navigation

Il est temps 6 décembre, 2009

Posté par hiram3330 dans : Billevesees & coquecigrues , trackback

Il est temps

ilesttemps1.jpg

Il est temps pensais-je ce matin là en soulevant, avec précaution, ma paupière gauche .. pourquoi gauche ? On ne se refait pas, c’est comme cela, la gauche en premier, et toc !

Par solidarité avec la gauche, la droite, péniblement, fit l’effort d’une tentative, réussie, de suivre l’exemple populaire qui lui ouvrait le chemin de l’éveil ..

Puis-je déjà là en déduire qu’un consensus, mou en l’occurence, est indispensable à l’éveil vers la lumière ? Que nenni, ici seul l’exemplarité est source de complémentarité, voire (et oui c’est le terme) d’osmose …. dans l’action, un peu instinctive reconnaissons le.

Les yeux éclos comme des billes d’agate mon neurone principal, et unique, se connecta en un bref éclair infinitésimal commandant à la mécanique physique que j’habite de se lever ….

Ouille, les douleurs, la raideur .. des muscles assoupis encore, le vertige du vide de mon estomac, le hoquet de mon souffle scié par l’effort matinal … c’est pas du gâteau songeais-je pertinemment …. une tranche de secondes déjà affamé .. je tanguais vers le lieu de nourriture saine et bourrative.

Le bras levé, le gauche itou, la main (gauche curieusement) alla (est grand et mahomet est son prophète ..) quérir le pot mystérieux à la poudre magique qui fond dans l’eau pour se sublimer en un expresso rapide .. vi rapide et expresso c’est pas la même langue vois-tu.

De la poudre, noire, heu brune plutôt et pas blanche, le matin c’est pas un rail qu’il faut sniffer mais un caoua qu’il faut ingurgiter, avec sucre brun lui aussi …. du sucre dis-je.

Bien, ce colmatage rapide, et minime effectué, il convient maintenant de passer sous l’eau, sous l’eau (pas soûlots) il faut faire un peu attention et être attentif car sous l’eau on n’ouïe moins bien, et on voit .. trouble, mais cela est normal si ça peut te rassurer. Mouillé me voilà, savonné me voici, récuré suis-je, qui sait … réveillé aussi.

Il est temps.

Il est temps de quoi en fait ? Je m’interroge, je me questionne, je me demande ….. qu’en penses-tu toi ? Oui toi qui laisses tes yeux effleurer les pixels de ton écran où naissent des signes, des lettres, des mots, des phrases .. des questions que je te pose et qui t’étonnent semble-t-il, surpris d’être interpelé (pas par la police) ainsi par l’inconnu que tu tentes de lire.

Et oui il faut participer, se mouiller, se taquiner le bulbe, bref ne pas rester passif à avaler les couleuvres de ta lecture !

Tu en restes pantois, interloqué, épaté (pas le nez), baba (pas au rhum), époustouflé, ébahi, saisi, en catalepsie, changé subitement en statue glacée par le frisson de l’incertitude, et celui de l’incompréhension : je viens pour lire et me voilà interrogé (pas comme au commissariat tout de même) .. Oui je t’interroge ! Ici la toile est interactive, pas comme toi vois-je …

Il est temps.

En effet il est temps que tu te rendes compte qu’ici même, un curieux, se doit d’être un peu plus éveillé  que les rêves dans des songes électroniques .. que tu te rendes compte qu’ici même, un voyeur, se doit d’être un peu plus .. un peu moins .. un peu .. tu me comprends à demi mot n’est-ce pas ?

Bon, les ablutions matinales terminées, je vais pouvoir poursuivre mes divagations diurnes, et bientôt hivernales, puisque le solstice approche avec la sage lenteur des habitués.

Tu peux noter, bien que mon regard soit aimanté par la voûte étoilée, il m’arrive de ne pas oublier l’azur où niche, se prélasse et darde Sol en journée, quand sa couverture de nuage est pliée …

Question d’équilibre, et de complémentarité, mais je crains un peu que tu ne t’en balances … va chercher sur la toile « Maât » et songe sans rêver qu’avancer, marcher, est une vitalité humaine en perpétuelle quête de progression, de perfectionnement, d’évolution .. vers le haut je précise … 

ilesttemps4.jpg

Il est temps.

Il est venu le temps des … non, pas la chanson … il est temps plus prosaïquement d’aller préparer la liste des courses (pas mécaniques) alimentaires, car je te rappelle au cas où, que pour ma part, deux fois au moins pas jour je me sustente .. je sais c’est beaucoup, mais les habitudes sont tellement difficiles à modifier, ne crois-tu pas ?

Et les comptes, il faut également les faire .. pas les contes cette fois-ci, mais ceux qui concernent l’argent, le pognon, le fric, les dépenses, les remboursements, les dettes …. l’aspect  matériel n’est jamais absent, pour moi qui ne suis pas un pur esprit, ni un esprit pur, ni même un ectoplasme (ne rigole pas, va te mettre devant un miroir .. toi aussi !). Certes ça occupe, mais je suis d’accord avec toi, il y a mieux comme occupation (comme on disait en 39-45) ..

Passons …. car là et maintenant, il est temps !

Non pas l’apéritif voyons, serais-tu un brin buvard .. voire, comme dans l’océan un chouya éponge ? Ce n’est pas mon cas, hormis de temps à autre une gentiane sur un lit de glaçons .. ça c’est du naturel et ici les plantes comptent .. oui comptent car l’écologie est devenue « mode » et les médecines douces (traditionnelles – naturelles) ont repris force et vigueur .. profitons comme disait Marx (celui des Marx Brother’s bien évidemment).

Il est temps.

De se restaurer, de dîner, de grailler, de se remplir la panse, de se gaver, de picorer, de déjeuner, de se goinfrer, et surtout .. surtout .. de faire gaffe à la ligne de flottaison, celle qui se devine sous les tissus plus ou moins ajusté, celle de WW …. vi je sais que tu sais …. mais tout de même faut cesser de grignoter n’importe quoi, n’importe quand et se consacrer, corps et corps à l’essentiel : le repas.

C’est indispensable de recharger ses batteries, et son énergie par le biais d’apport calorifique .. me parait-il, pensais-je en attaquant avec vigueur et virtuosité quelques desserts qui me clignaient de l’oeil avec provocation. Oui je ne supporte pas la provocation, c’est un point faible j’avoue, mais tant pis .. pour les desserts, ils seront engloutis comme, dans la légende, le continent mythique de l’Atlantide.

Par contre, clore cette agape par un nouveau café est une idée excellente, surtout s’il s’agit d’un café gourmand … tu connais ? Si non, tu rates une clôture, sans barbelés, en douceur …. si si je t’assure (tous risques).

Ainsi est la succession des temps forts qui se suivent, se heurtent, se mêlent, se confondent en une éternelle litanie humaine défilant d’instant en moment, de besoins en envies, sans pauses …

Sans pauses ?

Que nenni !

ilesttemps2.jpg

Il est temps …

De la sieste réparatrice et digestive, celle qui apaise les tensions stomacales, qui gomme les trop pleins, qui efface les remords et les regrets de n’avoir pas toujours terminé les plats … pensée furtive pour les restaurants du coeur, la FAO, les SDF, mes voisins dont j’évite le regard creux … et ma mémoire me tance en faisant résonner ce cri de ralliement qui me fait parfois rougir : « on mange où ? » …

Je zappe .. je tourne les yeux, je mets un étouffoir, c’est pas facile mais on peut …. en se forçant. Et puis le sommeil de la sieste éteint un peu ces cauchemars éveillés pour en susciter d’autres dus à une digestion poussive et difficile. Il est dur d’avoir un appétit satisfait, non ?

Se plaindre de ces activités débordantes .. de calories est une activité cocasse .. très partagée hélas, plus que la pain. Faut-il donc avoir mauvaise conscience ? Faut-il tout simplement avoir une conscience non aveuglée ? Faut-il apprendre à maîtriser son ego ?

Tu vois, la sieste déclenche bien des pensées cauchemardesques pour notre petite personne un tant soit peu égoïste et centrée sur elle-même comme un pou accroché à un cuir chevelu ..

Ouf on se réveille, un peu angoissé, un peu suant, un peu nauséeux, un peu barbouillé, la bouche pâteuse, le regard brumeux, les muscles flapis … mais heureusement c’est l’heure du goûter et on ne l’a pas .. raté .. alléluia.

Bien sûr qu’il faut à nouveau, encore charger le four (pas petit) de notre machinerie physique pour pouvoir carburer encore et toujours, jusqu’à la panne définitive. Mais, mais .. mais un goûter sucré, outre le réel plaisir qu’il amène (amen) ne saurait satisfaire également à la mécanique intellectuelle et spirituelle … Toutefois ces deux dernières ne peuvent fonctionner efficacement le ventre vide et l’estomac creux, nonobstant la bouche sèche.

Voilà venu le temps du souper …. déjà ? Déjà !

Que le temps passe quand il est temps de .. Oui l’être humain (humain ?), est ainsi fait le plus souvent qu’il est obnubilé par sa propre intériorité .. matérielle. L’homme est un tube digestif …. grave découverte …. (l’homme terme générique bien sûr) d’où découle une foultitude non finie d’explications tortueuses et torturées, d’explications indigestes, d’explications prosaïques car vitale (en son sens plein).

Souper car naguère, en occident du moins, la soupe était un plat de base, semi-liquide et chaud, dans lequel surnageaient des bouts de ci et de ça …. une bouillie en quelque sorte, un cataplasme quasiment .. et encore d’aucuns avaient que dalle au souper …. la vie était brève, l’appétit insatisfait souvent.

Aujourd’hui c’est différent, aujourd’hui c’est quand même pareil, aujourd’hui on meurt de faim encore, aussi, toujours …. pendant que la surproduction est détruite, pendant que les manifestants brûlent des tonnes et des tonnes …. images insoutenables à mettre en parallèle, en concordance avec ces pseudo êtres humains au poids ridicule de grammes évanescents …

Il est temps.

Il est temps de préparer nos fêtes de fin d’année … et d’envisager pour la suite des diète sévères et des régimes appliqués pour perdre le poids accumulé en ces dix jours festifs, dont l’origine, bien plus ancienne que la chrétienté, est riche en symboles et en pistes de réflexions et de méditations …

Alors à la lecture des légendes, des mythes et traditions qui parsèment notre humanité mon regard va quérir l’Etoile (flamboyante), celle qui indique le chemin au sein de la voûte étoilée pouvant m’amener au centre de moi-même, là où serein je tente d’être humain, tout simplement, d’être humain et de partager …

Il est temps !

Chris

décembre 6009

ilesttemps01.jpg

 

Commentaires»

  1. Il est temps de partager la fête de la lumière

    Répondre

  2. Je croyais aussi que c’était l’instant du souffle et pourtant… Il n’était pas encore temps pour apercevoir la vraie lumière…

    Répondre

Laisser un commentaire

Aldaria Final |
A demi -mot |
DES LETTRES ET DES MOTS |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Aimé Comoé
| Les Poétiques Littérales
| Red Spirit