navigation

Je rame ! 2 février, 2011

Posté par hiram3330 dans : Billevesees & coquecigrues , trackback

Je rame ! 

ramer1.jpg 

Oui, ces temps-ci, et même ces derniers temps.. je rame, pourtant nous ne sommes pas en période olympique, peut être que « la forme » elle aussi n’est pas olympique.. j’en parlerai à mon picador habituel.  Je dois t’avouer (non pas avoué le « juriste ») que ça me turlupine (en un seul mot) quelque peu cet état qui est le mien de fébrilité assoupie, d’imagination sommeillant, d’encre tarie, de clavier empoussiéré. 

Que se passe-t-il, qu’arrive-t-il, qu’advient-il donc dans mon boyau de la tête qui recherche, désespérément, le neurone absent ou du moins en léthargie Je me pose la question … du coup, je t’interroge toi qui lis  avec une avidité sournoise les caractères  que forment les pixels de ton écran.   

Et là je sens bien que tu t’en moques ! Mécréant ! Egoïste ! Sangsue de la toile ! 

Pauvre de moi ! Et pas un miroir, outre le reflet grisâtre de mon écran plat, pour que je puisse poser la question rituelle :  » Miroir, miroir dis moi que …..  » je garde confidentiellement le reste de mon interrogation, et toc ! 

Alors, alors, alors.. je rame lamentablement, avec peine (qui c’est celle-là ?) c’est plus mieux facile à deux ; bref je me dépense (sans conter..) à manier ces bouts de bois, ces planches, ces trucs en matière composite, qui me mènent de là à ici sans bouger un cil sur la mare de mon immobilité informatisée. 

Mais, mai, mé …. ramer est une chose, fatigante certes, il faut itou avoir un gouvernail ! Se mouvoir est faisable, diriger sa mobilité est plus compliqué ne penses-tu point ?  En un mot comme en un autre il n’empêche que je rame ! 

D’aucuns plus culturés diraient je galère .. les in-con-scients …, ils se voient donc en galériens, en con-damnés donc, ils avouent ainsi l’étendu, vaste, de leurs turpitudes sordides. Et re-toc ! 

Foin de ceci pour moi, je galère pas, je rame ! Tu piges, tu saisis, tu assimiles la nuance nuancée vitale (comme une carte verte) entre les deux mots qui, d’ailleurs, ne s’écrivent et ne se prononcent pareil …. ça c’est un indice non ? 

Tu es septique (comme une fosse du même nom et d’aisance) ….. incrédule ! Ne vois-tu rien (venir .. heu non ça c’est une autre histoire) hors les vagues produites par le « ramage » (vi j’invente un brin) en eau .. salée, pas salée, limpide ou putride comme dans un égout. 

L’effort me fait un chouya délirer, mais ne t’inquiètes pas .. de toute façon c’est un peu de naissance moi, pas un acquis du à une longue pratique comme certains …. oui suis mon regard au travers de cette lucarne animée par mes mots virtuels. Te sens-tu visé ? Oui tu peux l’être ! et re-re-toc ! 

Je m’en moque, tes réactions t’appartiennent, et tu n’es pas du tout, du tout obligé de venir parcourir ces lignes qui t’agacent ; serais-tu masochiste ?  Je rame ! Et comme je rame je m’éloigne de mon sujet comme tu t’en aperçois …. il me faut réagir fissa, sinon je vais m’égarer dans les méandres du temps liquide qui dégouline sur mon chemin sans but (comme au foot). 

Ce n’est pas marrant je t’assure (mutuellement bien sûr) que d’être obligé, con-traint d’activer les muscles pour se déplacer tandis que certains, eux, ne bronchent pas d’un iota (oui je côse grec) et se gaussent de mon front inondé d’une sueur de forçat forcé de forcer pour se déplacer d’ici à là (et inversement voir plus haut). 

Je suis vidé, essoré (oui bien qu’en sueur), ratatiné, décomposé, HS (je te laisse deviner le sens), en nage aussi (curieusement) agrippé à ma bouée pour ne pas me noyer (non pas l’arbre voyons) dans les ressacs de la mare où j’esquif.., où je flotte (ne rigole pas !), pendant que goguenard tu attends la suite …. s’il y a. 

Je raaaaaaaaammmmmmme !!! 

Comme un dératé qu’a raté le ponton d’appontage, aveuglé par l’intense effort qui l’agite, le crispe, lui noue les crampes, l’entraîne vers l’ailleurs de là-bas (non pas là-haut). Essoufflé je suis. Epuisé aussi. Enervé un peu. 

Le bol je vais qui sait être sur une des trois marches du podium, avec une breloque vraie en fausse matière précieuse, acclamé par une ola de la foule en délire qui accompagne sans broncher mon périple informatisé. 

Je rêve.. délirium trémens ….. que nenni, overdose d’activités physiques impromptues, saturation d’adrénaline, je rame hagard dans le Hoggar humide de mes pensées évaporées avec l’année nouvelle.

Triste sire me voici, je cherche l’inspiration et le souffle permettant aux doigts de danser sur les touches du clavier maintenant.  Où sont dissimulées les Muses qui m’amusent en musant dans l’espace assez vide de mon crâne, quêtant l’image de l’ombre de l’Idée à jaillir subitement.

Je tremble de l’envie de renaître de mes cendres, de la poussière des mots de naguère, de la brume des clichés sépia d’hier. 

Je rame ! 

Dans le fond … je m’en moque, car je sais pertinemment que le moment venu, levant mon regard vers l’immensité de l’infini nocturne, au travers de la voûte étoilée je distinguerai un sourire ….. 

Chris

février 6011 

dyn005original600600pjpeg59068ecb2f3c607a639e1766358ea54a7242e.jpg

 

Commentaires»

  1. Toc toc toc, ici dit une petite sansue, moi qui prend tant de plaisir à te lire non plus en toute régularité mais avec la parsimonie de ma folie…lol
    Sais tu Mon Chris que la sansue ne fait pas que te sucer le sans et donc tes force mais peut aussi permettre de cicatriser utiliser avec mesure.
    C’est dont à la mesure de ce que je suis que je viens t’encourager à t’accrocher aux fibres de ce bulbe en veil, ou émotions, réfléxions, et ciber actions ont aussi droit aux 35 heures… 3…5 il faudrait vraiment que regarde la symbolique du 8, oups rien de Laïque lol
    symbole du Chris…t lol et de Hermès… en voilà de la matière non?
    Bises

    Répondre

Laisser un commentaire

Aldaria Final |
A demi -mot |
DES LETTRES ET DES MOTS |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Aimé Comoé
| Les Poétiques Littérales
| Red Spirit