ou de souhaits d’accalmie, ou même crainte du subit.

Le désir et la passion de regard le feu qui l’envahit si on sait l’observer, est très vite perceptible, d’ailleurs heureusement que comme toute réflexion on ne répond pas toujours à ces appels là.

Le choc, entendre voir, ou percevoir un évènement qui nous choque, ce sont les yeux grands ouverts d’étonnement que nous accueillons la notion, presque exorbités, les couleurs se font presque discrètes dans le globe blanc.

Le blanc des yeux…. Se regarder dans le blanc des yeux, une expression qui exprime souvent le fait de tourner en rond, encore une bien étrange expression; parfois je parle avec mon interlocuteur, au restaurant et mon regard s’évade autour de nous et là se trouve toujours un couple aux regards mi- baissés, dont les lèvres jamais n’évoluent si ce n’est pour manger, je me dis qu’un couple qui ne parvient plus à ce regarder dans les yeux, sont souvent des individus qui se fuient, le gong d’une fin d’un chemin dont ils n’auront sans doute jamais l’intention de diviser par habitudes bien ancrés, mais leur choix reste le leur, mais c’est vrai que les regards mente rarement alors pour ne plus se faire mal on l’évite.

Le regard ironique, c’est celui, qui me révulse avec son copain moqueur, il est si simple de faire mal du regard.

Je reconnais que l’ironie est parfois un outil pour moi pour modérer un propos que celui d’en fasse ne met pas longtemps à interpréter, d’ailleurs celui là permet d’instaurer certains propos exagéré sans avoir à intervenir verbalement.

Le regard pour moi est une phrase toujours en réserve que je ne pourrai exprimer librement, parfois au risque de choquer.

On m’a parfois reproché de ne savoir détacher le regard humain de celui de la commerciale, certes, mais détacher l’un de l’autre est déjà pour moi se renier en parti au détriment de mots posés sur une chèque.

 

Suivre des regards, c’est anticiper des intentions, et parfois maîtriser des pulsions.

Quand quelqu’un me demande un avis, mais que je sais qu’il ne pourra pas le réceptionner sereinement mes mots, s’ils étaient clairement exprimer, alors mon regard parle, parfois tout haut, parfois tout bas parfois voilé, comme mes mots parfois estompés, mais parfois aussi grossièrement posés parce que les mots seraient inexprimables, mais il est …, se veut sincère… comme ma rhétorique, il fait parti de mon être, donc si chacun veut s’en donner la peine, il en verra ou percevra, l’essentiel de ce qu’il en à puiser, viser ou attirer….

Ne dit-on pas que le regard est le reflet de l’âme ?

11 mai 2008

http://gwemaline.unblog.fr

Gwemaline…

regardgwen.jpg

 

Ton Regard

Posté par hiram3330 dans : Billevesees & coquecigrues , 1 commentaire

Ton Regard

 

La pénombre règne dans cet endroit sans lieux où je suis, attentif, essayant de percer cette ombre qui me cerne et m’enserre un peu.

Un peu éloigné, semble-t-il, une vague lueur, un point plus clair paraît naître, comme la nuit dans la voûte étoilée surgit Vénus parfois.

Cette lueur lointaine est proche, malicieuse, rieuse, voire taquine ….. et là elle double, se dédouble, se multiplie …. Ton regard me fixe et me réchauffe.

Deux petits soleils dispersent, pour moi, les ténèbres avec la douceur des paillettes qui ornent tes pupilles si mystérieuses de paroles muettes …

Puissance du Regard, qui perce le mien et montre son âme en même temps .. magnétisme de ces couleurs qui muent avec finesse allant du sombre au plus clair, tel l’humeur qu’elles charrient .. telles tes pensées qu’elles portent vers mon coeur que je ne savais pas là .. aussi.

Une fenêtre, double, vient une fois encore de s’ouvrir à moi par ce Regard tour à tour léger et profond, serein et vif, porteur d’une myriade de sentiments d’une délicatesse qui m’enchante et m’enivre tout autant …

J’en suis toujours étonné, j’en suis toujours surpris, j’en suis toujours troublé … que de me mirer dans ce double lac coloré ourlé du scintillement pétillant de ton expression si vraie, si profonde, si vertigineuse.

Cette luminosité délicate, comme une voie lactée d’été, me parle bien plus que les sons qui vont et viennent indépendant .. cet éclairage m’attire, me séduit, m’hypnotise presque tant son rayonnement traverse mon être, pour le fouiller jusqu’au plus profond.

Regard … mot si simple qui dissimule pourtant la riche complexité de ta vitalité sincère, j’espère, car se noyer dans ce double foyer peut être aussi douleur quelquefois ..

Encore et encore j’aime à y plonger, j’aime à en deviner le sens, j’aime à y percevoir les plus infimes variations qui me renvoient mes propres pensées comme un miroir .. intensité de l’échange, intensité du partage, intensité même de la fusion …. sensation hors du commun.

Etrange fascination qui est mienne quand tes paupières dévoilent le flux, l’influx de ton intimité où traversent tant et tant de sentiments que je déguste à saisir au vol et au passage, à caresser de mon propre regard qui se reflète dans le tien ..

Oui, le silence des mots n’est pas absence de communication .. mais trésor rare où l’on découvre, avec ravissement, qu’être muet est assourdissant de ce partage direct, qu’être muet c’est parler mieux, plus juste, qu’être muet c’est aussi avoir peur encore de mal interpréter .. mais les mots eux aussi sont trompeurs parfois …

Alors, pourquoi vouloir plus, pour vouloir autrement, pourquoi vouloir .. si l’on arrive à décrypter l’arc en ciel qui jaillit, comme un feu d’artifice, de ce Regard qui m’émeut tant par la découverte de ton monde où mon reflet … sourit.

mai 6008

Chris

 

eyeofhorus1.gif eyeofhorus2.gif

Escale

Posté par hiram3330 dans : Apports , ajouter un commentaire

Escale

 

Quand tu t’es approché de moi, soudain, le temps a suspendu son envol et plus rien n’existait autour de moi que ta présence.
Je ne pouvais plus ni parler ni respirer.
J’étais comme paralysée , figée.
Puis, je ne sais comment cela est arrivé, tu as penché la tête vers moi, ton front a effleuré mon front, ton nez a caressé mon nez, tout en sensualité.
Tes lèvres murmuraient « chut » « ne dis rien » « chut ».
Alors je me suis laissée, confiante, envelopper de ta présence, de ton aura, de tes bras.
Quand tes lèvres ont cherché les miennes , je te les ai offertes.
Jamais je n’oublierai cela.
Nos mains qui se joignent, spontanément.
Nos sourires qui se répondent, heureux.
Nos yeux qui se cherchent, avec intensité.
Nos pas qui hésitent sur le chemin à prendre, car il n’y avait plus de chemin à parcourir. Le seul chemin qui existât était celui qui m’avait conduite à toi, qui t’avait conduit à moi.
Alors, tout fut plus beau, plus pur, et mon cœur entonna un hymne à l’amour.
Je chantonnais sans retenue, comme une enfant qui n’était plus perdue.
Pourtant, je savais que cela serait aussi éphémère que l’éclosion d’une fleur. Mais la fleur éclôt quand même, même pour un jour, même pour une heure.
Mon ange-gardien m’a amenée vers toi, pourquoi?
Sûrement pour me remettre en mémoire ce qu’est véritablement le sentiment amoureux, ce à quoi il ressemble, ce qu’il provoque dans les cœurs.
Alors, aujourd’hui même si nos chemins ne se croisent plus jamais, j’aurai ce doux secret au fond du cœur et désormais, je ne saurais plus me contenter de faux-semblants, de pâles imitations ou de lot de consolation.
Je te rends à ta vie, à ton amour, à ton présent et à ton avenir, toutes choses qui te sont précieuses et n’appartiennent qu’à toi seul.
Moi, je vais me mettre en quête d’un autre TOI juste pour MOI.

Framboise de Chartres – mai 2008

philgodinvoileaubaiser.jpg

L’ange ..

Posté par hiram3330 dans : Billevesees & coquecigrues , ajouter un commentaire

L’ange ..

 

Et oui, comme vous tous je possède un « ange gardien », ne faites pas l’innocent vous le savez pertinemment même si vous en refusez l’idée .. Alors, pas de tabou, on va en causer, de manière cool, zen et sereine ….

Bon un ange gardien, ça ne veut pas obligatoirement faire référence à une « religion » précise, à une « religion tout court », en fait le terme reste l’expression commune que tout le monde, quasiment, comprend en nos sociétés judéo-chrétiennes.

Ceux d’entres vous qui avez une « culture psy » pourrez y faire référence .. le moi, le surmoi, le sous-moi, l’inconscient, le subconscient, et j’en passe car moi je n’ai pas cette « culture », et j’avoue qu’elle me dépasse un peu (heu beaucoup) et que dans le fond ….

Ces quelques minces balises posées, je vais entamer mon propos, ne soyez pas si impatient vous risquez (si c’est un risque ?) d’être déçu ..

L’ange gardien. Si mes souvenirs sont exacts un ange est un être asexué …. voyez-vous ça, pour moi c’est la première difficulté .. En effet, ni mâle, ni femelle cet être n’est pas non plus androgyne …. ce qui, convenez en avec moi, laisse perplexe ..

Si cet ange me parle .. avec la voix, de manière sonore disons, que vais-je ouïr ? Une voix virile, une voix féminine, une voix de castra, une voix éraillée, enfin peu importe je vais me faire une idée sexué d’un être à priori immatériel, et donc je risque de projeter inconsciemment un tas de choses personnelles sur ce qu’il pourrait être amené à me divulguer … Je risque de fausser ainsi, de brouiller tout au moins, l’éventuel message transmis ..

Je passe outre cette question, à ne pas négliger tout de même.

Considérons le dialogue par télépathie …. oui, ce système non scientifique qui relie l’individu à l’individu sans son et .. (non je l’ai pas dit … mais vous voyez que la télépathie existe ..) par compréhension directe et simultanée, enfin …. on estime que cela fonctionne comme ça dans ce cadre.

Certes je reste moi même septique dans les cas où ce .. système .. ne fonctionne pas pour moi, par contre dans les autres circonstances, et il y en a .. beaucoup, j’y suis très sensible et extrêmement attentif, suis-je donc si versatile ..

Ceci dit progressons un peu dans le sujet .. Ange gardien, gardien de quoi ? De Moi ? Pourquoi donc, ne suis-je point apte à me garder moi même, ou n’y a-t-il pas dans mon entourage physique la possibilité d’avoir un, des gardiens .. Curieux ce terme de « gardien ».

Est-ce mon « double », est-ce le reflet de moi-même, est-ce ma « conscience », est-ce une parcelle de la divinité qui se penche sur moi .. est-ce un preuve de ma schizophrénie latente, bref est-ce une réalité concrète ou psychique ? Peut être même on peut y voir  » l’oeil qui fixait Caïn dans la tombe » …. heu je m’égare non ?

Bref mon ange gardien est une énigme ….

Mais tout comme les enfants, certains d’entre nous peuvent le percevoir .. à leur manière propre bien sûr, et cela est aussi vrai que c’est « irrationnel » pour les autres, et pourtant .. pourtant pourquoi pas ? Ne doit-on pas accepter, si le « libre arbitre » est respecté, les possibilités qui ne sont pas en notre pouvoir à nous …

Je vois d’ici, et d’hier, le froncement de sourcil s’accentuer à cette lecture iconoclaste …. Oui ça perturbe, ça secoue, ça dérange aussi .. mais la réflexion n’est-elle pas un champ libre de dogmes dans la mesure où, bien entendu, elle reste dans le cadre de la liberté individuelle et collective : d’aucun parlerait même de … tolérance … terme peut être inadéquat en la matière.

Peu importe .. qu’y a-t-il de plus important ? Avoir un « ange gardien » de type « virtuel » ou être sous l’influence pernicieuse d’un « gourou », d’un « psy dévoyé », d’un « consultant exalté », d’un » coach coûteux » d’une manière ou d’une autre ?

Passons ….

L’ange gardien est donc là pour certains .. qui apprécient cette présence rassurante, réconfortante, brisant, en apparence, la solitude du « miroir » .. Après tout les textes dit « religieux » foisonnent de ce type de présences invisibles, apportant parfois  » foi, espérance, charité » …. et cet apport est parfois vital ( de « vie ») pour ceux qui souffrent en leur chair, en leur esprit ….

Il n’empêche que ces considérations de « compassion » me laissent quand même rêveur quant au phénomène lui même. Résurgence d’une religiosité implantée dans la jeunesse, besoin d’un interlocuteur externe-interne, nécessité d’une dichotomie de l’individu .. avec les risque inhérents .. et tant d’autres potentialités pouvant être dangereuses et nocives pour l’être.

Rien de bien nouveau dans ces propos quelque peu décousus …. mais dans le fond, si j’avais une perception réellement novatrice, originale, autre en quelque sorte, ne serait-ce point grâce à un « ange gardien » au top ? Apparemment le mien à besoin d’un recyclage .. j’envisage de l’envoyer dans un de ces stages de remise à niveau, de dépoussiérage de l’esprit, de redressement psyco-machin-chose. Avez-vous une adresse à me proposer ?

Chris

mai 6008

angegardien.jpg

Protégé : 5784 – 25 février 2008

Posté par hiram3330 dans : Prives , Saisissez votre mot de passe pour accéder aux commentaires.

Cet article est protégé par un mot de passe. Pour le lire, veuillez saisir votre mot de passe ci-dessous :

Protégé : 5784 – 12 février 2008

Posté par hiram3330 dans : Prives , Saisissez votre mot de passe pour accéder aux commentaires.

Cet article est protégé par un mot de passe. Pour le lire, veuillez saisir votre mot de passe ci-dessous :

Rencontre 30 juillet, 2008

Posté par hiram3330 dans : Apports , ajouter un commentaire

Rien que pour toi Christian,


Un jour, le jour destiné,

Nous nous sommes croisés

nous nous sommes lu,

Nous nous sommes reconnus.

J’avais espéré un frère,

J’ai trouvé une lumière,

Qui me guide dans mes pas,

Qui m’agace certains cas.

Pourquoi les liens se tissent ?

Pourquoi l’étau se visse ?

Pourquoi les gens se voient ?

Pourquoi les gens se croient ?

J’ai compris quelque chose …

Et là c’est nullement une prose …

Quand les choses se posent …

L’ami est devenu ma dose …

Ah toi l’aîné de mes ans.

Ah toi le Frère de mes voeux,

Ah toi l’Homme impatient

Ah toi l’Homme curieux …

Que cette saine tendresse,

Ne sera jamais paresse,

La fraternité ainsi entretenu,

M’a vraiment plus qu’ému


Gwemaline

 

soulsflying.jpg

123456...21

Aldaria Final |
A demi -mot |
DES LETTRES ET DES MOTS |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Aimé Comoé
| Les Poétiques Littérales
| Red Spirit