navigation

Zénith 30 mars, 2010

Posté par hiram3330 dans : Billevesees & coquecigrues , trackback

Zénith

zenith.gif

Non pas les salles de spectacle de Paris, de Montpellier ou d’ailleurs … non pas ces cubes concentrationnaires, temples de l’assourdissement à un prix prohibitif … non pas ceux là de zénith !

Celui « d’en haut », celui qui plombe nos crânes, celui qui éponge nos ombres quelques secondes, celui qui recharge notre septième chakra, celui  qui est, non pas l’opposé, mais à l’opposé du Nadir …

Brillant ce point … d’aucuns l’associent bizarrement  à l’étoile polaire, l’étoile du berger .. Vénus en fait. Astronomiquement ce n’est pas exact, c’est même, je pense, totalement faux, mais qu’importe cela face à l’imaginaire (poétique parfois) de l’âme humaine, oui de l’âme.

En fait, pour la plupart d’entre nous le Zénith est le point culminant atteint par le Soleil, ce qui est plutôt restrictif, donc partiellement erroné, du moins nettement incomplet.

Ce point culminant n’est pas lié au Soleil .. et oui, c’est une idée reçue, mais non avérée …. en réalité je ne t’expliquerai pas mathématiquement, physiquement, astronomiquement là ce qu’il est ; pour moi c’est un peu au delà de ma compréhension immédiate, et je suis suffisamment fainéant pour ne point chercher à surchauffer mon neurone dans cette recherche (tu vois tu n’es pas le seul dans ce cas).

Zénith

Au dessus de moi, et même de toi, et même de tout le monde … Au dessus, plus justement à l’aplomb (comme le fil ..) de ma tête, en contact virtuel direct avec mon septième chakra, avec la fontanelle non close encore du nouveau né, avec ce qui est (parait-il) le siège de « l’intelligence » et de la « conscience » humaine.

Si l’on trace un trait du point zénithal traversant notre corps celui-ci (le trait pas le corps .. essaie de suivre un peu) va rencontre le point Nadir, celui qui est sous nos pieds …. En théorie et en moyenne, j’aime à imaginer que la rencontre du trait de l’un et de l’autre se fait au niveau de mon nombril (oui je suis un zeste nombriliste), au niveau d’un autre chakra que je te laisse découvrir.

Cette histoire de zénith est quand même un peu étrange pour le simple « pékin » que je suis (toi je ne sais ..) ; ce point me transcende toujours, où que je sois, ça m’agace un peu mais finalement si je l’examine d’un oeil ouvert je m’y fais …. et je discerne même l’intérêt égoïste que je peux  utiliser dans ma (« mes » les meilleurs jours) réflexion(s).

Il me fait penser (et oui j’ai besoin de stimuli là aussi ..) à une phrase ancienne : « et dans la tombe l’oeil regardait Caïn » qui peut laisser songeur car, il me semble me souvenir que cela suivait un meurtre (sinon un assassinat) ; et une autre image vient percuter soudainement mon neurone préféré (car unique) c’est celle d’un Oeil ouvert (oudjat égyptien ou pas) souvent couronné d’une « gloire » …

Voilà donc que je suis, moi l’humain, dominé (quelquefois écrasé) virtuellement par un point mathématique, physique, astronomique et que je n’y puis rien …. est-ce à désespérer ?

Zénith

Pourquoi être « écrasé », ne vaut-il pas mieux profiter de cette aspiration verticale qui redresse mon dos, soulage mes épaules, attire mon regard vers une contrée que je ne peux que supposer car d’une infini distance, hors de ma compréhension d’être de chair, plongée dans l’incommensurable où, avec toi et d’autres, je baigne perpétuellement.

Point mystérieux, point mystique, point merveilleux, point … il indique sans contestation, pour moi, le lieu, l’endroit, l’espace le plus élevé que je puisse imaginer dans l’humilité de ma petitesse d’homme, un idéal quasiment.

Serait-ce ainsi, et aussi, un point idéal, idéalisé, en quelque sorte un « paradis » (sans connotation religieuse avérée), un espace (temps ?) où l’on trouve simultanément l’arrivée et le départ, « l’Alpha et l’Oméga » des traditions, notamment, chrétiennes qui en ont fait un « Dieu » patriarcal sanglant et débonnaire à la fois … la foi …

Ce Zénith m’intrigue car je ne peux le cerner (certes cela est « normal » scientifiquement), je ne peux l’imaginer clairement, un peu comme un rêve brumeux, une image brouillée, une utopie réaliste, une réalité utopique, un but de départ ….. paradoxes.

Et puis, et puis « basta » je le conçois comme un trait, le trait allant de l’infini nocturne à l’infini  diurne en traversant mon (ton) corps et en éveillant le serpent lové qui va se faufiler de chakra en chakra … un trait de « feu », un trait directionnel, un trait éveillant …….

Zénith

Tu transcende mon moi, mon être, mon monde et réveille ma curiosité assoupie dans la stérilité de la contemplation de mon nombril (ce qui me fait loucher bien sûr) et stimulant, une à une, en ascension, les « roues » de l’antique tradition pour m’amener, en douceur et en conscience, partager la force, la beauté et la sagesse des étoiles de notre voûte stellaire  … là où je rencontre, partage, me noie dans un regard d’infini.

Chris

mars 6010

chakras3.jpg

 

Commentaires»

pas encore de commentaires

Laisser un commentaire

Aldaria Final |
A demi -mot |
DES LETTRES ET DES MOTS |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Aimé Comoé
| Les Poétiques Littérales
| Red Spirit