navigation

Mektoub 9 janvier, 2010

Posté par hiram3330 dans : Billevesees & coquecigrues , trackback

Mektoub

mektoub1.png

Expression du destin, fatalisme oriental, que de sens dans ce mot de sept lettres qu’on l’on entend si souvent, y compris dans nos contrées occidentales ..

Mektoub : « c’est écrit » en est la traduction la plus usitée,  « tout est écrit » en est une autre peut être plus proche littéralement …  » tout est écrit, mais pas dit … » en est probablement la plus juste dans l’esprit qui peut présider à ce mot qui est à lui seul une expression complète, toute l’expression d’une vision de vie.

Apparemment c’est un grand principe coranique qui, dans le fond, n’est pas aussi fataliste que ça … apparences et illusions vivent partout, et en tous temps ..

Oui, c’est écrit … mais comment, où, pourquoi ?

Comment, en est le mystère premier … au crayon « papier », celui que l’on peut gommer .. à l’encre, celle que l’on peut laver .. en grignotant une planche avec un ciseau à bois .. un burinant une pierre avec un ciseau et un maillet .. en sculptant telle ou telle matière de la nature .. en réfléchissant, méditant, pensant …. qui sait ?

Le lieu lui est  indéfini, d’aucuns disent infini .. un peu comme s’il était nulle part et partout, comme s’il était matériel et spirituel, comme s’il était là et ici, urbi et orbi, en nous très certainement ….

Pourquoi ….. éternelle question de l’humain qui, curieux, s’interroge et interroge autrui sur lui-même et son devenir .. terrible que de se questionner sans savoir à qui poser les questions. Cela est-il une esquisse de réponse à la création, humaine, de « divinité(s) » servant de repère, virtuel, à une angoisse physique et métaphysique ?

C’est tout de même terrible  ce mot Mektoub signifiant c’est écrit ; il peut angoisser, terrifier, confisquer des pans entiers de l’humain, être une arme sans parade dans des mains fanatiques, un carcan esclavagiste pour des esprits faibles, une horreur …..

Mais est-ce ainsi que l’on doit, que l’on peut l’appréhender .. en lui même il est neutre, ni bon – ni mauvais, il « est » et ce n’est que nos interprétations qui le corrodent ou le magnifient.

Curieusement c’est un concept issu du Coran (une des trois religions du « livre »), à l’instar du « Verbe »/ »Parole » issus eux aussi de ce que l’on nomme « religion ». Et le pseudo fatalisme en découlant pour la majorité de la population (profane) est devenu intimement lié à « l’arabe » comme si l’islam était un concept .. géographique matériel. Glissement assez étrange dans le fond ….

Alors ce qui « est écrit » , comment le ressentir hors les acceptations connues, banales, qui sait superficielles et quelque peu erronées ….

Et si ? Et si ! Et si on imaginait autrement, différemment, en sortant de la routine des habitudes venant dont ne sait où  .. si, si le chemin écrit (puisqu’il s’agit de cela) était multiple, multiformes, parsemé d’embranchements, de croisements, d’autres chemins de traverses ?

En quelque sorte pouvons nous envisager une multiplicité d’avenirs écrits, simultanément, avec comme  possibilités d’aiguillages notre choix d’être humain … Ou d’une autre manière l’avenir est-il pluriel ? En fait ne nous est-il pas intime, en notre corps, en notre coeur, en notre esprit …

Mektoub est gravé dans le secret de notre être, qui sait s’il ne s’agit pas d’une autre facette d’une « Parole perdue », ou du moins égarée devant notre regard d’aveugle.

Mais « c’est écrit » suffit-il ?

Que nenni !

L’écrit, sous toutes ses formes graphiques n’est pas suffisant … il faut, pour vraiment créer  » énoncer le son » ….. il faut que le champs vibratoire agisse réellement sur la matière indifférenciée, il faut « nommer » dans le formes pour que le chaos s’organisât un tant soit peu … « ordo ab chao » …

Et lorsqu’un croyant en l’islam ajoute à « mektoub » .. « inch’allah » sait-il ce qu’il énonce ainsi ?

Fait-il appel à une/la divinité ou bien, inconsciemment, tente-t-il d’activer la parcelle qui est en lui et qui luit dans ses ténèbres ?

mektoub2.jpg

Curieux tout cela, je te sens dérouté et dubitatif .. Pourtant si tu as la curiosité d’aller voir ailleurs, de réfléchir par toi même, de chercher .. tu trouveras en toi ce qu‘il y a de gravé, il te restera a le « dire », il te suffira de le « dire ». Je sais … c’est extrêmement difficile, il faut dépasser ses propres dogmes et certitudes, il faut dépouiller et abandonner « le vieil homme », il faut du temps, beaucoup, une vie n’y suffit pas … mais en avons-nous qu’une ?

Ainsi « c’est écrit » … tout serait donc écrit dans un livre universel et intemporel ….. mais la « divinité »  pourrait-être nous même par notre choix d’un futur, d’un avenir, d’un demain. Le choix reste humain, mais l’humain reste-t-il seulement humain ? Je me retrouve dans une sorte de labyrinthe guère éclairé, sinon par une pâle lueur, là bas, loin, devant, au dessus, en dessous, au delà …. et un labyrinthe, ceux que je connais par les bâtisseurs de cathédrales et d’églises, n’ont qu’un chemin unique pour aller de l’extérieur vers l’intérieur, du macrocosme au microcosme, de moi à moi. Paradoxe détonnant ne crois-tu pas ?

Étrangeté de la pensée humaine : partant de Mektoub (c’est écrit), il est possible d’en arriver à la divinité de l’homme ; partant d’un mot né dans un écrit religieux, en creusant la terre, en soulevant la poussière, en soufflant sur la braise …. nous voici évoquant la possibilité que le dieu soit en nous et non dans l’écrit.

Idées divagatrices d’un mécréant ….  élucubrations sans bornes .. propos d’un impie .. athéisme militant .. Plutôt tout simplement ressenti d’un homme libre, ni athée stupide, ni irréligieux combattant. Un cherchant, curieux de tout, en quête de rassembler ce qui est épars au delà de tous dogmes … pas facile.

Et bien moi quand je « dis » mektoub, c’est toujours en ayant le regard fixé vers la voûte étoilée : sur les étoiles de la voie lactée, celles que je discerne dans ton regard, celles que je peux découvrir en moi ….. c’est ainsi : Mektoub !

Chris

janvier 6010

mektoub3.jpg

 


Commentaires»

  1. « Mektoub » peut-être.! Parfois un peu facile, après tout c’est écrit…
    Pourquoi ne pas tenter d’affiner ces pleins ou ces déliés qui donnent une forme à notre destin ?

    Répondre

Laisser un commentaire

Aldaria Final |
A demi -mot |
DES LETTRES ET DES MOTS |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Aimé Comoé
| Les Poétiques Littérales
| Red Spirit