navigation

Midi 5 avril, 2010

Posté par hiram3330 dans : Billevesees & coquecigrues , trackback

Midi

midi.jpg

Non ce n’est pas l’heure que tu peux déchiffrer sur ta pendule portable .. ce n’est pas le moment du début de tes travaux parfois .. ce n’est pas le condensé d’une litanie de secondes regroupées en masse .. Non il ne s’agit pas de çà là, et tu le sais si tu suis un tant soit peu la déclinaison de quelques signes virtuels que tu découvres, tantôt, sur ton écran, quand tu viens farfouiller ici.

C’est un « milieu » ce Midi ;  n’y a-t-il pas un avant-midi, un après-midi, un cherche-midi, un midi de la France ou d’ailleurs ? Bref, il est à équidistance d’autres choses ce Midi là, comme un milieu de journée de vingt-quatre heures.

Celui que j’évoque est également un « milieu » d’une certaine manière, le milieu d’un court instant pendant lequel, si je suis au soleil ce dernier est à mon aplomb et efface mon ombre .. moment d’éternité que celui-ci où mon ombre est avalée, comme si je n’existait plus dans la Lumière, comme si j’étais moi même une « lumière », comme si je me dissolvais dans la Lumière …

Alors là .. serait-ce que Midi et Zénith soient synonymes ? Je te laisse y réfléchir …. il faut bien que tu fasses quelque chose toi aussi.

Midi est considéré comme Sud (pas le syndicat), en cette occasion nous en avons une vision .. linéaire plate, si tu comprends ce que j’essaye d’exprimer .. Ce « sud-midi » serait donc un point (lui aussi) théorique et/où physique directement opposé au « septentrion-nord », en une certaine façon le « contre-poids immatériel », le deuxième fléau d’une balance ancienne.

Tout cela est bien beau, mais nous ne devons pas oublier que ces considérations, toutes, se basent sur nous même, nous-même en temps que « centre » (l’humilité on en reparlera une autre fois), d’où la conception des sept points directionnels dont nous sommes, peut être, l’origine.

Foin donc de temps, autant en emporte le vent qui lui, avide, vient et va de toutes directions sous des pseudonymes  (pseudo-nîmes) différents pour mieux tromper le guetteur qui veille sur tous les points de la surface du globe ….

Il paraîtrait même qu’il se dissimulât sous un vent « du midi » le bougre, mais brisons là, ce n’est point du vent que je m’entretiens avec toi !

Midi .. sud .. soleil .. on pense de suite à la chaleur, qui sait … serait-ce lié à l’aplomb qui vise mon crâne et son septième chakra (oui j’ai déjà évoqué cet aspect, mais il faut parfois répéter …. pour aguicher un peu plus ta curiosité, t’inciter (y en a besoin) à réfléchir hors des labyrinthes connus …).

Si mes souvenirs sont bons, et qu’à Dieu ne plaise ils le sont, d’aucuns, d’aucunes en feraient même un nom de ce « Midi » pour un rassemblement provisoire, mais régulier, dans un antre où le soleil n’est pas, où la Lumière parfois y est pour certain(e)s, une minorité en ce domaine hélas.

La distance qui me reste à parcourir pour atteindre ce mythique endroit reste, comme la ligne d’horizon, une vision qui recule quand j’avance, c’est quelquefois désespérant, d’autant que rester au Midi est mauvais pour le teint, on risque l’insolation aux effets dévastateurs.

Ce qui peut, accessoirement, me rassurer est que ce jourd’huy le soleil brille de cent huit feux  en ce Midi, dégageant ainsi les ombres qui me suivent et me précèdent toujours, laissant à nu éblouissant une perspective multiple de chemin à emprunter, puis à rendre, voire à partager …

Points cardinaux .. amusant cela comme expression, tronquée, d’une disposition spatiale qui est sur un plan plane si je puis dire, pour l’humain que je suis avec ses limites intellectuelles ..Il y a les trois mousquetaires qui sont …. il y a les quatre points cardinaux qui sont …. il y a surtout moi, oui Moi, qui ai tendance à me placer toujours au centre de mon nombril.

Ce Midi me met en lumière, m’éblouit, fait plisser mon regard aveuglé … ce Midi m’écrase en dévorant avec avidité gloutonne l’ombre de ma Vie … ce Midi est fugace (à l’inverse du Zénith) et c’est l’espace d’une nano-seconde un moment d’éternité qui se dévoile, sans pudeur, à ceux qui savent voir, en un éclair (chocolat si je peux choisir) l’illumination fugitive.

Curieusement lorsque je cherche le Midi, il me faut souventefois, sinon toutes fois, trouver le Septentrion car Sud est à l’opposé de Nord (non il ne s’agit pas d’une lapalissade .. mais d’une étrangeté de l’esprit humain .. à méditer). Par habitude, ici, nous avons coutume de nous positionner face au nord, n’est-ce pas insolite ?

Dans le fond ce Midi éphémère et pourtant stable, du moins toujours en rapport opposé au Nord, qui sait au Septentrion aussi, n’est-il pas un éclat de Vie qui nous aimerions conserver, immobiliser, pour croire le savourer davantage ? Pourtant la Vie est le Mouvement … et ce point géographique n’est, lui-même, qu’une étape dans un cycle …

Pour ma part, Midi ne m’empêche jamais de voir, oui de voir les étoiles de la voûte qui couvre mon espace, le tien, le nôtre, et si elles semblent dissimulées, c’est dans ton regard que je les admire …

Chris

avril 6010

midi1.jpg

Commentaires»

pas encore de commentaires

Laisser un commentaire

Aldaria Final |
A demi -mot |
DES LETTRES ET DES MOTS |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Aimé Comoé
| Les Poétiques Littérales
| Red Spirit