navigation

Précieux 29 avril, 2010

Posté par hiram3330 dans : Billevesees & coquecigrues , 1 commentaire

Précieux

precieux1.jpg

Rare est ce terme aujourd’hui, et donc .. doublement précieux, doublement oui un peu comme des jumeaux, tu saisis l’image …. tu appréhendes un peu le concept, tu restes légèrement dubitatif, et pourtant …

Pré – cieux …. ne vois-tu pas là un signe à peine dissimulé de la richesse (cela va de soi) de ce terme apparemment « matérialiste », un signe qu’il te faudra lever les yeux pour espérer en caresser la douceur, en savourer le velouté, en apprécier le son quand il traverse l’air ; l’air de rien tu y es sensible, comme moi.

Comment n’être pas sensible, comment pourrait-on être indifférent à la « préciosité », non pas celle des siècles passés (des « nobles ») mais bien celle que je sens dans ce mot et ce concept qui sont si doux, même plus qui sait.

Il y a peu ce « précieux » est donc re-venu sur le tapis, pas persan le tapis, juste l’image habituelle pour dire .. bon tu le sais, passons .. Précieux est là, comme titre à ces quelques lignes que je m’efforce d’aligner avec componction, avec sérieux, avec tout de même une gouttelette de malice, une dose de taquinerie, un sourire partagé, un ….. bon là aussi tu sais imaginer les « non-dit », ceux qui hurlent à nos oreilles.

Les « précieuses ridicules », bel’ouvrage bien que … cette féminisation est des plus cocasse car erronée …. la connerie transcende les sexes, la poésie aussi grâce à Dieu. J’avoue ne pas trop apprécier, même humoristiquement, cet accolement de termes : pour moi, et ça m’importe beaucoup mon avis, »précieux » l’est trop (notamment par sa rareté) pour être galvaudé.

Il te semble que je divague sur le champs clos de cet écran quand ce mot, balbutiant un peu, prend rang dans les écrits que je commets, en catimini. Et bien non, je laisse juste aller l’enchaînement (vi c’est mon coté maso) de mes idées (vi au pluriel pour moi !) qui paraissent (à tord) s’égarer sur les pistes inconnues de mon imaginaire (que tu crois ..) alors qu’en fait, en faite, en fête …..

Précieux comme l’Or, mais qu’est-ce l’Or ? Imagines-tu une seule seconde qu’il puisse s’agir de ce métal jaune, lourd, tendre …. tendre est un début de solution me semble-t-il. L’Alchimie dissimulait, dissimule de nos jours toujours sous des allégories surprenantes, des vérités immémoriales ; dès lors qu’est-ce donc que l’Or, je te pose la question !

Une maxime populaire nous dit « tout ce qui brille n’est pas de l’Or », certes ! J’en conviens, ce peut être de l’argent (métal), du diamant, du chrome, du fer, du verre, bref tout une foultitude de matières « nobles » et moins .. ce n’est qu’une question personnelle, et de convention usuelle. Regardes couler un fin filet d’huile d’olive qui miroite au soleil …. n’est-ce pas là une facette de l’Or ?

Dégoulinantes sont ces phrases que tu pistes en espérant, en croyant, en souhaitant qu’elles te mènent, j’allais dire qu’elles te tirent …, là où tu ne t’y attends pas : un lieu secret et couvert, connu des seuls vrais …. un peu toqués, un peu mutins, un peu clowns ….. des reflets de soi-même, en partie.

Un marécage d’images surgissent et plongent comme des carpes asphyxiées et vont, agitées, se répandre dans les sables mouvant  d’un film en noir et blanc d’où jaillissent des multitudes d’éclats multicolores et … précieux …

Délicatesse du terme, tendresse du concept, douceur du mot .. voilà bien l’esquisse d’une perception, personnelle certes, mais néanmoins assez juste j’en suis persuadé. Toutefois son sens n’est pas aussi limpide qu’il te semble à toi ; nous avons une vision trop « primaire » du « précieux » comme si le matérialisme nous avait absorbé, avalé, englouti …

Et bien non, c’est dans l’immatériel que nous sommes là et ici, dans le spirituel parfois (en son sens premier et réel) .. nous voici dans notre esprit et notre coeur alliés (ce qui n’est pas si fréquent reconnais-le), nous voilà dans le domaine de l’Humain (oui avec majuscule, on se refuse rien).

Le regard, notre regard (le mien comme le tien) se tourne vers son origine, vers son « centre », vers l’intimité qui fait que nous sommes « être » doué (heu ….) de raison (heu ….) et de passion(s) (heu …), en résumé le « précieux » n’est peut être pas (sûrement pas pour moi) une « chose », un « truc » qui brille et m’éblouit par  sas pseudo capacité à me faire saliver devant une richesse d’or, et non d’Or.

Je ne t’apprend rien, je le sais, je me permets juste un léger rappel qui n’est jamais, jamais inutile ….

precieux0.jpg

Quelle importance est à donner, à prêter, à partager quand les mains m’offre de l’or ? Non dans ce cas là, dans tous les cas .. se sont les mains qui sont précieuses, inestimablement précieuses, incommensurablement précieuses, l’or n’est que l’illusion face à La réalité.

L’Instant est précieux, le moment est précieux, la tierce est précieuse (oui cherche la signification, ça ne fait pas de mal).

En fait quelle Alchimie nous transforme le vil plomb en Or potable, celui qui envahit en réchauffant tout mon être, celui qui fée que se métamorphose la réalité vulgaire, en un espace de sérénité. Cool, zen et serein devient alors cet espace-temps qui n’a ni début, ni fin, ni limites …

Précieux comme l’enfant naissant, son regard si confiant, son air pensif, ses pleurs quand je m’éloigne …

Précieux comme ce soleil qui perce les nuées de mes sombres pensées, de mes soucis, de mes peines …

Précieux comme cette traînée d’étoiles qui s’amusent à me faire des clins d’oeil de la voûte étoilée …

Si j’en arrive à me re-centrer sur le vital, combien d’exemples puis-je trouver : une multitude, une foultitude, un tombereau, une averse, des tonnes …. tous ces mots ne servent pas à grand chose en regard à mon ressenti ne penses-tu pas ? La richesse, la vraie, tu la connais aussi bien que moi ….. voyons …

Vient-elle de la rareté ? Je n’en suis pas certain, mais ce que je pressens est qu’elle n’est pas toujours loin, compliquée, dissimulée ….. elle est dans le fond .. simple.

Un moment, un instant, une tierce.

Me voici et me voilà, hors du temps et de l’espace, hors de moi (non pas en colère), hors de mon quotidien terne quelquefois, hors de la pénombre, hors des soucis qui s’effacent, hors … or … Or.

Précieux.

Pré-cieux, près-cieux …..

Cieux, voûte étoilée, voie lactée …

et un regard,

et une pensée,

et une complicité,

et ..

et …

et toi !

Chris

avril 6010

precieux3.jpg

Espace sacré 24 avril, 2010

Posté par hiram3330 dans : Digressions , ajouter un commentaire

 

 

 

Image de prévisualisation YouTube

C’est quelle secte ? 22 avril, 2010

Posté par hiram3330 dans : Billevesees & coquecigrues , 1 commentaire

C’est quelle secte ?

secte4.jpg

Cette troupe iconoclaste qui jaillit, en masse (une douzaine), vêtu de col blanc et d’uniforme sombre … en chantant, en ayant une marmite (fausse) où gisent des piécettes … c’est quelle secte ?

Cette bande, multicolore, bourrée d’instruments de musique hurlant des airs ibères sous la lourdeur d’un soleil de juin … suante et souriante, laissant dans l’air une odeur anisée … c’est quelle secte ?

Cette procession d’hommes, ambiguës dans le froc immaculé, qui s’avance d’un pas cadencé et lourd au fin fond d’un atrium sombre en laissant planer une mélopée latine antique … c’est quelle secte ?

Cette cohorte kaki qui d’un pas martial écrase de ses bottes tout, tout y compris l’impalpable poussière, dans un chant « viril », dans le scintillement de métal mortel, dans un avancement irrépressible … c’est quelle secte ?

Cette ribambelle  d’extra-terrestre vêtus de blanc, une coiffe étrange et haute sur la cabèsse, un pantalon à petits carreaux, une louche « louche » à la main, un tablier pas blanc-blanc sur le ventre … quelle est cette secte ?

Cette multitude qui serpente, la nuit, une flamme en main, les pieds sur des planches, à flanc d’une montagne blanche, et qui se pèle le museau un air extasié sur le mourre … quelle est cette secte ?

Cette kyrielle bottée, casquée, avec bouclier et matraque qui s’infiltre, bruyamment face aux manifestations, et qui fait pleurer pas ses jets d’oignons chimiques, ses visières rabaissées … quelle est cette secte ?

Cette tripotée bariolée, plus ou moins rangée, survolée de drapeaux, en costumes chatoyant, en joggings et en tennis de marque, qui salut et qui rit à l’ouverture de jeux aux cinq anneaux … c’est quelle secte ?

Cette flopée de peaux blanche, brune et noire peu vêtues hormis des paillettes ruisselantes de sueur, déhanchées, hypnotisées par des musiques carnavalesques d’amérique du sud qui rendent fou … c’est quelle secte ?

Cette tapée d’androgynes  jupées soufflant dans d’étranges outres qui gémissent et grincent, alors que le vent des landes sauvages accompagnent gémissant ce ver qui se faufile vers la mer … c’est quelle secte ?

Cette cohue de  serpents à dominante pourpre qui glisse sur l’immense place du minuscule État en marmonnant une litanie liturgique incompréhensible, qui  va s’agenouiller pour baiser une pierre de Pierre dans un chatoiement d’or en croix … c’est quelle secte ?

C’est quelle secte ?

secte.jpgsecte1.jpg

Il y a celles et ceux qui se regroupent, mystérieusement, pour aller .. tous ensemble, tous ensemble, tous  .. convivialement déterminer Le lieu, et se rallient au mot d’ordre bien connu : « on mange où ? » ..

Il y a celles et ceux qui se rassemblent, énigmatiquement, pour tomber des choppes et des chopines, des « jaunes » et des ballons, des mixtures aux degrés nombreux, sinon élevés ..

Il y a celles et ceux qui se massent, curieusement, en des lieux ovales et brûlés de soleil, pour s’extasier et se réjouir, bien à l’abri, de la mort de masses sombres, qui meuglent désespérément,  d’où ruissellent des rivières carmin ..

Il y a celles et ceux qui s’agglutinent, la nuit, dans des endroits clos, enfumés, aux lourdes vapeurs éthyliques, aux odeurs étranges, dans un genre de sauna assourdissant et ravageur, seuls ensembles ..

Il y a celles et ceux qui, subrepticement, vers midi, telles des ombres fantomatiques s’insèrent en des locaux bizarres, d’eux seuls connus, pour se protéger d’un bout de cuir et d’une paire de blanc gants, muets ..

Il y a celles et ceux qui s’attroupent en riant, aux éclats, en frissonnant de terreur, en sanglotant ou en vibrant devant une sarabande d’images colorées qui surgissent sur un écran blanc, dans un déluge de quadriphonie ..

Il y a celles et ceux qui se mobilisent, sur chaque côté d’un immense quadrilatère où halètent des troupes d’hommes hallucinés en quête de la possession, provisoire, d’un sac en cuir rond, tandis qu’un autre, en noir, s’époumone à siffler ..

C’est quelle secte ?

secte3.jpg                       secte5.jpg

 

Crois-tu, croix tue qu’être embrigadé, être sous l’influence de … n’est donné qu’aux autres, aux « faibles » … à ceux que la vie maltraite d’une manière ou d’une autre ?

Crois-tu qu’être insensiblement sous influence de … provient de ce que l’on nomme, fort mal, de façon lapidaire et erronée … « religion » ; qu’elles fusent avec une croix, un croissant, une étoile de David, et tant d’autres « symboles » dévoyés ?

Crois-tu qu’être devenu dépendant de … ne concerne que le tabac, l’alcool, la drogue … en un mot des phénomènes « physiques » certes liés au psychisme mais matériels en en premier lieu ?

Crois-tu … ? 

secte2.jpg

Apprends donc à réfléchir par toi même …

Apprends donc à te forger, comme Tubalcain, ta propre opinion …

Apprends donc à te voir tel que tu es, non comme tu aimerais être si …

Apprends donc car apprendre c’est être libre !

Apprends donc car apprendre c’est être en marche !

Apprends donc la Beauté, la Force et la Sagesse …

Apprends donc car apprendre c’est lever les yeux vers l’infini beauté de la voie lactée, et d’un regard qui te trouble ….

Chris

avril 6010

secte0.jpg

 


 

Orient 17 avril, 2010

Posté par hiram3330 dans : Billevesees & coquecigrues , ajouter un commentaire

Orient

orient1.jpg

 

Proche ? Moyen ? Extrême ? Non, l’Orient, le seul, le vrai, le beau, celui qui est à l’opposé de l’Occident, celui qui voit naître, tous les matins depuis la … nuit des temps … le jour et son Soleil.

Opposé de l’Occident, je pense plutôt inséparable compagnon d’icelui, complément indispensable à la vie de l’un et de l’autre, source mutuelle d’existence alternée, mosaïque comme un pavé où l’on trouve toutes les couleurs et aucune couleur dans la contiguïté de pavés qui sont jointés, indissociablement pour l’harmonie.

Mystérieuse contrée, point matinal, jaillissement de la Lumière on le nomme aussi Est.

Les hommes et les prêtres de tous temps, de tous lieux, de toutes « religions » se sont tournés avec respect vers cette Vie naissante quotidiennement, après l’angoisse de la nuit …. La luminosité en extension et en expansion venant embraser le regard et l’esprit est fascinante.

Si on « fige » le moment dans un instantané …. comment reconnaître un coucher d’un lever de Sol ? Comment savoir que Râ s’éveille ou au contraire s’assoupit ? Comment  … comment ?

Notre regard va se perdre dans l’horizon flamboyant … il conviendrait mieux qu’il se perdît en notre intimité humaine.

Orient

Orient-express comme le train « historique » plein de romans, plein de charmes un peu désuets, plein de .. Celui-ci traverse l’Europe sur sa double haie métallique pour aller se perdre au travers de multiples paysages …. Mais les « romans » et les « histoires » parlent d’êtres humains, avec leurs défauts et leurs qualités, leurs besoins de vivre et d’aimer, des énigmes policières, des chasses d’espions, un folklore servant de toile de fond ….

Mystères de contrées lointaines, de civilisations inconnues, de peuples étranges, de dieux bizarres, de nourritures exotiques  …. tout un espace laissant les rêves les plus fous errer dans l’imagination de chacun.

Pourtant cet Orient, comme d’autres points (pas tous) n’a pas d’existance autre que théorique dans le fond, et même en surface … c’est l’homme qui l’a crée en le « nommant », un jour ….plus probablement un matin quand l’aurore s’étire en baillant.

Qu’importe, on peut le considérer comme un instant d’accouchement quotidien.. indispensable, vital à notre propre survivance en tant qu’être animé du souffle.

L’homme a toujours poussé plus loin, plus longtemps dans une direction ou une autre, préférant la recherche de la naissance de Sol, Dieu des dieux, à la conquête, terrifiante, des ténèbres préfigurant, pour lui, la mort.

Orient

Situation géographique aussi « fixe » qu’aléatoire et mouvante, la sphère où nous vivons (et mourront) nous amène, nous ramène à notre lieu de départ comme si la quête était juste une exploration nous faisant comprendre que nos recherches devaient, peut-être, se faire là où nous sommes ….. en nous.

orient3.jpg

Parcelle intemporelle nous sommes, chacun et tous, d’un univers que nous distinguons qu’avec difficulté, partiellement, en arpentant les chemins, multiples, de nos réflexions et de nos découvertes. Il est si aisé de tout ramener à nous même, ne crois-tu pas ?

Cette aube que nous attendons, parfois anxieux, reste un instant de régénération de notre moi, soi, bref de notre identité individuelle et collective ; de notre position dans un espace que nous n’appréhendons si peu que nous avons du nous borner, nous-même, dans une singulière signalisation « cardinale ».

Orient

Immatériel endroit, je pense désormais que tu es en moi.

Immatériel endroit, je pense désormais que tu es en toi.

Immatériel endroit, je pense désormais que tu la Vie.

Mais l’Orient reste uniquement un point sur la circonférence de nos passés à venir, et de nos devenir passés …. Ce point, tu le devines et sens comme moi, c’est notre éclat de conscience, de vie, de divinité qui sait … qui sourit en contemplant l’ascension de la Lumière, celle qui « luit dans les ténèbres », celle qui éclaire nos pas, celle qui me noie dans ton regard.

orient4.jpg

Alors, de mon Orient en espérant l’apparition du Soleil, je me mire et admire cette voûte étoilée nocturne qui est prête d’accoucher de Râ.

orient5.jpg

Chris

avril 6010

 

 

Occident 11 avril, 2010

Posté par hiram3330 dans : Billevesees & coquecigrues , ajouter un commentaire

Occident

occident2.jpg

Mouvement fasciste d’extrême droite de ma jeunesse, symbole (pourquoi ?) de la chrétienté depuis longtemps (occident chrétien), orgueil et arrogance (encore d’actualité) d’un mouvement religieux aussi impérialiste que sanguinaire jadis. La Rome vaticane (vaticane c’est mussolinien n’oubliez pas – accords de Latran)  aime assez encore à évoquer cette dénomination ….

Il fut un temps, pas encore totalement dissout, où l’Occident était le nombril rayonnant du « Monde » (en omettant bien sûr les dizaines de civilisations antérieures et concomitantes à cette « religion » vorace – comme tant d’autres hélas – ).

Pour l’humain c’est le lieu visible à l’oeil où disparaît, le soir, le soleil …. accompagné de la crainte terrible qu’il ne revienne pas illuminer notre vie .. Par extension il devint d’une manière ostentatoire le portail de la mort .. et plutôt de « l’enfer » que du « purgatoire » ou  du « paradis » si chers à cette « religion » chrétienne.

Occident

Ouest (w en anglais) est à droite sur la carte conventionnellement quand nous la regardons (à l’endroit) pour tenter de pas perdre le nord bien sûr, c’est classique (je radote un peu) .. mais le fait que ce point cardinal (pourpre cardinale au passage) n’est pas obligatoirement une indication politique.

Et si l’on réfléchit un tant soit peu, que veut dire cette « orientation » d’occident alors que notre planète est, quasiment, ronde .. et que l’occident n’a pas de début réel, juste une vague justification conventionnelle là aussi humaine …. on se base sur une sorte de spéculation théorique ne crois-tu point ?

N’est-ce pas curieux, quand on y songe, que l’on puisse faire référence dans les cas évoqués ci-dessus (politique et religieux) à l’ouest … là où disparaît le soleil, là où meurt (provisoirement il est vrai) la lumière, là où va tomber l’obscurité de la nuit (étoilée ou pas).

Ce point, théorique, parfois et souvent symbolique, fait (a fait) couler tant d’encre et de salive que les océans en ont bleui .. et que la Lune à souri à toutes ces spéculations qui, pour elle, étaient .. croustillantes .. voire même amusantes .. à elle reine de la nuit, maîtresse des marées et des croissances.

Occident

Attention en phonétique ne pas confondre avec « oxydant » .. oui, tu n’avais pas fait le rapprochement ; pourtant on peut y discerner des points troublant et communs. La couleur du soleil et l’oxydation de certains métaux, la cycle d’oxygénation des végétaux et le grignotage continu de matières semblant si .. indestructibles.

Ainsi cet horizon qui va mourir en avalant la lumière de Sol, va être remplacé par l’azur sombre éclairé par Séléné et ses acolytes dansantes, conviens avec moi que la lumière reste présente même si ce n’est pas tout à fait (fée) la même …. hors période de couverture nuageuse bien entendu.

Lieu des sorciers, et des sorcières .. lieu qu’il faut savoir dépasser …. lieu auquel il faut tenter de tourner le dos, quitte à être, provisoirement, ébloui …la clarté solaire, la lumière solaire, la chaleur solaire disparaît, provisoirement, en cette direction qui est toujours, toujours dans le champ de vision de notre demain.

Occident

Ce point fixe qui est mobile, puisqu’il recule devant mon avancée, est-il l’avenir ? Est-il un avenir ? Est-il .. le prémisse de demain ?

Peut-être peut-on y voir un instant suspendu entre terre et air, eau et feu …. un genre de caverne obscure, un caveau même, une crypte qui sait, un endroit où reposer en paix dans le silence de soi-même, le repos, sinon éternel, du moins nécessaire à préparer une métamorphose telle la chrysalide ….

Tant et tant d’interprétations possibles naissent et meurent en mon esprit quand j’évoque ce …. « point » subjectif dans la théorie, représentant un crépuscule naissant dans la réalité du quotidien. L’entrée d’un temple, d’une église, de moi même en reculant devant la noirceur que je craint d’y trouver ..

Pourtant .. ce n’est qu’un « point » fictif dans le fond, un de ceux, innombrables, que je peux imaginer sur la circonférence d’un cercle dont je suis le centre dans la grande humilité qui me caractérise .. comme toi n’est-ce pas ?

Occident

Soir, étrangeté de ce synonyme approximatif qui enchante tant et tant d’entre nous qui aiment à regarder disparaître Sol derrière cette ligne d’horizon, loin, là-bas ….

Si j’apprécie cet instant, ce n’est que parce qu’il est le prélude, quasi amoureux, à l’apparition de ces clignotement qui sont autant de clins d’oeil d’une foultitude d’étoiles venant me sourire en cette voie lactée où trône Séléné … et le tien … de sourire …

Chris

avril 6010

occident0.jpg

 

Midi 5 avril, 2010

Posté par hiram3330 dans : Billevesees & coquecigrues , ajouter un commentaire

Midi

midi.jpg

Non ce n’est pas l’heure que tu peux déchiffrer sur ta pendule portable .. ce n’est pas le moment du début de tes travaux parfois .. ce n’est pas le condensé d’une litanie de secondes regroupées en masse .. Non il ne s’agit pas de çà là, et tu le sais si tu suis un tant soit peu la déclinaison de quelques signes virtuels que tu découvres, tantôt, sur ton écran, quand tu viens farfouiller ici.

C’est un « milieu » ce Midi ;  n’y a-t-il pas un avant-midi, un après-midi, un cherche-midi, un midi de la France ou d’ailleurs ? Bref, il est à équidistance d’autres choses ce Midi là, comme un milieu de journée de vingt-quatre heures.

Celui que j’évoque est également un « milieu » d’une certaine manière, le milieu d’un court instant pendant lequel, si je suis au soleil ce dernier est à mon aplomb et efface mon ombre .. moment d’éternité que celui-ci où mon ombre est avalée, comme si je n’existait plus dans la Lumière, comme si j’étais moi même une « lumière », comme si je me dissolvais dans la Lumière …

Alors là .. serait-ce que Midi et Zénith soient synonymes ? Je te laisse y réfléchir …. il faut bien que tu fasses quelque chose toi aussi.

Midi est considéré comme Sud (pas le syndicat), en cette occasion nous en avons une vision .. linéaire plate, si tu comprends ce que j’essaye d’exprimer .. Ce « sud-midi » serait donc un point (lui aussi) théorique et/où physique directement opposé au « septentrion-nord », en une certaine façon le « contre-poids immatériel », le deuxième fléau d’une balance ancienne.

Tout cela est bien beau, mais nous ne devons pas oublier que ces considérations, toutes, se basent sur nous même, nous-même en temps que « centre » (l’humilité on en reparlera une autre fois), d’où la conception des sept points directionnels dont nous sommes, peut être, l’origine.

Foin donc de temps, autant en emporte le vent qui lui, avide, vient et va de toutes directions sous des pseudonymes  (pseudo-nîmes) différents pour mieux tromper le guetteur qui veille sur tous les points de la surface du globe ….

Il paraîtrait même qu’il se dissimulât sous un vent « du midi » le bougre, mais brisons là, ce n’est point du vent que je m’entretiens avec toi !

Midi .. sud .. soleil .. on pense de suite à la chaleur, qui sait … serait-ce lié à l’aplomb qui vise mon crâne et son septième chakra (oui j’ai déjà évoqué cet aspect, mais il faut parfois répéter …. pour aguicher un peu plus ta curiosité, t’inciter (y en a besoin) à réfléchir hors des labyrinthes connus …).

Si mes souvenirs sont bons, et qu’à Dieu ne plaise ils le sont, d’aucuns, d’aucunes en feraient même un nom de ce « Midi » pour un rassemblement provisoire, mais régulier, dans un antre où le soleil n’est pas, où la Lumière parfois y est pour certain(e)s, une minorité en ce domaine hélas.

La distance qui me reste à parcourir pour atteindre ce mythique endroit reste, comme la ligne d’horizon, une vision qui recule quand j’avance, c’est quelquefois désespérant, d’autant que rester au Midi est mauvais pour le teint, on risque l’insolation aux effets dévastateurs.

Ce qui peut, accessoirement, me rassurer est que ce jourd’huy le soleil brille de cent huit feux  en ce Midi, dégageant ainsi les ombres qui me suivent et me précèdent toujours, laissant à nu éblouissant une perspective multiple de chemin à emprunter, puis à rendre, voire à partager …

Points cardinaux .. amusant cela comme expression, tronquée, d’une disposition spatiale qui est sur un plan plane si je puis dire, pour l’humain que je suis avec ses limites intellectuelles ..Il y a les trois mousquetaires qui sont …. il y a les quatre points cardinaux qui sont …. il y a surtout moi, oui Moi, qui ai tendance à me placer toujours au centre de mon nombril.

Ce Midi me met en lumière, m’éblouit, fait plisser mon regard aveuglé … ce Midi m’écrase en dévorant avec avidité gloutonne l’ombre de ma Vie … ce Midi est fugace (à l’inverse du Zénith) et c’est l’espace d’une nano-seconde un moment d’éternité qui se dévoile, sans pudeur, à ceux qui savent voir, en un éclair (chocolat si je peux choisir) l’illumination fugitive.

Curieusement lorsque je cherche le Midi, il me faut souventefois, sinon toutes fois, trouver le Septentrion car Sud est à l’opposé de Nord (non il ne s’agit pas d’une lapalissade .. mais d’une étrangeté de l’esprit humain .. à méditer). Par habitude, ici, nous avons coutume de nous positionner face au nord, n’est-ce pas insolite ?

Dans le fond ce Midi éphémère et pourtant stable, du moins toujours en rapport opposé au Nord, qui sait au Septentrion aussi, n’est-il pas un éclat de Vie qui nous aimerions conserver, immobiliser, pour croire le savourer davantage ? Pourtant la Vie est le Mouvement … et ce point géographique n’est, lui-même, qu’une étape dans un cycle …

Pour ma part, Midi ne m’empêche jamais de voir, oui de voir les étoiles de la voûte qui couvre mon espace, le tien, le nôtre, et si elles semblent dissimulées, c’est dans ton regard que je les admire …

Chris

avril 6010

midi1.jpg

Terra Maïre – Miserere 3 avril, 2010

Posté par hiram3330 dans : Digressions , ajouter un commentaire

 

 

Image de prévisualisation YouTube

12

Aldaria Final |
A demi -mot |
DES LETTRES ET DES MOTS |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Aimé Comoé
| Les Poétiques Littérales
| Red Spirit