navigation

1 et 2 novembre 14 novembre, 2009

Posté par hiram3330 dans : Billevesees & coquecigrues , trackback

1 et 2 novembre

Toussaint et « jour des morts » …

1 et 2 novembre après avoir légèrement déliré sur le 12 novembre, est-ce un signe .. 1 et 2 peuvent se retrouver en 12, mais est-ce là mon propos ? Y vois-tu une logique ? Y a-t-il une logique ? Qui sait peut être la part féminine de ma logique masculine .. et un sens, relatif, de l’humour.

toussaint0.jpg

Toussaint – tous saints – fête catholique romaine, c’est à dire fête d’une petite minorité de la planète bleue .. et nous, République « laïque », nous en faisons un jour férié, enfin disons un jour non, peu travaillé .. du moins avant que l’ère « sarkosiste » ne se développe davantage.Tous les saints, les reconnus, les inconnus, les potentiels, les « en devenir », tous .. tous .. tous ensemble on les fête dans la « religion » catholique apostolique et romaine le 1 du mois de novembre.

Au moins pas d’erreur, ni d’omission, on ne vexera personne, on entassera ainsi plusieurs saints par jour, c’est le trop plein … là on n’est pas sensible à la crise .. enfin ça ressemble un peu aux queues devant des magasins le premier jour des soldes. Mais après tout à chacun son saint, même si le sourire peut naître face à ce déferlement.

Un bon point est notable : si nous avons une inflation d’Elus, ne doit-on pas considérer que le nombres des « bons » s’accroit ? Mince j’oubliais que le chiffre de la population s’accroissait lui aussi … ce doit provenir de mon côté utopiste cette pensée saugrenue. Alors, s’il était en fait, de la part de la cité vaticane d’un moyen, détourné, de « propagande » ….? Non, non là cette pensée, j’avoue, est teintée d’un soupçon de satanisme primaire, le pire.

Encore que je n’évoque, conformément à la dénomination du jour, que les saints .. mais il y a aussi les « biens heureux », les béatifiés, et j’en passe …. la cohorte se bouscule au portillon de la notabilité posthume, pour les catholiques bien entendu. Les autres ils s’en .. moquent !

Quant à la date .. elle découle bien évidemment de la volonté « apostolique » de recouvrir, de détruire les fêtes « païennes » d’avant .. c’est à dire en l’occurrence celles celtiques de Samain et d’Halloween qui perduraient trop, malgré l’action « énergique » du clergé combattant. Et de plus, si tu es intéressé par ces aspects, n’oublies pas de « creuser » dans les soubassements du christianisme ésotérique encore occulté aujourd’hui.

toussaintdefunts.jpg

Jour des morts.

Jour des tré-passés .. trois pas donc si j’en crois la sémantique, ça peut laisser songeur déjà cette particularité issue de .. loin.

Pour nous c’est le lendemain de la Toussaint .. après les Élus, les ceux qui sont partis, notamment au purgatoire si j’en crois la liturgie romaine à ce sujet. Et il semblerait qu’il y ait foule en ce lieu d’attente, la queue serait plus longue que pour acheter des billets de concert ou de foot, c’est pas peu dire .

Jour des morts, on dit souvent des défunts, des décédés … oui le mot même de mort dérange beaucoup, tout au moins dans les civilisations occidentales … c’est d’ailleurs un peu curieux que cette réticence soit là, en Occident ….. portail de l’au delà, ou du néant, dans les réflexions philosophiques exotériques et ésotériques …

L’homme a craint très longtemps que le soleil ne fut mort, le soir, quand il disparaissait si mystérieusement à l’occident … pour renaître, flamboyant à l’Orient.

L’homme a « imaginé » qu’il en était peut être de même pour lui, poussière de la poussière, quand le souffle s’arrêtait, que la chair quittait les os, que la putréfaction (l’oeuvre au noir) dispersait son corps.

L’homme a ainsi découvert la mort, du moins la sienne … c’est quand même un traumatisme dirait-on aujourd’hui. Et là, la sépulture fut « inventée » pour que le corps ne soit pas dévoré, ce qui est naturel, par les nettoyeurs du règne animal ..

Tant et tant d’évolutions découlent de ce moment ultime de l’humain.

Il a découvert que la Vie était la Mort ! en quelque sorte ….

Ce lendemain de Toussaint n’existe plus, sauf dans le rituel de l’église romaine .. pour la « population » on a mis en commun la fête de tous les saints et celle, si on peut dire, de tous les morts. Certes les saints par définition sont eux-mêmes des morts, mais on camoufle ainsi un tant soit peu l’horreur de savoir que nous sommes, tous, mortels.

Deux jours consécutifs qui commémorent des morts, en premier bien entendu « la crème » : les saints, en dernier bien sûr les autres, les plus nombreux : nous. Oui je dois t’avouer que je ne suis pas un saint .. pourtant il m’arrive d’être qualifié « d’élu », mais c’est une autre histoire que celle là.

J’ai souvent trouvé désagréable cet ostracisme envers nous, la multitude par rapport, non pas à une élite, mais à une catégorie définie dogmatiquement par une infime minorité, au sein d’une population déterminée et de plus en plus minoritaire. Qu’est-ce qu’être un saint « catholique » reconnu comme tel vis à vis d’une foultitude de milliards d’êtres humains, vivants et …. morts.

On enjolive le passé : de mon temps …, voire pire : ce sont toujours les meilleurs …, où même : c’était un saint. Comment parler de « saint » si l’on n’en connaît pas la définition issue du droit canon (domaine de la foi), surtout si l’on n’a pas la même foi que celle romaine, ou pire si l’on n’a aucune foi de type « religieuse » (au sens « église » d’un, de plusieurs dieux), et je te dis même pas pour les athés (ni stupides, ni libertins …).

Bref soyons concis, ces deux fêtes dites « catholique » (regarde donc la signification de ce terme ) sont d’affreuses reprises de fêtes païennes !!! Enfer et damnation … Elles sont mêmes … Universelles … Alors, au delà de l’au-delà, au delà de la « religion », au delà de la « laïcité », au delà …… cherche, comme moi, pourquoi pas avec moi, le sens de tout cela.

Ce début de novembre, ces deux jours premiers sont les réceptacles de tant de « non-dit », ou plutôt de tant de « cachotteries » à découvrir qu’on en reste pantois …. Ces deux jours de novembres peuvent être considérés comme des « cimetières » temporels en quelques sortes, comme des « exutoires » à la peur ….. celle terrible de savoir que, toi comme moi, sommes mortels.

Cette peur est irrationnelle, cette peur est ancrée au plus profond de nous, cette peur …. n’est rien, sinon une facette importante de notre égoïsme.

Tous ces êtres matériels qui nous ont précédé, toutes ces générations, toutes ces poussières qui ont tracé le chemin humain, toutes ces ombres je les vois, moi, dans les luminaires qui éclairent la voie lactée d’infinies scintillations avec lesquels j’échange.

toussaints.jpg

Chris

novembre 6009

 

 

Commentaires»

pas encore de commentaires

Laisser un commentaire

Aldaria Final |
A demi -mot |
DES LETTRES ET DES MOTS |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Aimé Comoé
| Les Poétiques Littérales
| Red Spirit