navigation

Sourire 24 janvier, 2010

Posté par hiram3330 dans : Billevesees & coquecigrues , trackback

Sourire

sourire.jpg

Grimace faciale positive, pourrais-je dire avec un peu d’amusement .. mais pourquoi pas dans le fond. C’est bien d’une grimace dont il s’agit, d’une torsion faciale …. mais il est vrai également qu’elle se définit principalement par un mouvement ascendant des coins de la bouche, accompagné d’un plissement des yeux. Voilà donc pour la technique physique, à quoi en sommes nous donc réduit ma bonne dame …

C’est humain comme manifestation, mais est-ce toujours sincère ? Voilà une question qu’elle est pas mauvaise …. un sourire peut-il n’être pas sincère .. et si oui comment s’en apercevoir ?

Un sourire plein, ou un demi sourire, voire pour les plus  .. un quart de sourire, bref, on découpe le sourire me semble-t-il, mais comment ? Comment peut dire quantifier de la sorte cette expression faciale, en principe humaine, qui est perçu tant par soi-même que par autrui ?

Je m’interroge …. et même je t’interroge toi ! 

D’un coup plus l’ombre d’un sourire je vois …. (un sourire aurait donc une ombre ..?), le mouvement des coins de tes lèvres est descendant, tu fais la moue, voire même un rictus pas « jojo » je dois te le dire … Et oui, je t’interroge toi ! Croyais-tu rester embusqué derrière ton écran (même pas plasma ..) à poursuivre paresseusement les mots que mon clavier a posé lors d’une crise de danse de mes doigts ….

Vi, un sourire est entier, ou morcelé, mais sa sincérité est sujette à discutions quelquefois  alors .. alors comment déterminer le degré, ou plutôt la vérité  de ce signe qui part des lèvres, du coeur … mais qui peut être froid, glacial aussi, et sais-tu comment le percevoir ?

Les yeux !

Le regard !

Là, pas de simulacre … pas de simulation ….. pas de .. ton regard éclaire  le mien bien plus que des paroles verbales et qui s’envolent, et se dissolvent dans l’air, et s’évanouissent dans les brumes des bafouillages …. tes yeux, eux, parlent sans pouvoir se cacher.

Sourire est une belle chose, une lumière qui s’éclaire, un instant qui se fige dans la beauté, un visage qui se découvre au plus profond, une personnalité qui se dévoile, une goutte de magie, une larme d’éternité, un soupçon d’harmonie …. parfois un prélude à … un rire qui va venir cascader en plus.

J’aime à voir naître cette clarté qui efface les nébulosités des soucis, qui éponge les perles du chagrin, qui évapore le brouillard de l’angoisse, qui vient déclencher le mien de sourire, de regard à regard, au delà des mots, faibles, par une osmose instantanée.

Et puis, et puis il s’ancre dans ma mémoire, il se dépose dans mon coeur, il recouvre mes propres grisailles, il ravive l’humeur bonne qui est indispensable à chacune de nos journées, il m’enrobe …. j’aime.

Lorsque, seul, j’y songe mes yeux vont le quérir là haut, bien haut, très haut au plus profond de l’azur  .. là où nichent les étoiles complices qui renferment tant et tant de ces sourires comme un coffre plein de trésors qu’il me plaît, comme Picsou, de malaxer en ma mémoire pour en extraire, encore et toujours, ces étincelles jamais éteintes …. ces paillettes qui débordent, quelquefois, de ton visage qui est toujours en moi, qui telle l’étoile du berger guide mes pensées souvent.

Je m’égare, je me disperse, je divague … Non, une des forces d’un sourire est d’ouvrir une foultitude de portes en nous, en notre coeur, en notre esprit, en notre humanité … Cette clarté est une portion, une partie, une parcelle, une facette de la Lumière ….. cette clarté qui illumine soudain ton visage, ton regard, ton être m’est un précieux cadeau que je sais, aujourd’hui, déguster et savourer en te le rendant … plus justement en le partageant avec toi.

Accompagné en plus d’un clin d’oeil complice, introduction à un éclat de rire, à un « fou » rire (cette folie est un délice ..) ton sourire me donne force et vigueur par sa sincérité et sa spontanéité … j’aime.

Pas besoin de sons … de paroles … la communication est immédiate, profonde, riche. Ce partage sans temps et sans lieu me fait aller …. ailleurs, dans un monde autre que je ne sais définir, mais que j’ai appris à apprécier car il est celui d’une plénitude que j’aime.

Je ne sais même plus quelle couleur sont dans tes yeux en ces moments si privilégiés .. qu’importe d’ailleurs, c’est à la fois de l’or et de l’argent qui fondent dans cette luminosité où surnagent et pétillent des diamants …. m’y perdre en partageant … j’aime.

Alors, lorsque la solitude me rend nostalgique, quasiment triste …. irrésistiblement c’est vers la voûte étoilée que je fixe mon attention rêveuse, et dans ces multitudes d’escarboucle je distingue ta silhouette et goûte encore et toujours à ton sourire qui sait si bien déclencher le mien, s’y enrouler, s’y fondre ….. et qui me manque.

Chris

janvier 6010 

sourire0.jpg

 

Commentaires»

  1. le quart d’un demi-sourire…un brin moqueur parfois

    Répondre

  2. et là…pas l’ombre d’un doute !
    « un sourire a parfois plus de significations que des mots, on m’a demandé si j’étais heureux (se) de t’avoir dans ma vie… j’ai juste souri »

    Répondre

  3. Le regard sourit …….suffit de le voir ……….

    Répondre

Laisser un commentaire

Aldaria Final |
A demi -mot |
DES LETTRES ET DES MOTS |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Aimé Comoé
| Les Poétiques Littérales
| Red Spirit