navigation

Brins de folie 15 février, 2009

Posté par hiram3330 dans : Billevesees & coquecigrues , trackback

Brins de folie

Cette petite expression de trois mot allant d’un pluriel à un singulier est plaisante, je lui trouve même quasiment un air guilleret, peut être la proximité du « mardi gras ».

En tout état de cause « brin » inévitablement fait songer à « fin » , « souple », « vert », tige de plante en est la définition la plus courante, celle qui parle à mon regard de l’imaginaire réel.

« Folie » quand à lui est un concept plus délicat à cerner mais en l’occurrence, ici et maintenant, je le sens plutôt souriant, tel un bouffon de jadis, comme un Arlequin italien, un masqué de Venise, l’ombre d’un loup sur un visage maquillé …

Cette expression donc m’amène et m’entraine comme dans un tourbillon de couleurs et d’odeurs baroques, issues d’un imaginaire des siècles du passé et des rêves de demain.

Presque j’ouïe des musiques étranges, des voix de castrats, des sons d’instruments aux formes bizarres, tels des « concertina »,  une surprenante échappée fantomatique au sein d’une brume lagunaire.

Un tourbillon …

« Doux dingue » jaillit dans mon esprit dans un éclat de rire, une brillance dans l’oeil, un souffle tiède qui m’enveloppe et me réconforte … battements de coeur au rythme d’une cascade de gaité … en un mot comme en plein d’autres la folie, douce, me semble agréable quand elle m’empoigne dans une déferlante de regards rieurs.

Mardi gras .. fin d’un carême, mieux qu’un régime WW fut cette période d’essence chrétienne, du moins d’aucuns peuvent l’espérer .. mais qu’importe le passé, là « brins de folie » naît, croît et s’élance vers l’infini du cosmos de nos pensées sans entraves pour s’épanouir dans cette « folie » qui cerne notre raison d’un carcan de liberté.

J’aime à caresser cet instant sans temps où divague l’esprit dans un bouillonnement de pensées inénarrables car si lointaines de là que je les cueille là bas … en me penchant vers l’azur décoré d’un arc en ciel éblouissant qui s’étale et se répand dans un demi cercle parfait.

Brins de folie …

Décidément ça me plaît bien cette expression un zeste taquine, un zeste provocatrice, un zeste ….. mutine ; comment résister à l’attrait de ces trois mots liés en farandole qui narquoisement me hèlent en chuchotant.

J’apprécie la douceur de ces sons qui nourrissent l’âne que je puis être dans mon imagination goguenarde de tant de rêveries, de mondes incertains, de vies multiples, de vues infinies …

Un brin ..

De Muguet ? Qui sait .. les clochettes blanches sont de rigueur dans la folie douce, celle qui est tendre et sensible à l’humour léger d’un être en pleine quête d’une sagesse iconoclaste ….

De fantaisie ? Qui sait .. mais la fantaisie n’est-elle pas un prémisse potentiel d’une délicate folie naissante, de celles dont on dit en causant de l’atteint : « il est gentillet » …il est « brave » … il est « bravounet » …

Mais un Brin, pas une « larme » ….. ouf !

Il ne manquerait plus que …. alors que la folie à dose homéopathique, saupoudrée d’un nuage de tendresse sereine, ne peut être, et n’est qu’un aspect parodique et moqueur de tant de ….. n’est-il pas vrai ?

Un brin de folie …

Un … oui faut pas abuser des bonnes choses, enfin il paraît, et là je dois reconnaître qu’un abus pourrait être source d’en … d’enquiquinements sans noms et sans nombres … et puis un brin ça va, plus … bonjour les dégâts c’est bien connu !!!

D’autant que plus d’un brin va vite devenir une brassée, un bouquet et un bouquet de brins c’est pas banal, ça frise même la bizarrerie étrange qui peut mener dans une chambre capitonnée …. alors foin de brins, restons sagement pour l’unicité de la chose …après tout l’unicité fait la rareté, la rareté la valeur, la valeur n’attendant pas le nombre des années, je peux en profiter de suite !

Un beau brin … et non un beau brun !

Je sais ….faut pas mélanger les genres ….. mais lorsque l’on est atteint « d’un grain », suite logique « du brin » comment échapper à la fatalité de la continuité ? D’autant que je ne crois pas au hasard.

Comme quoi partir d’un brin pour en arriver au grain, la dérive est aisée, la pente pentue et la glissade rapide, pire qu’une luge au flanc de l’Evereste, c’est pas peu dire ….

Un brin de folie …

J’aime cette expression suave, dont la sensation sucrée et liquoreuse, pour moi, m’enivre d’images bariolées et abracadabrantes aux flagrances poivrées halant mes songes et mes chimères vers l’horizon qui s’éloigne.

Mais ce « brin de folie » me fascine en reliant la terre où reposent mes pieds à la voûte étoilée où se prélassent  mes pensées …

Chris

février 6009

 

sagesseetfolier1.jpg

 

 

Commentaires»

  1. Et pourquoi pas un brin de poésie?

    Répondre

  2. J’aime

    Répondre

Laisser un commentaire

Aldaria Final |
A demi -mot |
DES LETTRES ET DES MOTS |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Aimé Comoé
| Les Poétiques Littérales
| Red Spirit