navigation

Journée du patrimoine 21 septembre, 2009

Posté par hiram3330 dans : Billevesees & coquecigrues , trackback

Journée du patrimoine

Il en faut, il y en a une …. après tout pourquoi pas c’est important le patrimoine, on peut même y vivre dedans .. m’a-t-on dit quelquefois.

La « pierre » y a que ça de vrai vous diront les « anciens » très « terriens », la »pierre et la terre » bien sûr … On ne se refait pas, c’est ancré dans l’instinct devenu grégaire au fil du temps de l’évolution humaine ; le pâtre errant est devenu l’agriculteur sédentaire .. et le « besoin de possession » lui s’est développé à outrance.

Patrimoine.

Attention c’est lié à héritage …. on peut parfois hériter de dettes, y compris génériques .. et toc ! Alors soyons circonspect en la matière, nous avons donc, au moins, deux aspects de patrimoine : le premier est matériel, concret, solide, du « palpable » avec la main .. l’autre est plus « intangible », du moins la main ne l’atteint pas facilement quand il s’agit de gènes, et pas du tout lorsqu’il est du domaine de l’impalpable, de l’intellect, du « moral », du spirituel.

Une journée pour l’héritage .. c’est peu.

Mais j’ai cru comprendre que cette dernière ne concernait que les « monuments » plus ou moins historiques, plus ou moins célèbres, plus ou moins hors de la portée du commun, comme toi et moi, qui le plus souvent sont de fait les propriétaires …. pas mal non. On va pouvoir visiter Notre patrimoine, enfin celui dont nous sommes co-propriétaires parfois, c’est un peu comme la banque … tu sais cet organisme qui prends l’argent que tu déposes et qui ne veut pas toujours te le rendre, te le prêter …. cet organisme qui te fait payer ton argent ! Mais je m’égare …. enfin la gare aussi se visite.

Des châteaux, des édifices publics, des édifices privés tout cela (en partie ne rêvons pas trop) se visite gratuitement une fois l’an, des musées aussi mais eux en plus d’un dimanche mensuel qui est le cas (pour la visite). N’hésitons donc pas à baguenauder  dans ces lieux dont la richesse apparente n’est que le reflet de la richesse humaine de l’imagination concrétisée.

Imagination concrétisée il est vrai, réalisations de rêves et de visions intérieures, matérialisations d’idées, tout cela laisse pensif quand aux possibilités humaines d’aller vers l’harmonie, vers le Beau …

Sous-tendue est la notion d’Architecte …. Grand, de l’Univers, des Mondes …. je vais un jour y songer.

Patrimoine.

Ce mot m’est familier on dirait, pas par son côté héritage, mais plutôt par une autre perception de ce terme .. j’y perçois d’autres concepts qui paraissent s’y dissimuler, ou alors je délire …. hypothèse à ne pas écarter.

Patrie – Moine !

Patrie de moine …

Je change soudain de domaine, de degré de ressenti, d’angle de vision : je change mon regard et ma réflexion de direction .. je vais me laisser emporter dans le temps, dans l’espace .. l’espace intérieur.

Qu’est-ce aujourd’hui, comment est appréhendée la « patrie de moine » ? Monastère vient immédiatement à l’esprit, si on n’est pas trop engourdi du neurone. Monastère et ses images convenues, selon nos pays de résidence, nos références socio-culturelles, nos traditions sociétalo-religieuse si je peux dire.

Un Lieu !

C’est de cela dont il s’agit, pour moi, au travers de ce concept …

Un Lieu de calme, de silence, de sérénité, de réflexion, de plongée en soi, de méditation, d’observance d’un rythme, de rites même ….. 

Un Lieu Sacré !

Sacré en son sens original de « séparé » ; un lieu séparé donc, du profane, du commun, de l’agitation du jour et du monde, de l’humanitude qui s’agite et se cogne partout, du matérialisme immodéré, du déséquilibre et de l’abus, de l’absence d’harmonie.

Oui somme toute un espace d’équilibre et d’harmonie.

Patrie Moine. Je suis sensible à cette décomposition du mot qui devient ainsi, pour moi, plein de richesses sans nom .. sans nom, indicible, ineffable …. ça me rappelle des lettres à épeler mais impossible à prononcer ….. une caverne, des portes et des paliers, un bijou d’émeraude gravé …. un souffle terrible, terrifiant pour celui qui ne sait.

Patrie Moine. Je suis sensible à la musique de ces mots qui tinte en moi, comme un chant grégorien, comme des voix graves et aiguës qui se mêlent, comme un aria sur fond d’orgue, comme une mélodie à capela ….. Ces vibrations m’émeuvent, me font sentir l’autre côté des portes closes pour l’instant, dans l’instant ……

Patrie Moine. Je goûte à la beauté épurée de ces pierres assemblées dans un style cistercien, au travail des compagnons de jadis, à la vision inspirée du Maître d’Oeuvre, à l’odeur de l’encens qui plane encore, à la chaleur du chêne des colonnes du chapitre, mais aussi aux croix rongées d’humidité et de siècles du cimetière paisible qui accompagne ce navire de l’Esprit.

Est-ce un sentiment « religieux » exprimé ici ? Non, ou alors dans le sens premier de « religieux », c’est à dire « relier » .. en ce cas admettons. Mais le tout est de savoir ce qui relie quoi à quoi, qui à qui, quoi à qui et vice-versa …. et oui, ce n’est pas simple de dénouer les fils de la pensée .. du ressenti .. de l’intime inexprimable par des mots rachitiques pour le sens.

Quand même partir d’une journée annuelle de la pierre, pas des calculs voyons, pour en arriver à un monastère, voire une abbaye ….  et dans une perspective non construite … c’est pas banal je reconnais .. mais je suis fait ainsi, pas de pierres et de chaux …. et peu me chaut de ne point m’appeler Pierre, celui sur lequel …. oui tu connais cette anecdote, je sais.

En tout cas, cette journée unique dans l’année permet des découvertes au seuil de son pas de porte .. et c’est toujours intéressant d’avoir un oeil ouvert sur la construction du passé qui nous sert de base à notre aujourd’hui, à nos réflexion en vue de demain. Un mur de moellons nous apprend autant qu’un livre de papier, qu’une image jaunie.

Pour reprendre une image connue : on demandait, au moyen âge, à un compagnon ce qu’il fabriquait ? Le premier répondit « je taille une pierre », le second, lui, dit,  « je fais un mur », le troisième enfin …. »je construis une cathédrale » ; les chantiers de ce type duraient souvent plus de cinquante ans …..

Alors lorsque mes pensées errent vers les constructeurs de monastères, puis vers ceux qui y résident …. comment ne pourraient-elles pas voguer sur ces chantiers matériels et immatériels ? Bâtisseurs … en bois, en pierres … bâtisseurs internes, de soi-même ….. bâtisseurs d’un devenir, de son devenir avec les autres.

Journée du patrimoine.

Jusqu’où m’as-tu donc mené .. au travers du fleuve de la pensée et des réflexions qui s’enchaînent librement, qui étalent leurs méandres, qui vont vers l’océan ? Je n’ai pas de repères, je laisse aller le flot mais si mes pensées  ruissellent paresseusement, mon regard cherche toujours au sein du ciel, sinon une Présence, du moins une indication qui puisse entrer en résonance avec mon intime interrogation.

Patrie moine.

Ceux qui, les premiers, tracèrent un plan sur le sol pour dresser des pierres, un bâti ……. usèrent sans contestation de ce que le regard physique vît dans la voûte étoilée, de ce que le regard impalpable perçût en eux.

Moi …. je reste coi et pensif  devant cette sardane qui m’encercle de la magnificence  de son tracé …

Chris

septembre 6009

tracagesurletelon.jpg

 

Commentaires»

  1. Patrie-moine ?
    Au lieu de 6009
    Les Moines, n’avertissent-ils pas
    la Patrie, Si Sans (remise à zéro) plus que 9 années ?

    Dans ma Voie Lactée
    les astres sont très pessimistes

    Cordialement
    Lunebleue

    Répondre

Laisser un commentaire

Aldaria Final |
A demi -mot |
DES LETTRES ET DES MOTS |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Aimé Comoé
| Les Poétiques Littérales
| Red Spirit