navigation

Que le ciel .. 9 janvier, 2011

Posté par hiram3330 dans : Billevesees & coquecigrues , ajouter un commentaire

Que le ciel ..

p319.jpg

Quoi ? Que le ciel .. nous tombe sur la tête ? Est-ce de cela dont il va s’agir maintenant et ici …. une réminiscence de l’esprit gaulois, voir celte, qui sait même « druidique » !

Cette crainte ancestrale nous paraît des plus stupide aujourd’hui, et pourtant est-elle éteinte dans notre subconscient profond, dans l’héritage ancestral que nous portons en nous, sans toujours le savoir.

Jadis une terre plate, enfin c’est peut être ce que l’on veut nous faire croire .. ha l’église catholique apostolique et romaine .. que de ravages n’as-tu pas fait …. car la terre plate, belle image comme une galette de froment, laisse songeur celui qui va grattouiller le poussière de l’histoire.

Mais passons.

Crainte immémoriale,  qui se perd dans la nuit des temps, au plus profond du cosmos, là haut .. loin .. tout près .. bref « la trouille » et la vraie.

Pluies (eau, sablée, colorée), neige, grêle, orages, éclairs, étoiles filantes, averses de grenouilles (hé oui), et j’en passe des plus surprenantes encore …. Cette litanie nous aide à comprendre, aussi, le choix de nos lointains ancêtres pour la vie « abritée » (grottes, cavernes, puis « toitures diverses ») ….. et « dormir à la belle étoile » ne fut souvent qu’une obligation passagère, pas une réelle volonté éveillée .. ne rêvons pas.

Craintif l’homme fit donc du ciel, curieusement, à la fois le domaine des Dieux et la source potentielle de des ses peurs obsessionnelles ; en quelque sorte une vision quasi manichéenne où se côtoient Dieux et Démons. Il en fit même son but à atteindre après que la chair eut quitté les os … Sa fascination l’incita également à vouloir voler, à vouloir quitter l’orbe terrestre, à aller dans les confins du cosmos à la rencontre de …

Bien entendu le fait de marcher les yeux au ciel le fit, le fait trébucher sans arrêt .. à soupirer dans le dais étoilé, il en perd le sens commun de son présent manipulé .. Alors, alors il laisse encore parfois s’extérioriser ses craintes d’avoir perdu l’Eden spatial.

Que le ciel nous tombe sur la tête ?

L’image est cocasse, baroque .. car qu’est-ce que le ciel dans le fond ?

La couche d’air emprisonnée par la pesanteur de notre planète .. (pour faire simple), la couche d’ozone qui nous détruit la première .. (pour faire pas trop compliqué), l’espace outre couche(s) (non pas p….r’s – pub gratos ici) atmosphérique (oui comme « la gueule d’Arletty), en d’autre(s) terme(s) (non pas « romains ») ..  l’espace galactique et inter-galactique .. le pseudo vide du cosmos.

Le ciel est donc impalpable de nos mains, enfin le croit-on car l’air est physiquement .. bref, toucher l’air n’est pas avoir, tel l’atele, le bras assez long pour caresser les nuages, apprivoiser les étoiles, se chauffer au soleil, se mirer dans la lune ….Et user de moyens mécaniques (aéroplanes et fusées ) ne suffis point à atteindre le Ciel, tout au plus sa banlieue, en fait notre banlieue … Je  ne préfère pas te rappeler  la distance d’une « minute-lumière » ça frise déjà l’incompréhension de notre cervelle.

Bon admettons, mais cela empêche-t-il le risque qu’il nous tombât sur le crâne, notamment pour les chauves ?

Je crois discerner un léger sourire ironique de ta part … tu ne devrais pas ! Toi aussi tu risques d’avoir le caillou glabre un jour et là, pas de moumoute qui tienne, à la rigueur un bibi, et encore … et tu verras l’impact de tout ce qui tombe des cieux sur ton auguste surface dénudée devenue si sensible.

Oui je sais, nous prenons cette expression au sens figuré …. enfin il paraît .. mais est-ce si sûr ?

C’est quasiment inimaginable tout ce qu’il peut nous chuter sur la calebasse de manière impromptu, on en reste sans voix .. j’irai jusqu’à dire « sans un mot », muet de surprise, en pensant : c’est la destiné !

Et bien non, ce n’est pas la destiné, c’est la volonté .. c’est la volonté .. c’est la volonté de qui au fait ?

La mienne ? Que nenni !

La tienne ? Heu …. si tu m’en veux suffisamment pour que la puissance de ton mécontentement (à mon égard) soit assez puissant.. qui sait : toi grand(e) marabout.

Mais je m’égare, une fois de plus, dans le délire (non éthylique) de mon imagination qui dérape encore sur les pentes verglacées de l’hiver qui débute.

Toutefois sommes nous à l’abri d’une pluie de météorites, d’une averse de débris de satellites (radio-actif en plus), d’arbres poussés par la tempête, de grêlons comme des balles de golf (oui certains sont snobs un peu), de morceaux de « mobilier urbain », que sais-je …. l’angoisse m’étreint devant ces multiples et variées possibilités d’être escagassé par les nuées rageuses !

Et Dieu dans tout ça ?!

N’ai-je pas oublié une attaque surprise des extra-terrestres ?

Et à force de scruter l’azur qui recouvre ma vie, je vais finir par glisser sur une ….. oui, ça porte chance dit-on .. mais quand tu arrives aux urgences d’un hôpital ce n’est pas forcément ton opinion. Alors garde un oeil sur le sol où tes pieds vont se poser dans le déséquilibre de tes pas .. Certes un oeil en l’air, l’autre en bas (tout ce qui est en haut est comme ce qui est en bas – Hermès) ne peut que favoriser les rencontres, brutales, avec une foultitude d’autres dangers potentiels ……

Misère qu’ai-je donc fait au ciel pour vivre si dangereusement ?!

Heureusement, le ciel étant ce qu’il est, et moi ce que je suis …. (ne rigole pas, c’est vrai !) j’en arrive à le percevoir comme cette voûté étoilée qui illumine mes nuits, éclaire mes songes, allume mon imaginaire … et j’y distingue toujours ce regard souriant que j’aime …

Chris

janvier 6011

oregonaerosmile0e7af.jpg

 

Aldaria Final |
A demi -mot |
DES LETTRES ET DES MOTS |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Aimé Comoé
| Les Poétiques Littérales
| Red Spirit