navigation

quandu sentera I MUVRINI 10 juillet, 2009

Posté par hiram3330 dans : Digressions , ajouter un commentaire

 

Image de prévisualisation YouTube

Les oiseaux du Soudan 7 juillet, 2009

Posté par hiram3330 dans : Apports , ajouter un commentaire

Les oiseaux du Soudan 

soudan0.jpg

Tout comme ces oiseaux enivrés d’altitude 

Qui trinquent de leurs becs au comptoir de la brume, 

Qui côtoient de leurs ailes sans y laisser de plumes 

Planeurs artificiels sans vraie similitude, 

Je me voudrais hisser en spirales, en volutes 

Aux cumulus blancs épinglés en insignes 

Qui propulsent stratus et nimbus sans dispute 

Vers des cieux plus propices, ceux d’un lac de cygnes ! 

 

Mais ne voilà donc pas que je me sens des ailes, 

Deux parois latérales tapissées de duvet 

Qui me lèvent de terre comme un fichu défait 

Faisant monter mes pieds aux marches bleues du ciel ! 

 

Je m’épiais et pépiais en trémoussant du cou, 

Je n’avais plus de cou, j’avais un bec en proue ! 

 

J’ai escaladé l’air comme un sentier léger, 

Me joignant en piqués et presque sans effort 

Aux volatiles surpris de mes élans novices, 

Qui faisaient tournoyer leurs étonnements gais 

En caressant de l’ombre, du jeu et du caprice 

Les champs de blé coiffés de capeline d’or ! 

 

Les taillis s’abaissaient en révérence acquises 

Des fois que nous, pillards, les priverions, complices, 

De leurs baies réservées à tout autre goûter, 

Ceux des endimanchés qui viendraient ramasser !

 

Les oiseaux sont ainsi, joueurs, capricieux, craints 

Par les seigles et maïs qui se voient donc contraints 

De sacrifier des leurs pour nourrir nos poussins, 

C’est comme l’orge aigri alertant ses voisins, 

Les yeux sur les nuages tachetés d’oiseaux noirs 

Discourant au brouillard des épis en sursis 

Du pourquoi et du choix de nos vols en terroir S’interrogeant des rires de ces ailés tout gris ! 

 

Maintenant je voyage, je me fais migrateur 

Je vais parer mon cou de volatile habile 

D’un sac en bandoulière et devenir voleur 

En affolant les blés, les apeurant en vrilles ! 

 

Je poufferai de rire devant l’épouvantail 

Et remplirai ma masse de semailles-secours, 

Je reprendrai les cieux, porteur de victuailles 

Et volerai là-bas chez les enfants sans bouches, 

Déverserai mes graines, sans remords, sans discours 

Pour que d’un peu plus vrai, le réconfort ils touchent ! 

 

Et je mourrai ainsi, après maints trajets 

Entre la Beauce riche et le Soudan qui meurt, 

Fécondant les labours de pousses dérobées, 

Je deviendrai voleur pour tous ceux qui se meurent ! 

 

Si tu ne peux voler comme je le fis en rêve 

Allie-toi donc à moi pour que bien plus se lèvent 

De ces petits enfants aux yeux couleur de pleurs 

Qui attendent accroupis, voûtés par le malheur ! 

soudan.jpg

Gilles

1986

Lumière 4 juillet, 2009

Posté par hiram3330 dans : Billevesees & coquecigrues , ajouter un commentaire

Lumière

lumiere0.jpg

Quel mot ! Quelle puissance dans l’idée et le concept ! Quelle réalité physique et autres … Mais est-ce si clair que ça dans nos pensées ?

Que la Lumière soit !

Ainsi fut-elle crée par la Parole si on en croit, littéralement et littérairement, le livre le plus lu de l’humanité … Est-ce la vérité, est-ce une vérité, est-ce concevable que la Lumière n’existât point à l’Origine ?

Rayonnement électromagnétique, la lumière visible, le spectre visible est donc une donnée physique connue, visible à l’oeil humain car de longueur d’onde de 380 et 780 nm (nanomètre), soit de 0,38 à 0,78 micron …. c’est pas grand avouons le, faut avoir l’oeil, et le bon donc.

Et cette lumière que, comme toi, je perçois est intimement liée à la couleur …. et oui, déjà que lumière c’est pas simple, voilà patatras que la couleur (les couleurs) viennent s’en mêler .. merci Newton (un franc-maçon me suis-je laissé dire …), et je n’aborde même pas ultraviolet et infrarouge…. on va pas se compliquer la vie.

Rayonnement électromagnétique, encore un truc pas réellement simple à concevoir, même inquiétant par de nombreux aspects … rayonnement un peu tel « radioactivité », on en frémit déjà.

Pourtant, pourtant la Lumière c’est la Vie … et si elle ne « fut » pas ….. tu ne lirais pas les élucubrations que pianotent mes doigts sur un clavier … électronique face à un écran aux rayonnements …. bref on en serait pas là !

lumieredumonde01.jpg

Passons.

Lumière est ! Regardons donc …. Elle éclaire (pléonasme) mais surtout donne naissance en général à de la chaleur (soleil) et à des ombres …. d’où parfois la nécessité d’une ombrelle pour éviter l’insolation ou/et le cramage de peau du style rôti à point.

Bizarre … elle éclaire en créant des ombres, elle réchauffe en pouvant brûler, elle fait vivre en pouvant être aussi artificielle, elle modifie les perceptions, elle caresse, elle bronze, elle fait fondre la glace et évaporer l’eau, elle cuit …. polyvalence d’un phénomène toujours fascinant pour l’être humain … elle est adorée au travers de sa représentation symbolique principale : le Soleil.

On ne peut vivre sans elle, on peut souffrir, mourir par elle …

J’aime assez la lumière, celle qui naît d’un sourire, celle qui transfigure un regard, celle que je peux sentir au delà des apparences, celle qui parfois  balise mes pas, celle qui repousse les ténèbres qui me sont intimes, celle qui explose en un feu d’artifice, celle qui tiédit ma peau, celle que je devine en toi, celle qui construit l’ombre me protégeant, celle qui ….. j’aime assez la lumière.

Lumière.

Source et but d’une quête également …

lumiereinterieure20f61x73.jpg

Éblouissement brutal et doux, moment intemporel, instant fugace interminable, embrasement intime, explosion silencieuse, blancheur éclatante dans un arc-en-ciel étourdissant, grésillement de poussières incandescentes, mutation alchimique, cocon fissuré, naissance, re-naissance.

Quand même …. évoquer par tant de biais un élément quasi invisible, visible par son absence, perceptible par ses conséquences variées, reste une curiosité insondable et peut expliquer la puissance de son ressenti par l’humain.

Pourquoi tant d’émois pour une Lumière que je vois, que je sens, que je sais partiellement reproduire, qui me rappelle Janus, qui m’embrase et déroule son tapis nitescence pour que je ne me perde point.

Symbole !

Lumière est aussi Symbole !

En chacun d’entre nous luit celle-ci qui est Beauté … qui est  Illumination, qui est Génie ….. qui est Intelligence qui est ……. qui est cette infime parcelle, cette poussière translucide, cette miette sans mesures, cette seconde sans temps, cet espace infini, qui est … moi , moi intime, moi partie de toi, de nous … partie de l’Univers  où siège l’Unité.

Vaste image que voilà, vaste sujet qu’on effleure, vaste question qui me tarabuste souvent.

Cette Lumière ne connaît pas les watts, mais elle englobe le globe, et les astres, et les planètes, et le cosmos que je trouve partout où erre mon regard physique, où erre mon regard ….. où se fond mon regard dans le tien qui est pour moi source aussi de lumière.

Cette Lumière est en moi, comme en toi …. elle clignote au rythme du coeur, elle circule avec le sang, elle s’élève avec les pensées, elle dissipe l’ombre que je crée, que j’ai aussi en moi, celle que je vois en regardant le sol autour de moi ….. cette trace de moi qui sans cesse s’attache à mes pas, même la nuit … oui même la nuit où elle vient se tapir dans mes cauchemars de rêves agités.

lumiere1.jpg

Lumière.

Or et argent, argent quand elle est renvoyée ….. tel la lune qui reflète le soleil qui se cache, taquin, chaque jour qu’on appelle nuit en cette partie de cache-cache quotidienne et vitale, d’équinoxe en solstice, du midi au septentrion, de l’occident à l’orient, du nadir au zénith, d’ici et de là bas, « urbi et orbi » …. peu importe le lieu et le moment.

Des paillettes qui scintillent quand je lève les yeux dans la voie lactée, quand mon regard va se plonger dans le tien, des comètes qui fusent parfois quand se mêlent des souffles, quand les rythmes s’associent, quand une fusion se fait d’une alchimie magique.

Un caléidoscope qui tournoie  comme une galaxie, une nova qui danse et rit dans l’immensité, une météore qui ballade dans les années lumière de mon esprit quand je sens, ressens, pressens cette Lumière dont une part est toi, et qui me réchauffe  de l’incandescence de ta présence.

Lumière peut donc se décomposer ….. car elle est tout qui est l’ensemble de chaque … elle est alpha et oméga pourrait-on dire en quelque sorte même si « ce n’est pas écrit ».

Lumière.

Tu brilles, ce n’est pas un scoop,  mais les raisons, les motifs, les occasions de ta brillance sont aussi multiples que les épis de blé dans le champs de notre recherche, et même les yeux bandés on te vois car tu es présente au delà des apparences et des illusions humaines ; tes voyages nous découvrent des chemins, ici et maintenant, demain et ailleurs ….. Ta fulgurance fait miroiter tant et tant de diamants dans la voûte étoilée que notre richesse s’accroît en ta compagnie dans les arcanes de tes mystères.

Chris

juillet 6009

lumiere.jpg

 

 

12

Aldaria Final |
A demi -mot |
DES LETTRES ET DES MOTS |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Aimé Comoé
| Les Poétiques Littérales
| Red Spirit