navigation

Volcan 19 septembre, 2010

Posté par hiram3330 dans : Billevesees & coquecigrues , trackback

Volcan

volcan.jpg

Des milliers existent et vivent sans que tu ne t’en rendes vraiment compte, hors éruption télévisuelle …. La terre, notre planète, Vit !

Phénomène aussi magnifique que terrifiant nous renvoyant à nos peurs ancestrales, actuelles et futures .. Que pouvons nous faire devant ces jaillissements fabuleux, à peine prévisibles, in-maîtrisables, fantastiques d’une Beauté bourrée de Force incontrôlable.

D’aucuns parlent d’une colère de la Terre .. les sots ! Ce n’est qu’une des manifestations spectaculaires de la Vie de Gé qui s’exprime par une expectoration  de l’humeur interne qui nous chauffe et vivifie notre sol et notre air, comme notre eau.

Phénomène naturel qui fascine l’homme, qui titille ses craintes, qui chatouille son imagination, qui caresse son effroi et sa panique d’impuissance face au sang de notre bille dans l’éther incommensurable.

Hypnose face à ces gerbes de vomi incandescent qui viennent éclairer la nuit et assombrir le jour, inversant le temps en quelque sorte, brûlant l’habitude journalière, carbonisant la nature …. anthropophagie terrestre, terrienne ….

Dieu courroucé ?

Éruption de colère, explosion punitive, expression vengeresse ? Que sais-je encore ont pu penser nos ancêtres .. et même nous !

Sciences et connaissances nous expliquent, sans nous rassurer, parfois sans réellement nous convaincre tant la peur est ancrée au plus profond de l’Etre .. 

Impuissance devant cette forge qui s’ouvre sous nos yeux, sous nos pas, sous …. Le Feu ! La puissance qui fond tout en un magma épais et inexorable jusqu’à la nouvelle coagulation comme une opération alchimique dans un athanor démesuré.

Odeur d’oeuf pourri, odeur de Souffre, odeur du Diable, odeur d’Enfer .. asphyxie de la vie animale, crémation de la vie végétale, liquéfaction du minéral … Bouleversement in-humain, bouleversement de la nature, étape alchimique, étape d’un cycle, recomposition des atomes, renaissance par l’engrais de la cendre, transformation, transmutation …. accouchement de demain virtuel.

Volcan

Qu’il soit terrestre ou sous-marin il bouillonne de vie et de lave, il va s’exprimer par des grondements profonds, des jets brûlant, des scories étouffantes, des gaz délétères …. un peu comme si la Terre se purgeait de certains de ses miasmes, pour rajeunir qui sait ?

Il dégouline à travers vapeurs et nuées de cendres .. sa lave va s’étendre et s’épandre sur ses flancs ainsi martyrisés, désertiques, rabotés, ensevelis dans cette gangue qui va plus loin se durcir et se craqueler dans des spasmes rougeoyant lançant des geysers de vapeurs âcres et irritantes, comme pour faire le vide encore.

Cette fureur qui se déchaîne et se développe dans un spectacle superbe et mortel me rappelle des images du passé …. lorsque je sentais, en moi, cette colère et cette rage qui frappaient ensembles contre ma raison, usaient mes nerfs vrillés, déclenchaient des vagues de bile acide.

C’était naguère, c’était hier .. c’est inscrit dans la lave refroidie .. c’est une strate sculptée de plus.

volcanlave3.jpg

Volcan

Telle une bouteille de champagne tu fais sauter un bouchon, vieux, qui calfeutrait ton jadis et tes miasmes …. un accès de tension, une poussée du magma qui veut voir le jour, comme si un médecin d’avant te faisait une saignée pour abaisser le pression.

Cette explosion est salutaire, ainsi elle détruit, ou plutôt transmute ce qui nuit au passage de ta sève torride, qui dévale et avale le moindre espace d’un présent déjà passé. Rabotage, transformation comme un Tubalcaïn dans sa forge qui s’efforce de perfectionner matière et caractère.

Et la Beauté … de cette Force ignée on peut rêver qu’ensuite, qu’après, l’apaisement venu, ce sera la Sagesse qui pourra pointer, se développer, apaiser mes tensions internes face au déchaînement qui me hante encore et toujours. Comment ne pas rester statufié, telle Loth, en contemplant ces myriades luminescentes .. j’en arrive à assimiler la notion de « beauté du diable » en quelque sorte, et d’un point de vue symbolique.

Et la Force … de cette Beauté ardente, à l’instar d’un buisson de la bible, m’étonne, me fait me mirer dans mon reflet fugace tant la chaleur évapore mes défenses. Bizarrerie de l’humain que je suis, je m’aperçois ici que le symbole, comme le volcan, vit ! J’en perçois soudainement le souffle de sa respiration …

Et la Sagesse … de cette Force et de cette Beauté, j’en reste esbaudi, muet, saisi (pas comme un steak tout de même), non plus rêveur mais … songeur ….. plongé maintenant dans le magma de mes pensées, les yeux fixés sur ces multitudes de points rougeoyant qui me renvoient vers l’infinité des diamants qui ornent la voûte stellaire.

Volcan

Je suis serein (comme un canari libre), je suis également cool et zen … trilogie qui m’est chère comme ….. Je suis en cet instant figé, lucidement certain que les apparences sont des illusions, mais sont simultanément des sortes de miroir très intimes à chacun d’entre nous. Les idées se pressaient en mon esprit devant ce volcan actif, j’en arrive presque désormais à frôler, à caresser du bout d’un doigt le « centre de l’idée » : c’est stupéfiant, presque magique, quasiment transcendant !

L’asphyxie des gaz, l’étouffement des vapeurs et fumées, la calcination des matières ne sont que des étapes « vitales » paradoxalement à une re-naissance rénovée et re-vivifiée ….. La nature est un Maître à écouter et observer avec l’attention, sans à-priori, d’une ouverture d’esprit assoiffée de connaissance(s) et de savoir.

Belle leçon que d’appréhender, sinon d’accepter lucidement, qu’il faut par étapes aller du Noir au Rouge .. en passant par le Blanc : curiosité de l’âme humaine qui queste perpétuellement son passé-présent-futur en imaginant même, quelquefois, être l’équivalent, la réplique d’un Grand Architecte des Mondes.

Fol est l’homme de se rêver être l’égal d’une déité incarnée … L’observation d’un volcan en « vie » devrait lui faire sentir sa « petitesse » morale, sinon physique …. mais également en observant ces étincelles de matière lui faire acérer son regard sur son environnement, sur son intériorité. Tout ce qui est en haut n’est-il pas comme ce qui est en bas ?

Lorsque que la langue de pierres liquéfiées, inexorablement, progresse jusqu’à se figer j’en profite pour épier, avidement, la Voûte Étoilée qui s’y reflète, et admirer la Voie Lactée qui se découvre dans tes yeux

Chris

septembre 6010

alchimie.jpg

 

 

 

Commentaires»

  1. tres beau sujet

    Répondre

  2. super

    Répondre

  3. he oui

    Répondre

Laisser un commentaire

Aldaria Final |
A demi -mot |
DES LETTRES ET DES MOTS |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Aimé Comoé
| Les Poétiques Littérales
| Red Spirit