navigation

Crépuscule 12 janvier, 2010

Posté par hiram3330 dans : Billevesees & coquecigrues , trackback

Crépuscule

crepuscule.jpg

Instant intemporel où l’hésitation du temps semble vaciller entre jour et nuit, entre orient et occident, entre …

Entre « chien et loup » en est une expression imagée, entre ces deux canidés aux crocs redoutables, tel le balancier d’une antique pendule, le « temps suspend son vol » … en apparence.

Allons nous passer de Midi à Minuit, comme tous les jours, comme chaque fois que Râ se décide à plonger dans l’immensité de l’horizon qui flamboie de cette chute … en apparence.

Mais là, je ne verrai pas distinctement ce phénomène aussi merveilleux que naturel, merveilleux car naturel … les cieux croulent sous la charge des nuages, qui courent comme le vent qui fonce sans limites … en apparence.

La vue est brouillée, comme l’azur assombrit, comme cette vision lointaine où s’engouffrent brouillard et larmes du ciel … je frissonne.

Instant intemporel où l’hésitation du temps semble vaciller entre jour et nuit, entre orient et occident, entre …

Sol est avalé, loin là bas, par cette ligne qui s’efface sous les assauts du ruissellement d’une tristesse aussi présente et prenante que le spectacle de ce crépuscule blêmissant à peine, à peine …

Bizarre que de ne voir, de n’apercevoir que des lueurs fantomatiques d’une voûte étoilée qui se dissimule maintenant, se drape dans un suaire grisâtre d’ondées en suspension.

Même Séléné semble s’être figée dans l’abri de ces vagues humides qui galopent, folles, comme une immense fantasia un peu sinistre.

Mais où sont donc réfugiés les diamants qui décorent, d’habitude … d’habitude, la dais d’un bleu profond, d’un bleu paradoxalement chaud, d’un bleu qui sied à mes réflexions, et non ce bleu à l’âme que je devine, tapis, apeuré, anxieux là haut, plus loin que mon regard bloqué ce soir.

Instant intemporel où l’hésitation du temps semble vaciller entre jour et nuit, entre orient et occident, entre …

Crépuscule tu m’écrases ce soir du poids, du poids de ton appétit qui aspire en un maelström ces myriades que j’admire, que j’admirai jusqu’à aujourd’hui, en esquissant un sourire en réponse à ceux que je devinais, confiants … Je suis triste.

La grisaille grignote inexorablement la rougeur sanglante qui auréole l’ensevelissement de l’astre de lumière .. L’empyrée moutonne comme sous les coups de boutoir de mon coeur qui veut s’échapper et fondre dans l’ailleurs de l’horizon … Je suis triste.

Que faire devant ce passage, ce devenir qui me rebute et me contrit .. comment pouvoir résister a ce gouffre qui paraît s’ouvrir et béer en m’attirant à lui par la seule puissance des souvenirs qui semblent fondre à son contact, comme s’ils carbonisaient instantanément à la vue  de cette lumière qui se meurt malgré l’averse qui surgit.

Crépuscule tu m’asphyxie des miasmes sulfureux qui jaillissent dans la lutte de la Lumière contre la Ténèbre, d’aujourd’hui contre demain, du sourire contre les pleurs, de la voie lactée contre le trou noir .. cette lutte est difficile, pénible, blessante, épuisante.

Instant intemporel où l’hésitation du temps semble vaciller entre jour et nuit, entre orient et occident, entre …

Tous les « jours » il en est ainsi.

Rythmé par les équinoxes et les  solstices, les phases lunaires, la ronde sans fin des galaxies la lutte jamais ne finit .. parfois un équilibre fragile et précaire s’établit .. fugace.

Mais peu m’importe ici et maintenant cette mécanique céleste qui se déroule et s’entrechoque à mes souvenirs, déjà des souvenirs, d’un temps jadis, déjà jadis .. et je suis triste comme un pierrot la lune au visage plâtreux où glisse doucement une perle salée qui va s’évaporer ne laissant que des cristaux amers.

Pourtant, pourtant que les étoiles peuvent être belles et complices dans le secret de confidences murmurées muettement, là où les mots n’existent pas, n’existent plus …

Chris

janvier 6010 

crepuscule1.jpg

 

 

Commentaires»

  1. un hiver, un soir…
    un printemps, un matin…
    une déclinaison passée
    et puis…
    et puis une aurore souriante
    et puis….
    « cueillir le jour présent »

    Répondre

Laisser un commentaire

Aldaria Final |
A demi -mot |
DES LETTRES ET DES MOTS |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Aimé Comoé
| Les Poétiques Littérales
| Red Spirit