navigation

Samedi 23 mai, 2009

Posté par hiram3330 dans : Billevesees & coquecigrues , trackback

Samedi.

Nous y voilà, c’est le sabbat pour les juifs, l’assemblée nocturne de sorcières pour d’autres, un jour associé à Saturne … en alchimie Saturne symbolise le plomb … et il y a de quoi. Père de Jupiter, il avait l’habitude de dévorer ses enfants, pratique pour éviter de chercher une crèche non ?

Cronos pour les grecs, gestionnaire du temps, de l’agriculture accessoirement il vient en fin de semaine …. là encore est-ce le der ou l’avant der ? En tout état de cause le sabbat reste un point d’ancrage de cette journée.

Cette énorme planète n’est pas ronde .. et comporte des anneaux visibles par leur luminosité … qui sont des zones de chaos surprenantes à celui qui voit les photos figés de ces bracelets lointains. Saturne est gazeuse en grande partie comme certaines eaux qu’il t’arrive de boire. Notre planète bleue est bien rikiki face à ce mastodonte qui pourrait, tel sa représentation mythologique nous dévorer …

Samedi.

Ça me dit bien des éclats du passé, temps joyeux où en famille nous faisions les courses sans courir, d’un étal à un marché de plein air ou l’achat, modeste, dissimulait une balade économique …. la rencontre de voisins lointains, les discutions plaisantes et décontractées, les rencontres insolites, les vendeurs « à la criée », les vendeurs « furtifs » toujours inquiets .. tout un monde bariolé, empreint d’odeurs variées.

Samedi.

Samedi « noir », il existe aussi … comment tu ne vois pas ? Voyons … le premier samedi des vacances scolaires .. enfin avant la crise bien sûr, mais ce jour là le bison il est pas futé et le réseau d’autoroute pue le diesel et l’essence carbonisés, noir c’est noir sur le bitume, et les klaxon mugissent comme les « farouches soldats ». Les aires d’autoroute sont bigarrées d’une foultitude d’accent inénarrables et de langues étranges venues d’ailleurs. Belle transhumance que voilà sous  le soleil de plomb (clin d’oeil à Saturne), les nerfs en pelote, l’air hagard (ni SNCF, ni hoggar, ni qui plus est « haut gard »), la multitude se répand comme un sirop adipeux sur la chaussée cernée de maréchaussée.

Samedi.

Samedi saint, veille de pâques, grâce à l’église catholique apostolique et romaine c’est un jour serein, et même canari, car les cloches (vi, vi les cloches, t’as pas un miroir sous la main ..) doivent se taire toute la journée !!! Oui je te confirme « Toute la Journée » !!! Un miracle ça, un vrai de vrai estampillé y compris par l’alliance judéo-chrétienne et laïque !!! Jour faste n’est-il pas ? Et puis d’autres chocolatées me tendent leurs ailes séraphiques et tentatrices, les sirènes de Neptune à côté c’est de la gnognote pour constipés je te le dis.

Samedi.

Tu connais pas ? Que nenni point du tout , Le Baron … non ça te cause pas ? Le Baron Samedi .. tu sais celui des morts du Vaudou, ce folklorique amusement qui ressemble assez à d’autres dit « plus sérieux » … suis mon regard …. oui, eux aussi sont folkloriques. Mais ce Baron samedi, noir, et oui ou « brun africain » si tu préfères …. est-il si terrible que cela .. un teuton longuement vêtu de blanc et résidant dans un confetti italien n’est-il pas lui plus inquiétant ?

Peu importe tout cela en regard de ce jour que j’arrive à déguster, moins bien que du chocolat certes, car je m’y sens plus libre en quelque sorte, malgré les tâches ménagères que je dois accomplir, comme nous tous dans cet espace de temps qui vient clore ma semaine, car moi je fais parti de ceux qui arrêtent le vendredi soir (comme pour le sabbat en quelque sorte et d’une certaine manière)

Ça me dit ! Oui samedi est une journée appréciable, à l’instar des autres .. chacune à son bon côté ..car je sais pouvoir y trouver des plages pour moi, des accès de solitude sereine, des partages inattendus, des occasions pouvant être incongrues ; mais hors cela je conserve, précieusement, mon habitude quotidienne (outre la dégustation de fèves de cacao transformées) de contempler, le nez en l’air et les yeux bien ouvert ce dais étoilée matin ou soir, matin et soir sans pouvoir y discerner Saturne, mais sachant pouvoir t’y voir.

Chris

mai 6009

saturnedevorantfilspeterpaulrubens3189iphone.jpg

 

Commentaires»

pas encore de commentaires

Laisser un commentaire

Aldaria Final |
A demi -mot |
DES LETTRES ET DES MOTS |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Aimé Comoé
| Les Poétiques Littérales
| Red Spirit