navigation

Le temps des cerises 30 juillet, 2008

Posté par hiram3330 dans : Digressions , ajouter un commentaire

clementjb.jpg

Paroles: Jean-Baptiste Clément. Musique: Antoine Renard 1867
© Domaine
autres interprètes: Fred Gouin, André Dassary, Suzy Delair, Jean Lumière, Tino Rossi, Yves MontandNana Mouskouri, Colette Renard, Patrick Bruel (2002)
note: En 1871, cette chanson devint l’hymne des insurgés au cours des journées sanglantes de la fin de la Commune. Nana Mouskouri ne chante pas le troisième couplet.
(1955),  

Quand nous chanterons le temps des cerises
Et gai rossignol et merle moqueur
Seront tous en fête
Les belles auront la folie en tête
Et les amoureux du soleil au cœur
Quand nous chanterons le temps des cerises
Sifflera bien mieux le merle moqueur

Mais il est bien court le temps des cerises
Où l’on s’en va deux cueillir en rêvant
Des pendants d’oreilles
Cerises d’amour aux robes pareilles
Tombant sous la feuille en gouttes de sang
Mais il est bien court le temps des cerises
Pendants de corail qu’on cueille en rêvant

Quand vous en serez au temps des cerises
Si vous avez peur des chagrins d’amour
Evitez les belles
Moi qui ne crains pas les peines cruelles
Je ne vivrai pas sans souffrir un jour
Quand vous en serez au temps des cerises
Vous aurez aussi des peines d’amour

J’aimerai toujours le temps des cerises
C’est de ce temps-là que je garde au cœur
Une plaie ouverte
Et Dame Fortune, en m’étant offerte
Ne saura jamais calmer ma douleur
J’aimerai toujours le temps des cerises
Et le souvenir que je garde au cœur

cerises.jpg

A ceux que j’aime … et à ceux qui m’aiment

Posté par hiram3330 dans : Apports , ajouter un commentaire

A ceux que j’aime … et à ceux qui m’aiment

 

 

Quand je ne serai plus là, relâchez-moi,

laissez moi partir,

j’ai tellement de choses à faire et à voir.

Ne pleurez pas en pensant à moi,

soyez reconnaissants pour les belles années.

Je vous ai donné mon Amour,

vous pouvez seulement deviner le bonheur que vous m’avez apporté.

Je vous remercie de l’amour de chacun que vous m’avez démontré.

Maintenant il est temps de voyager seul.

Pour un court moment, vous pouvez avoir de la peine.

La confiance vous apportera réconfort et consolation.

Nous serons séparés pour quelque temps.

Laissez les souvenirs apaiser votre douleur ;

je ne suis pas loin, et la vie continue …

Si vous en avez besoin, appelez-moi et je viendrai :

même si vous ne pouvez me voir ou me toucher, je serai là ;

et si vous écoutez mon coeur, vous éprouverez clairement

la douceur de l’amour que j’apporterai.

Et quand il sera temps pour vous de partir,

je serai là pour vous accueillir,

absent de mon corps, présent avec dieu.

N’allez pas sur ma tombe pour pleurer :

je ne suis pas là, je ne dors pas.

Je suis les milles vents qui soufflent ;

je suis le scintillement des cristaux de neige ;

je suis la lumière qui traverse les champs de blé ;

je suis la douce pluie d’automne ;

je suis l’éveil des oiseaux dans le calme du matin ;

je suis l’étoile qui brille la nuit.

N’allez pas sur ma tombe pour pleurer …

Je ne suis pas là …

Je ne suis pas mort …

(prière indienne)

couchesoleil.jpg

Et les gants ..

Posté par hiram3330 dans : Billevesees & coquecigrues , ajouter un commentaire

Et les gants ..

 

Monsieur le Procureur, Mesdames, Messieurs. C’est bien haut que je clame mon innocence et c’est la pure vérité !

Aujourd’hui on me reproche la mort brutale de ma quatrième femme, avec comme unique preuve une paire de gants trouvée sur les lieux du crime et qui, dites-vous, serait mienne.

C’est faux ! Je le jure sur cette bible. De plus on me fait le grief d’avoir perdu mes trois premières épouses alors que, regardez le dossier, j’ai été acquitté à chaque fois !

Voyons, soyons un peu sérieux, ce n’est qu’un regrettable accident, une fois de plus, et ces gants ne sont pas à moi .. je le rappelle avec vigueur !

Ma première femme a fait une chute malencontreuse dans les escaliers, je ne l’ai pas poussé ainsi en a tranché le tribunal.

Ma seconde femme est tombée, par hasard, sur le couteau que j’avais à la main, par hasard aussi. Une fois encore j’ai été acquitté.

Ma troisième femme est morte empoisonnée par des champignons, mais je l’avais prévenu que je n’y connaissais rien .. et de toute manière elle avait horreur des champignons. Là aussi je fus acquitté.

Comme vous pouvez le constater, le malheur me poursuit sans arrêt, et les précédents jurés l’ont reconnu aisément.

Cette fois-ci on trouve ma femme, et son amant, tués à coups de revolver .. des gants traînent par là et on dit que ce sont les miens, alors que c’est entièrement faux ! Et puis je n’étais même pas là, demandez donc à mes témoins habituels.

Aussi cette fois la coupe est pleine ! On me montre du doigt, l’assurance vie renacle et tarde à me payer, les gens m’appellent « barbe bleue », or ma barbe n’est pas bleue vous le voyez nettement !

Ça suffit ! Mon honorabilité est en cause, je ne ferai aucune concession !

Votre Honneur je vous écoute.

Comment, je suis acquitté …. merci votre Honneur et Mesdames, et Messieurs le jurés.

Ah oui, j’allais oublier .. je me marie la semaine prochaine .. je peux reprendre les gants ?

Merci beaucoup et à bientôt.

Chris

gants.jpg

Président !

Posté par hiram3330 dans : Billevesees & coquecigrues , ajouter un commentaire

Président !

 

Et la foule m’acclame, et la foule hurle sa joie et son enthousiasme dans un déferlement d’hystérie collective. Vacarme, cris, fanfares, pétards tout explose quand je m’avance sur la tribune austère. Mes gardes du corps sont nerveux, inquiet devant cette masse monstrueuse, délirante et folle.

Moi, je ne m’en soucis guère, quasiment indifférent, plutôt même écoeuré devant cette marée inconstante comme …

Certes je viens d’être élu par ce peuple, pour améliorer son avenir dans la faible mesure de mes possibilités, mais cette triste mascarade m’ennuie plus qu’autre chose. Ma fonction voudrait que je m’attele immédiatement aux problèmes de l’heure, mais les gens ne comprendraient pas …

Alors je me prête, à regret, à cette dérisoire pantomime de puissance et de pouvoir. Encore heureux que je ne sois pas obligé de porter l’inconfortable costume de fonction !

On m’a nettement fait comprendre que cette journée serait entièrement consacrée à la liesse populaire et désordonnée.

C’est ainsi, déjà, bien que tout puissant je ne suis pas maître de mon avenir, et de mes désirs.

Demain je serai l’homme le plus seul du pays, entouré de conseillers avides ou véreux, et de gorilles envahissants. Je deviens la cible à abattre sans sommation et sans rémission. Désormais la moindre de mes paroles devra-t-être pesée avec soin et attention .. quelle sensation pénible …

Et puis, bien sûr, plus d’amis, ou si peu .. Heureusement qu’il me reste ma femme qui m’a toujours aidé, et soutenu sans défaillance.

Oui, j’en ai fait du chemin et c’est peut être pour cela que j’ai ce goût d’amertume dans la bouche, et plus d’illusion sur les hommes qui s’agitent.

Les micros se tendent vers moi, et une fois encore je dois parler, parler au lieu d’agir ..

Le Verbe est magique et envoûtant pour ces masses compactes emplies d’espoirs.

Un discours, un discours de plus : bonheur .. travail .. progrès …. Rien d’original ni de faux, mais l’action serait bien préférable.

Hélas je ne décide plus vraiment …

Chris 

lyse.jpg

I Muvrini – Quandu sentérà

Posté par hiram3330 dans : Digressions , ajouter un commentaire

 

On peut aussi tester l’ouïe …

 

 

http://vids.myspace.com/index.cfm?fuseaction=vids.individual&videoid=32800907

 

imagesolfege.gif

Président ?

Posté par hiram3330 dans : Billevesees & coquecigrues , ajouter un commentaire

Président ?

 

Déjà deux ans que je suis là .. que de chemin parcouru pour devenir enfin le plus puissant de la nation. Non, je ne suis pas Président, je suis beaucoup mieux : conseiller technique chargé des affaires d’analyse.

Tel est mon titre officiel et modeste.

Le Président est un ami de toujours, fidèle, intime et sûr …. c’est pourquoi il m’a nommé à ce poste. Heureusement pour moi, et pour lui surtout, que nous nous entendons toujours aussi bien .. car aujourd’hui plus rien, ni personne, ne peuvent m’atteindre dans cette place forte.

Je suis le plus puissant.

Assis derrière mon vaste bureau noir, comme une araignée au centre de sa toile, je tisse inlassablement les fils empoisonnés de complots sans nom.

Puissant, oui, mais redouté aussi par ceux qui savent .. mais bien sûr bien peu savent réellement ma force et ma férocité et cela, jusqu’au jour où ils tomberont entre mes griffes.

Les invitations que je lance sont des ordres impératifs que personne n’ose rejeter. Et lorsqu’un « haut personnage » est assis face à moi, sur la vieille chaise bancale, déjà je me délecte de sa peur, de son angoisse. En un sourire doucereux je le glace, et mes paroles apaisantes attisent encore plus son inquiétude .. c’est alors que d’un geste ample, et souple, je jette négligemment le paquet de photocopies et de photos face à lui.

Son visage passe du livide au vert, et son front ruissele de sueur, tandis que ses mains gluantes se tordent de désespoir.

Patiemment j’explique le contenu du dossier, sans haine, d’une ironie polaire, dans un silence à couper à la guillotine.

Ses yeux exorbités me supplient sans que je n’y attache une quelconque importance .. il balbutie, il bafouille face à mon visage soudain fermé de la Raison d’Etat, et de la défense de la République.

Aucune excuse, aucune circonstance atténuante. Il aurait du être pur et dur, tant pis pour lui, c’est déjà trop tard .. la machine implacable est en route sur mes ordres.

Je me replonge alors dans mes dossiers de boue qui s’empilent régulièrement dans mes coffres inviolables.

Mes gardes du corps veillent jalousement sur moi, et ma voiture est blindée .. rien n’est laissé au hasard.

Je suis beaucoup trop puissant, beaucoup trop haï par le monde pourri et putride de la politique et de l’Etat. Tout le monde tremble quand j’apparais brusquement, sans un bruit, par une porte dérobée, chez mon ami le Président.

L’ivresse du pouvoir ne me tourne pas la tête, je reste froid et implacable au service de la Nation. Bien qu’écoeuré souvent, je continue mon travail d’épuration sans trêve .. ça commence à se savoir … Il faudra que je fasse bien attention, un accident est si vite arrivé …. je suis bien placé pour le savoir n’est-ce pas ?

Chaque jour une tête tombe grâce à moi, c’est mon travail, c’est ma passion à moi, moi le plus puissant .. à moi le conseiller technique au rôle modeste et effacé.

Chris

topsecret82619.jpg

Nature ?

Posté par hiram3330 dans : Billevesees & coquecigrues , ajouter un commentaire

Nature ?

 

Homme ! Tu comparais aujourd’hui devant le tribunal divin. Tu vas être jugé, sans haine mais sans faiblesse, pour l’humanité de tes semblables.

Homme tu n’as pas le choix, tu as été choisi au hasard .. assume donc la responsabilité collective de ce monde dont tu te proclame, bien fort, le « maître ».

Nous, Nous avons crée l’eau pure, le ciel limpide et la terre saine.

Nous, Nous avons mis les plantes, indispensables, et les animaux, sans haine.

Certes Nous avons déposé l’homme et la femme ..

Homme qu’as-tu fait de cette planète ? Qu’as-tu donc fait de l’innocence ?

La terre est polluée, l’eau, l’air sont empoisonnés, tes semblables pleurent et meurent par millions .. est-ce une preuve de l’intelligence dont Nous t’avions doté ?

Aujourd’hui, au lieu d’un bonheur simple, tu recherche les paradis artificiels et insipides. Tout n’est qu’alcool, jeux, drogue, orgie, argent, stupre, avidité.

Tu es égoïste, hypocrite et malfaisant !

Homme ! Avons Nous tord ou raison ? Pourquoi ce silence maintenant, alors que tu te soûle sans cesse de paroles creuses et ridicules ?

Oui tu es inventif .. armes, télévision, gadgets .. mais cela sert-il vraiment ?

Tu devrais, tu aurai du chercher le bonheur, l’amour, l’aide et la bienveillance. Montre Nous donc des exemples !

Encore tu te tais et tu trembles de honte, ou plutôt de peur car la honte …

La faim, la peur, la maladie, la guerre t’entourent et tu ne t’en préoccupe même pas, accaparé à ton confort factice et illusoire.

Ton ambition avide guide tes actes inhumains, ton esprit et ton corps sont souillés et tu ris dans ces poubelles que tu as bâti de tes propres mains.

Homme ! Nous jugeons !

Tu es coupable, sans circonstance atténuante .. la sanction sera terrible et impitoyable, comme les actes que tu as commis.

Tu es condamné à vivre comme aujourd’hui dans tes déchets, mais sans l’espoir ..!

Homme ! Disparait de Notre vue que ta seule présence offense !

Chris 

doigtpointe.jpg

1...45678...21

Aldaria Final |
A demi -mot |
DES LETTRES ET DES MOTS |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Aimé Comoé
| Les Poétiques Littérales
| Red Spirit