navigation

Promesse 3 juillet, 2011

Posté par hiram3330 dans : Billevesees & coquecigrues , trackback

Promesse

 

 

promesse.png

 

Non pas « pro messe », promesse en un seul mot qui semble s’étirer lorsqu’on le prononce en s’appesantissant un peu sur les syllabes, en glissant avec les « s » comme sur un sol verglacés … d’ailleurs c’est un peu ça : la promesse est parfois …. glissante.

Engagement est une première approche de la notion …. C’est à dire en quelque sorte que j’envisage, en promettant, de faire .. un peu une Parole « créatrice » .. à terme, du moins si je tiens.

Bien sûr elle peut être explicite, mais elle est souvent implicite ; est-ce pour cela qu’une est plus importante que l’autre ? De toute façon la plus difficile est toujours celle que l’on se fait à soi-même !

Un « ancien Président » de notre  « République » n’a-t-il pas clairement exprimé son opinion (pour une fois) sur ce sujet précis ? « Une promesse n’engage que celui qui la reçoit » ! Et toc ! Dont acte !

Je reviens un instant sur « pro messe » et « promesse ».

« Messe » veut dire célébration d’un « sacrifice », « pro messe » serait un un zélote de cette action, et si je réfléchis (malgré la chaleur de ce mois) « promesse » procéderait en quelque sorte de la même attitude en règle générale, on se « lie » par une promesse, c’est donc un « auto-sacrifice » d’une liberté personnelle.

Je vais poursuivre, en gardant à l’esprit (embrumé) cette possible conjonction définie par analogie.

Je promets (toi peut être moins ?), c’est à dire que je formule un « serment » qui doit en principe m’engager (formellement ou pas) au moins vis à vis de moi-même. Démarche souvent volontaire, parfois imposée, quelquefois obligatoire.

Expression populaire : « promis, juré, craché » !

Promis, certes .. « juré » me paraît être relevant d’un engagement de « religion », de « foi » ; quant à « craché » c’est pas joli ! Ni hygiénique ….

Pourquoi ? Pourquoi promesse ? Pourquoi s’auto-lier ainsi ?

Je ne regarde que les cas de « promesse volontaire » …..

Pour ma part c’est probablement un mélange (savant ?) d’éthique (et pas des tacs) et de naïveté (innée ce qui n’excuse rien), une faiblesse à tes yeux, et bien figures toi aux miens aussi .. et il m’arrive de le regretter, j’aimerai tant avoir un peu plus de cynisme et d’aplomb dans le « mensonge », mais on ne se refait pas (hélas ?), enfin disons que pour moi c’est un peu tard (probablement beaucoup moins pour toi).

Lecteur d’un blog n’est pas une sinécure n’est-ce pas !

Je n’écarte pas les aspects très positifs .. Il me plaît à songer qu’une promesse tenue, de bout en bout, engendre une satisfaction des plus frissonnante. Envers autrui on gagne à l’occasion, un sourire (et un sourire n’a pas de prix) .. envers soi-même une tranquillité d’esprit qui est bien reposante, voire gratifiante.

S’auto flatter l’ego, même si c’est une facette de la réalité n’en reste pas moins des plus réducteur dans l’aboutissement de cette démarche volontaire. On se reconnaît la capacité d’être allé « jusqu’au bout » de son engagement lorsque la promesse est effective ; dans le cas inverse il y a tant et tant d’excuses (mauvaises hein) que le sommeil n’est guère troublé.

Avoir mauvaise conscience est si facile à étouffer, bien plus que de tenir une promesse, que l’on ne manque même pas d’air en égrenant une litanie infinie de motifs aussi vaseux qu’un étang en période estivale.

Mais tout cela tu le sais, aussi bien que moi, mieux ?

Lecteur d’un bloc n’est pas une sinécure n’est-ce pas ?

Chanson de Dalida .. « promesse, promesse, promesse .. » avec un accent inimitable, oui une chanson évoque la promesse, bien d’autres également, et je te dis pas le nombre de textes en proses ou en vers qui grattouillent ce sujet en me faisant grincer des dents, et ternir mon sourire irradiant (si si, mais il est réservé celui-là !).

Et puis qu’elle est l’importance d’une promesse, sinon celle que l’on peut, personnellement, lui donner ?

J’avoue pour ma part que j’y suis très sensible, tant pour moi que pour « l’autre ». Cela me semble être une importante décision, une sorte de défi, une perspective qu’il convient de faire aboutir qu’elle qu’en soit la teneur, bref « une promesse est une promesse », extrêmement rare (pour moi du moins) est de ne pas s’y tenir.

Je suis un naïf, je sais (j’en souffre aussi quelquefois), c’est comme ça, « inch’allah », j’essaye de composer avec les cicatrices que j’acquiers, et des brûlures qui peuvent perdurer.

Lecteur d’un blog n’est pas une sinécure n’est-ce pas ?

Et scripteur sur un blog c’est une sinécure ? Non !

Nous voici donc à égalité si je puis dire, tu tentes de démêler le « vrai » du « faux », le « vécu » de « l’imaginaire »…. et moi j’essaye d’apercevoir ton visage à peine éclairé par la froide lumière de ton écran, de happer l’esquisse d’une silhouette inconnue, de sentir un regard interrogatif (curieux, ironique, sensible, émouvant, coléreux ..).

Alors pour clore, provisoirement, ces lignes électroniques bourrées d’irréalités, je fais une « promesse » : celle de regarder la voûte étoilée, de suivre le chemin de la voie lactée afin de rencontrer ton regard … souriant.

Chris

juillet 6010

 

promesse.jpg

 

Commentaires»

pas encore de commentaires

Laisser un commentaire

Aldaria Final |
A demi -mot |
DES LETTRES ET DES MOTS |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Aimé Comoé
| Les Poétiques Littérales
| Red Spirit