navigation

C’est la rentrée ! 5 septembre, 2009

Posté par hiram3330 dans : Billevesees & coquecigrues , trackback

C’est la rentrée !

Traditionnellement dans notre pays, et même cycliquement on assiste à ce phénomène aussi bizarre qu’habituel : La Rentrée !

Oui, oui, oui .. l’été se termine, l’automne s’annonce, les feuilles d’impôts vont pleuvoir, les soldes sont finies, les orages arrivent, et surtout, surtout c’est la rentrée Scolaire et non Solaire, pas d’erreur hein !

Imagine des hordes quasiment sauvages de jeunes qui se ruent dans des bistrots, fastes foudes, boulangeries pour compenser ce jour  plein de stress de ne pas être seul dans la multitude, d’être en quête de copains, de copines, de nouvelles fraîches à partager malgré les mels, sms, textos, téléphones cellulaires (comme les fourgons du même nom).

Non, tu peux pas imaginer, t’es trop vieux ! …. comme moi …., mais moi je suis allé voir, de mes yeux voir, ce spectacle d’une ruche qui se réveille  dans de fantasques délires de coiffures étranges, de vêtures surannées et bizarres, de mots inconnus, bref … je suis allé, j’ai vu et j’ai pas vaincu.

Mais j’aime ce spectacle, ce farfouillement, ce théâtre vivant, cet avenir naissant, ce bouillonnement d’incohérences, ce maelström de couleurs et de sons, ces avalanches de sourires, ces voix qui s’éraillent et muent, cette vie qui moutonne comme la marée des océans …

J’aime cette agitation, vraie et un peu factice, ces airs de matamores, ces regards en coulisses,  ces torses qui se bombent, ces maquillages qui s’exhibent, ces étalages de ……. souvenirs qui reviennent en ma mémoires, c’était hier, c’était le siècle dernier, c’était même un autre millénaire ….. c’était ….. pareil, mais c’était moi.

Et toi ?

Bigre, t’as oublié ? Que nenni point du tout ….. ravive tes images camouflées … laisse tomber ta pudeur d’antan, va faire comme moi, tu verras …. comme un coup de torchon sur un miroir poussiéreux et hop, tu as quinze ans ! Fabuleux !! Malgré des rhumatismes, quelques dents abîmées, des cheveux plus rares ….. encore que, observes bien et là, surprise …. eux aussi.

Pourtant .. n’es-tu pas rentré toi aussi ? Voyons, dépoussière ton neurone bancal, un peu fossilisé …. que trouves-tu là, luisant, clignotant … un sourire, un grand sourire accompagné d’une ribambelle de rires juvéniles, d’envies adolescentes, d’espoirs brûlant, tout une farandole d’images et de sons, d’odeurs et de goûts …. c’était hier, c’est là …. à fleur de toi, à fleur de moi …. un bouquet.

Avant …. c’était comme maintenant mais c’était moi, toi …. et finalement c’était pas pire, pas mieux non plus, mais quel plaisir que de caresser à nouveau cette ambiance, ces flagrances du passé présent .. même si …, la barrière a été sautée .. un peu, avec assistance parfois .. Mais regarde bien : la rentrée est pour tout le monde, ou presque dans notre société moutonneuse.

Si si si ….. l’année scolaire prend le pas sur l’année civile, et l’année lumière reste inaccessible  dans ces ouragans tourmentés d’une foule qui s’avance comme une marée montante. Tout est suspendu à cette date fatidique : La Rentrée !

C’est la rentrée !

De la TSF, des étranges lucarnes blafardes, du « monde politique », des nouvelles collections de frusques, des augmentations des prix, des livres, et j’en passe comme à travers d’un chinois de cuisine. Les vacances et les congés s’enfuient et s’écoulent avalés par cette nouvelle qui, telle une traînée de feu, fait le ressac des loisirs de masse, pour ceux qui peuvent, sauf pour le troisième âge, et les cartes vermeilles … encore que …

La société halète d’impatience, piaffe devant cette porte qui s’entr’ouvre, gratte le sol de la foultitude de sabots trépignant, les commerces en embuscades guettent le chaland, amusant tout cela .. presque amusant, voir une attente devant l’automne qui s’avance dissimulé derrière cette vague multiple à l’écume frémissante.

La « pause » estivale vient mourir sur la grève de cette rentrée …. la « pause » pas pour tout le monde toutefois. Mais qu’importe les écartés des congés, la rentrée balaie sans état d’âme ces déchets sociétaux qu’il ne faut pas voir. Un festival cacophonique abasourdit les foules poussées dans le goulot de l’entonnoir de cette période de consommation effrénée ….

Et moi je continue ma contemplation, un peu goguenarde, de cette jeunesse qui se bouscule aux portes scolaires …. c’est rafraîchissant en cette fin de canicule, un zeste de nostalgie même vient amignonner la brume de mon regard.

Le spectacle est plaisant, la vie vibrionne là, la ruche bourdonne de cent et quarante conversations nombrilistes propres à l’âge … encore que l’âge …. les clins d’oeil fusent, les parades déjà s’ébauchent, le stress pointe et craquele quelques façades trop lourdement maquillées, le gel dresse les tifs, les regards se croisent déjà, certains comme des fers d’épées, d’autres comme des atomes qui se cherchent.

La rentrée c’est aussi, surtout « l’heure de la sortie » !!! Oui, comme l’antique chanson de Sheila …., même ce nom t’est inconnu …. mais écoute donc les paroles qui ont fait fureur jadis, elles sont actuelles …. Moi, oui moi je me rappelle très nettement l’ambiance de l’époque, les gamin(e)s en délire, .. nostalgie. Nostalgie non pas de la chanson, mais de la saveur libertaire de cette « heure de la sortie » ….. Oui, le temps était autre, mais l’idée est restée, elle aussi, actuelle et c’est bien ainsi.

Lors de ma brève escapade pour aller reluquer ce moment si particulier, j’ai senti le télescopage du temps, ou plus justement l’absence de réalité parfois de la durée .. Sensation qui fait frissonner, qui remet un chouya les pendules à l’heure, c’est le cas de le dire. Comment ne pas apprécier cet instant quasi magique où le présent est suspendu, ou plus exactement où le passé est présent avec force et vigueur, j’ai eu l’impression fugace de frôler l’esquisse d’une seconde de compréhension de la « relativité d’Einstein » !

Quand même l’idée saugrenue d’assister à une partie d’une opération alchimique m’a effleuré l’esprit : sentir et ressentir l’exaltation de ce moment alors que nous nous précipitons vers l’hiver ……. L’Oeuvre au noir, la nécessité d’un sommeil ou d’un léthargie pour pouvoir re-naître au printemps : la rentrée serait donc le premier pas, inconscient, vers le re-nouveau … Tu en restes « baba » ?  « baba cool » au moins ! Ainsi ta génération rejoindrait la mienne, comme si des différences existaient réellement entr’elles à cette occasion.

Je te sens perplexe.

Crois-tu que je ne le suis point moi-même ?

Mais quel vertige que de pouvoir laisser aller filer, sans retenu, la farandole des idées qui se suivent et se bousculent …. la « rentrée » mérite bien cela je trouve. Regarde, encore une fois ce sont des millions d’êtres humains qui sont concernés, parfois pas cernés .. par cette période annuelle d’où coule tant de salive et d’encre, même moi comme tu vois.

Ce que j’aimerai, vraiment, c’est que toi aussi tu puisses te replonger dans cette vague, que tu retrouves ainsi le charme et le piment de ton passé si proche, que tu puisses me rejoindre dans cet espace-temps neutralisé de nos souvenirs similaires ..

C’est la rentrée !

Alors pas d’hésitation, dès l’heure de la sortie, ensemble, nous contemplerons les étoiles de la voie lactée, celles qui nous indiquent le chemin parcouru et à parcourir …

Chris

septembre 6009

rentree.jpeg

Commentaires»

  1. Ce soir mon cartable est lourd, de pensées douteuses, de celles qui assombrissent la voie lactée.

    Ce soir mon cartable est chargé de nouvelles tâches et de buvards souillés bons a jeté.

    Ce soir l’ombre couvre mon regard, trouble ma vue de l’avenir annoncé et morcelé.

    Le retour de l’école n’est que fossé, je regarde plus loin espérant voir un pont se dresser.

    Répondre

  2. Août 6008 !
    Quel optimisme ! Félicitations !
    *
    Bonsoir,
    Nouvelle, je viens présenter mon blog et solliciter vos avis.
    Cordialement
    Lunebleue

    Répondre

  3. J’ai vu les hirondelles sur les fils ce matin ……dis moi qu’annoncent elles ?
    La rentrée ?
    L’automne qui s’en vient

    Répondre

  4. La rentrée ?
    Pipée ?
    Notre civilisation
    N’est-elle pas « sortie » ?
    Par les « actions »
    Seules orgies
    des traders-champions ?

    Bon, d’accord,positivons !
    Yeux vers le firmament
    Le seul qui ne ment…

    Cordialement
    Lunebleue

    Répondre

  5. c`est l`horreur!!!1

    Répondre

Laisser un commentaire

Aldaria Final |
A demi -mot |
DES LETTRES ET DES MOTS |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Aimé Comoé
| Les Poétiques Littérales
| Red Spirit