navigation

Regard 30 mai, 2011

Posté par hiram3330 dans : Billevesees & coquecigrues , trackback

Regard

regard.png

Fascinant …

Ce mot « se voit », réellement et/ou en esprit, à la lumière et/ou dans la nuit, dans le sommeil et/ou en veille …

Fabuleux ce mot qui décrit un effet impalpable et pourtant si émouvant par son langage muet …

Regard …

Ces deux voyelles me parlent des yeux, me murmurent tant et tant que j’en reste souvent sans voix, perdu que je suis dans la contemplation de ces puits mordorés.

Des puits, ou plutôt des écrans où je devine, quelquefois, la beauté de la douceur, la force de la blessure, la sagesse d’une contemplation me renvoyant à un miroir dont le tain s’écaille … Renversant.

Fascinant …

Tel d’un hublot je puis deviner l’inaccessible aux mots, découvrir un zeste d’infini, ressentir un brin de bonheur, essuyer l’amorce d’une larme, caresser la périphérie d’un être.

Ces neuf lettres (neuf, nombre …)  viennent troubler ma quiétude, mes certitudes, mes illusions, écorner et griffer de doutes la paresse de mon esprit aveuglé de mon ego … Surprenant.

Regard.

Couleur du ciel, couleur du coeur, couleur de l’âme … une étincelle issue d’un feu intérieur que je me plais à tenter de deviner le foyer pour m’y réchauffer, pour m’y calciner, pour m’y fondre.

Brume aussi qui vient, comme une marée d’équinoxe, brouiller l’image inversée que j’espérais découvrir, l’image inversée de mon moi dans ton toi, image inversée où l’image ne compte plus … Étonnant.

Fascinant …

Transparence comme celle de l’eau, les vagues de ton toi s’avancent en un flux qui vient jusqu’aux sources de mon moi, délicatement humidifier l’avenir de mes pas dans une onde salée.

Tempête parfois dont la fureur éclaire d’éclairs sauvages la couleur ici sombre de ta colère qui incendie, tel un laser, l’horizon qui te fait face, mes mots maladroits, mes pensées devenues confuses … Déconcertant.

Regard.

Clignotement de tes envies et de tes peines, gouffre de ton hier et sommet de ton demain, déchirement d’aujourd’hui … tout cela simultanément forme un kaléidoscope qui me donne le vertige.

Hésitation tremblotante que je discerne au dessus de tes cernes, quand les paupières laissent filtrer un rai de ton humeur, une vapeur de tes songes, une flagrance de ton esprit … Inattendu.

Fascinant …

Deux flaques troublées et troublantes me fixent, je m’y mire, je t’y devine, alchimie intemporelle qui aimante mes pensées pour les mêler aux tiennes dans un ballet multicolore d’un film en noir et blanc.

Apaisement dans cette fusion irréelle, mais vraie, qui vient caresser d’un souffle les clichés sépia d’un passé qui se dissout dans les limbes de souvenirs chassés par les rafales d’un vent chaud … Curieux.

Regard.

En dormant, en rêvant, sans cesse, dans l’instant, la couleur de tes yeux vient titiller la toile de mon imaginaire qui ne l’est plus … car je sens le poids de ton regard qui pèse sur mon devenir.

Qu’importe temps et espace, qu’importe .. tu es là dans ma mémoire qui ne s’efface pas, dans les cycles que nous parcourrons depuis jadis jusqu’à … Étrange.

Fascinant

Matin et soir, levant les yeux au ciel j’y perçois, non pas un Grand Architecte, mais, brillant plus que la voie lactée dans la voûte étoilée un regard … Le tien …

Chris

mai 6011

 

regar.jpg

 

Commentaires»

pas encore de commentaires

Laisser un commentaire

Aldaria Final |
A demi -mot |
DES LETTRES ET DES MOTS |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Aimé Comoé
| Les Poétiques Littérales
| Red Spirit