navigation

Grêle 27 février, 2011

Posté par hiram3330 dans : Billevesees & coquecigrues , trackback

Grêle

grele.jpg

L’eau du ciel tombe, glacée, sous forme de brisures qui viennent blesser le promeneur esseulé, surpris par la cavalcade soudaine, inattendue, de nuages lourds et gris. Image du « ciel qui chute » comme naguère le craignait nos « ancêtres les gaulois » …

Liquide solidifié par un froid subit en haute altitude, loin, haut, entre ciel et terre ..

Comment lever les yeux alors que des milliards de projectiles visent la silhouette incrédule d’un tel déchaînement ; comment cette brusquerie s’est-elle déclenchée .. pourquoi … qu’ai-je donc fait aux dieux de l’Olympe pour être ainsi la cible de ces tirs blessant qui viennent me faire tituber de surprise .. et de douleur.

Pas d’abri, la glace me transperce jusqu’au coeur.

Cette déferlante masque mon chemin, brouille mon regard, se mêle aux éclats devenus tranchant d’un sourire qui explose telle une colère que je ne saisis pas dans le bruit de cette orageuse ondée.

Tout se trouble .. un kaléidoscope glacial perce difficilement cet orage de grêlons qui me visent, me font tituber et me laissent hagard .. désorienté dans ce blanc qui me fige, m’interroge, me faisant glisser pas après pas dans la quête d’une explication évanescente que je ne perçois pas, pas après pas …..

Pas d’abri, la glace me transperce jusqu’au coeur ..

Le bruit assourdissant de ce tumulte incompréhensible trouble mes pensées qui se heurtent, elles aussi, contre l’inconnu de l’imprévisible, si tant est qu’il le fut .. prévisible. Pas un mot, pas un signe, pas .. juste la lourde noirceur soudaine de ce nuage qui dégueule ses entrailles sur moi.

Triste je quête une image qui est brisée sous le choc, accablé je cherche le chemin du pourquoi, malheureux j’erre en pataugeant dans ces oeufs teintés d’un peu de mon sang …

J’ai froid !

A en trembler comme sous l’atteinte d’une fièvre létale s’insinuant dans la moelle de mes os, après que la chair les eut quittés .. A trembler comme sous l’assaut d’un blizzard d’images folles qui se lézardent, m’éclatent à la figure pour venir colorer de rouge des larmes givrées lacérant mes joues blêmes.

Pas moyen de lever mon regard, j’y perdrai la vue sous les épées du ciel .. Pas moyen de voir la voûte .. Qu’importe, si l’étoile s’est brisée dans cette foultitude de projectiles qui viennent percer mes pensées, perforer ma poitrine .. la voûte est désormais sombre, éteinte .. et je reste seul sous cette averse qui broie jusqu’à mon ombre recouverte de cette ponte pétrifiante.

Ma trace, perlée de rouge, me suit et me poursuit rebondissant sur ces balles blanches qui roulent, narquoises de mon désarroi … Elles n’hésitent pas à me faire trébucher, j’en entend presque un rire grinçant, sardonique qui accompagne mes hésitations et mes images qui se consument sous le feu du froid.

Pas d’abri, la glace me transperce jusqu’au coeur ..

La voûte est vide.

Chris

février 6011

grelelarmeglaceeh021241l.jpg

 

 

 

 

Commentaires»

pas encore de commentaires

Laisser un commentaire

Aldaria Final |
A demi -mot |
DES LETTRES ET DES MOTS |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Aimé Comoé
| Les Poétiques Littérales
| Red Spirit