navigation

Auvergne 5 avril, 2009

Posté par hiram3330 dans : Billevesees & coquecigrues , trackback

Auvergne

blasondelauvergnesvg.png

Région montagneuse du massif central, vieille zone de volcans « éteints » pour l’instant, c’est une terre riche d’histoire(s) et centrale du pays devenu « France » ; le coeur, un peu abrasé, où naquit un des ruisseaux de l’histoire devenue nationale.

Région rugueuse parfois, mais riche derrière son apparence austère, d’une richesse un peu avare de se mettre en évidence … il faut découvrir, pierre après pierre …. champs après champs ….. monument après monument ……. individu après individu.

Région âpre comme peut l’être la lave ancienne refroidie, comme quelques fois le caractère de l’autochtone à l’image symbolique si fausse, à l’instar de ceux d’ailleurs ….  ainsi que les contreforts de ce massif usé de vieillesse.

L’hiver y est froid paraît-il … mais l’hiver n’est-il pas froid par définition ? Alors peu nous chaut la température de cette zone où le ventre de la terre s’est répandu naguère dans des coulées brûlantes et dévastatrices, avant de devenir engrais source de vie. Telle est la nature, comme l’homme, les facettes semblent s’opposer à l’extrême alors qu’elles sont justes, juste la perception d’un instant …

Centre géographique de frontières mouvantes, altitude modérée face aux jeunettes du sud et de l’est, ce massif ou se blottit l’Auvergne reste un paysage varié, sauvage et civilisé, industrialisé et désertique, où peuvent se côtoyer de loin villes et hameaux dissimulés, où l’individu camoufle, impassible, la riche de son coeur.

Pays de rencontres, comme tous centres, le choc  des langues et des cultures diverses fait jaillir des laves de nouveautés mêlées comme des coulées de passé scintillant ;  oc et oil se sont affrontés jadis, agriculture et industrie se marient aujourd’hui, tourisme et gîtes ruraux se complètent maintenant.

Tradition et modernité sont désormais complices, discrets, on peut même y trouver des « maître d’hôtel » du sexe « faible » en cette contrée centrale où se nouent, sans brutalité, les expériences d’un devenir sobre.

Vaste espace vallonné, montagneux aux vallées encaissées, berceau des Arvernes, et de la victoire de Vercingétorix sur César à Gergovie, du Puy-en-Velay, de la Haute Loire qui sut, avec humilité et discrétion, sauver tant de réfugiés de la barbarie nazi et résister avec son mutisme entêté ….

La chanson de Brassens a bien montré la nature de l’auvergnat qui sans façon …. dissolvant l’image de « l’harpagon » et du charbonnier, du « bistroquet » aussi ….

L’histoire de cette guerre dite « deuxième mondiale », de l’occupation de la France coupée d’abord, écrasée entière ensuite, a montré Vichy, ville d’eaux, capitale involontaire d’une collaboration infâme, mais aussi haut lieu de la résistance opiniâtre à la sauvagerie inhumaine de l’époque où le noir et les éclairs runiques broyaient l’humanité et l’humain.

Pays sinon secret, du moins discret qui ne s’en laisse pas compter, ni conter .. sa propre histoire est si riche, comme jadis étaient si pauvres les « bougnats », comme d’autres partout ailleurs …. ni plus, ni moins …. mais dans ces paysages découpés, où le vent sait taquiner l’homme et la bête,  la parole était rare.

Il fallait l’exil à la capitale pour que l’auvergnat fut perçu comme tel, avec ses métiers, avec sa solidarité sans faille, avec la rudesse de son mutisme, avec son chapeau .. bref qu’il fut perçu comme tous les autres avec ses spécificités enrichissantes pour l’autrui qui se moquait, trop souvent avec bêtise, comme un homme quoi. 

Aujourd’hui restent les clichés plus que les réalités, reste l’enclavage encore malgré la cicatrice de béton encore récente, reste une imagerie populaire, dissimulant l’apport rêche de qualités méconnues.

Aujourd’hui restent Vulcania la scientifique, les pneumatiques .. en crise eux aussi, l’eau de source, les stations thermales, les fromages bleus, mais surtout une population agrippée à son terroir.

Aujourd’hui restent aussi des découvertes en devenir en cette zone où les forges de la terres s’exprimèrent avant que l’être humain n’apprivoise sa peur, et l’environnement de ce massif central …

Chris

avril 6009

 

volcanpuydedome.jpg

Commentaires»

pas encore de commentaires

Laisser un commentaire

Aldaria Final |
A demi -mot |
DES LETTRES ET DES MOTS |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Aimé Comoé
| Les Poétiques Littérales
| Red Spirit