navigation

Chaos 4 février, 2010

Posté par hiram3330 dans : Billevesees & coquecigrues , ajouter un commentaire

Chaos

caos1.jpg

Terrifiant est ce mot dans l’inconscient collectif et individuel, terrifiant et porteur de catastrophes toutes plus pires les unes que les autres, des images incroyables coulent de notre esprit d’un coup devenu brumeux et … chaotique.

Les clichés défilent et se suivent, noir, rouge, dégoulinant de peurs et d’horreurs quand résonne et claque ce mot, si bref, dans le silence d’une atmosphère déchirée des cris sans sons qui en suintent.

Que l’humain peut être étrange avec sa ribambelle d’illusions qu’il traîne en lui, la complexité de ses craintes intimes, de ses phantasmes inavoués …. il pense ( … d’une certaine manière …) que la chaos est négatif, sombre, dangereux.

Certains bipèdes de notre humanité, défendent par philosophie politique (hé oui ça existe) l’Anarchie. Mais là aussi existent deux branches, deux conceptions de cette notion ..

La première est celle qui voudrait que nulles contraintes n’entravent la liberté individuelle, et collective, de l’humain éveillé et conscient de son être et de celui d’autrui.

La seconde est celle qui voudrait qu’il faille faire « table rase du passé » pour construire un meilleur demain, et faire « table rase du passé » est un doux euphémisme qui recèle, hélas, une violence sanglante en général.

Ainsi le chaos est toujours ressenti, perçu, appréhendé comme désastreux et dramatique …. quasiment une punition des dieux, une vengeance de la divinité mécontente, un nettoyage naturel des scories humaines …

Lorsque l’on pense au chaos, immédiatement se présentent des images de destructions …. naturelles (tremblement de terre, éruption volcanique, avalanche, tsunami, ..), ou d’essence humaine (guerre, accident, manifestation, ..) ….. cette vision m’interroge.

Une relative maturation de la pensée, alliée à des réflexions et recherches personnelles, font parfois que le chemin ainsi emprunté puisse nous amener sur d’autres embranchements de la perception humaine.

Chaos de la mythologie grecque … l’origine.

Concept extrêmement complexe et difficilement  assimilable à l’esprit humain qui pourtant en fut le créateur d’une certaine manière .. paradoxe une fois encore, une fois de plus.

« Origine », « début », « commencement » …. comment comprendre cela ? Il faut écarter, volontairement, l’aspect réel, rationnel du berceau de la création ! Sinon …. la folie pourrait nous guetter dans cette quête sans bornes, sautillante d’un début à un commencement, d’un commencement à une origine .. bref une courses sans l’esquisse d’un espoir d’en arriver à l’avant de l’origine …….

« Materia Prima » telle est l’expression ancienne, Traditionnelle issue de l’Alchimie pour « nommer » ce que je ne sais mieux définir en proposant « le Tout de l’avant » … Oui je sais c’est pas terrible ….. mais comment expliciter une notion voulant décrire ……. l’indescriptible …

Est associé à « ça » le Noir, c’est à dire l’absence totale de Lumière, l’oeil ne perçoit rien …. mais étrangement l’être sens quelque chose, est-ce de l’ordre du psychisme pur, pour ne pas dire, oser dire de l’âme ? J’en reste songeur ….. face à ce « noir » que je ne sais, ne peux décrire et pourtant …. pourtant c’est « quelque chose » ……. c’est le Tout et c’est rien pour mes sens usuels.

En Alchimie le « Noir » est la putréfaction indispensable à l’émergence de la Création, est-ce identique ici ? Probablement ! Mais comment trouver les mots, les images, les phrases pour exprimer l’ineffable de cet infini, non pas de rien, mais de Tout ! Et dans Tout n’y a-t-il pas inclus le « Rien » ?

Ça se complique, tant est que cela fut simple au Commencement …

Quelle étrange maxime, exclamation que  » Tout ou Rien ! » n’est-ce pas .. Ici je m’aperçois que le « ou » est incongru .. car il s’agit du Tout et Rien, pour en arriver en définitive au Tout .. tout seul, ou plus justement incluant … Tout !!!

Chaos.

Magma primal qui Est, Magma Originel, Magma Indifférencié …. bouillonnement immobile d’où jaillira, en rafales, en jets, en parcelles, tant et tant.

Au commencement …. mais là nous sommes avant le commencement … nous sommes face à Tout, et nos questions sont issues aussi d’ici : d’où viens-je, où suis-je, où vais-je ?

Est-ce de là que l’on peut dire : « Au commencement était la Parole … » ? Mais non, au Commencement n’était pas la Parole puisque le Chaos régnait dans un « Tout ».

Difficile de saisir … avant le commencement était donc un Tout, un Chaos, puis-je en déduire que le Commencement n’est pas ce qu’il paraît être ?

Chaos.

C’est le souk le concept dissimulé derrière ces cinq lettres, et tenter de le définir de façon cohérente, et surtout compréhensible au commun des mortels, est une gageure un peu comme essayer d’atteindre le Centre de l’Idée, ce qui est une quadrature du cercle également. Vertige qui tourbillonne dans ma tête quand je crois m’approcher de quelque chose en périphérie de ce Tout là.

Prima ! Premier ! Mais même  ainsi je saisis mal ce que cela peut être ….. 

Et si je m’intéresse au prologue de Jean : « au commencement était la Parole, et la Parole … (…) », alors là ….. noyé je me retrouve, et avec peu d’espoir de pouvoir surnager sur cette vague que je ne discerne même pas !

Et si je prend l’autre bouquin, celui qui cause, symboliquement certes, de la Création, c’est pas mieux ….. du Chaos on (oui celui qui …) tire deux partie : Lumière et Ténèbre ! Alors là …… c’est pire !

En premier lieu nous avons un « Tout » qui englobe « tout » mais qui est « séparé » par quelqu’un …… bigre, j’en déduis que « tout » n’est pas « Tout » puisqu’il y a un mécano qui bidouille ce « Tout » pour en faire un jour et une nuit. Sacredieu !! Je me suis égaré dans une drôle d’histoire chaotique !

En un second lieu, force est de constater que nous avons un démiurge ….. et il sort d’où le gugus ? Pas du « Tout » puisqu’il est celui qui d’une simple parole sépare le chaos en deux .. pour commencer si je puis dire. Là il s’agit de .. nage coulée …. j’en perds le souffle.

Le Chaos !!! 

Est-ce cela le chaos que d’être en pleine déroute lorsque l’on tente d’en caresser discrètement la périphérie ?

J’avoue que je sèche un tantinet en cet instant figé par l’obscurcissement de ma quête déjantée soudainement .. le chaos règne  (sans partage là) sur ce qui me sert (quelque fois) à réfléchir …. Je divague et erre, vacillant, sur l’écume de vagues grondantes qui me mènent, sans douceur, vers mon incompréhension …. 

Dans le fond que suis-je donc allé faire dans cette réale où je rame, suant et soufflant, pour me dépatouiller d’un sujet certes primordial .. mais qui aurait pu attendre encore quelques millénaires …

Pourtant le Chaos est beau, plein de force et de sagesse finalement puisqu’il est « Tout »  …. et c’est dans cette « in-formité » que mature « tout le reste », tout ce que je peux voir, sentir et ressentir …. en fait j’aime assez.

Quand je songe que c’est de là que sont nées les étoiles, planètes et galaxies qui peuplent ma voûte étoilée …

Et puis, et puis si je puis admirer la voie lactée, souvent, sans me rassasier, n’est-ce pas que « Ordo ab Chao » ?

Chris

février 6010

ordoabchaos.jpg

 

12

Aldaria Final |
A demi -mot |
DES LETTRES ET DES MOTS |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Aimé Comoé
| Les Poétiques Littérales
| Red Spirit