navigation

Digression … Nocturne 15 janvier, 2012

Posté par hiram3330 dans : Digressions , ajouter un commentaire

Image de prévisualisation YouTube

Bissextile 7 janvier, 2012

Posté par hiram3330 dans : Billevesees & coquecigrues , ajouter un commentaire

Bissextile

Bissextile dans Billevesees & coquecigrues bissextile-191x300

http://astrosurf.com/nezenlair/nel1/calendriers.htm

Non ne te gausses pas déjà, le « bi » (et même « bis ») et  le « sex » sont accolés, accouplés avec le « tile » (pas l’espiègle) pour former un mot unique au sens des plus scientifique, même si, ignare, tu n’en saisis pas les finesses voluptueuses ..

Bissextile se rapporte à l’année du calendrier « Grégorien » (le nôtre quoi !) et n’est pas le terme savant d’une pratique que le clergé d’ici pourrait condamner (comme tant d’autres « choses »).

Pour le commun des mortel (oui toi comme moi) on pourrait simplifier en disant tout « bêtement » que c’est le synonyme de « plus un » (+1) car, en effet, cela signifie que l’année « bissextile » comporte 366 jours déclarés en lieu et place des 365 habituels et usuels qui forment « l’année » et non l’ânée !

De plus cette « bissextile » nous revient de quatre ans en quatre ans …. avec comme corollaire intimement lié le 29 février, oui ce mois si court que l’on roumègue d’en avoir un jour ajouté par cycle … Par contre pour celles et ceux ayant vu le jour à cette date fatidique du 29 de ce deuxième mois .. quelle source de confusions !

Bissextile

En fait nous avons là une éclatante démonstration d’un « magouillage » autant mathématique qu’astronomique ! Il est sidérant que l’espace sidéral se prêtât ainsi à ce « bidouillage » cocasse d’un rappel (ça veut dire « en plus », voyons ..) d’une journée de 24 heures par cycle de 4 ans.

En quelque sorte on ajoute à l’un, les « débordements négatifs » avérés des trois autres … on pourrait même y voir, avec des lunettes déformantes, une sorte d’épargne (sans intérêt) capitalisée sans valeur ajoutée, qu’une lunette astronomique aurait détecté dans l’espace inter-galactique … de notre système solaire.

Je ne veux pas te perturber encore plus, mais je ne suis pas sûr que les 24 heures par cycle de 4 ans soient suffisantes pour arriver à une justesse arithmétique absolue ….. m’est avis que doivent encore se balader des chapelets de secondes égarées …

Mais brisons là !

Ce n’est pas en roumégant (comme d’habitude … oui je t’ai entendu) que cette année cyclique va pouvoir me faire avaler la pilule d’une journée supplémentaire de labeur harassant (Non, ne rigole pas !) à l’orée du printemps qui plus est.

Le plus curieux n’est-il pas de constater le peu de réactions citoyennes à cette date du 29 du second mois, que personnellement je trouve quelque peu mesquine … ça fait un peu radin même, du style « faut récupérer ! » …

N’ai-je point ouïe souventefois que le « temps perdu ne se rattrapait jamais ! » ? Et cette année le capitalisme international, allié à la haute finance carnassière ainsi qu’au pseudo monde politique, m’impose (comme si je ne l’étais pas déjà trop) un jour en plus !

Enfer de damnation !

Je ne voudrai pas « remuer le couteau dans la plaie » mais cette mesure est discriminatoire car fondée sur un calendrier « grégorien », basé essentiellement sur une volonté de naguère de l’église catholique apostolique romaine et de son « chef absolu » : le Pape … qui je vous le rappelle a fait cramer Galilée entr’autres …..

Alors que faire de cette « bissextile » qui m’agace aujourd’hui ?

Dans notre « monde occidental » (moins une partie de l’orient orthodoxe) cette journée infligée par, semble-t-il, le Grand Horloger de l’Univers, pourrait être … con-sacrée au repos, pour les latins au « farniente », pour les autres ….. à leur con-venance.

Bien entendu les barbares et mécréants ne se réglant pas sur notre « grégorien » ne sont pas con-cernés, et toc !

Bissextile

Pour faire passer la pilule de cette affreuse journée supplémentaire, d’aucuns (vicieux il faut en con-venir) en ont profité pour nous fourguer à cet an particulier les Jeux Olympiques … « Du pain et des jeux » disait-on dans le monde romain des Césars (non par le truc cinématographique, les Empereurs de la Rome antique – romantique phonétiquement pour nous induire en erreur).

Dérisoire … des « jeux », d’ailleurs plus tard Napoléon le Premier (le Buonaparte corse-italien) ne dit-il pas « c’est avec des hochets que l’on fait marcher les hommes » (tu remarques comme moi qu’il n’est point question de femme là) ?

Quand au « pain » … sec (non c’est pas breton ça) et en regard de son coût financier en perpétuelle augmentation, et pas que (pâques) les années de 366 jours, on l’économise … à tous les repas.

Mais je m’égare maintenant.

En tout état de cause cette année plus longue (et pas du fait d’élection présidentielle en France) me fatigue déjà .. je ne sais plus où j’en suis de ce que je voulais en dire, alors si tu peux m’aider, pas d’hésitation.

Quelle idée saugrenue que de vouloir quantifier le temps en diverses manières qui, même mathématiquement, physiquement et astronomiquement ne l’empêchent pas de s’écouler comme un camembert chauffé.

Tu crois sentir l’ironie glisser de ces propos, il ne s’agit de fait que d’un re-ssenti (oui l’arôme est fort, parfois envoûtant .. en voûtant) sur le temps qui lui aussi est illusoire pour nous.

J’en arrive à l’illusion du temps en passant par bissextile, comme quoi un « rattrapage » de minutes dans la vie humaine peut être quelque peu dérisoire … Nous ne savons même pas ce qu’est réellement la Vie et nous voulons (pour nous rassurer ?) étudier le temps de façon « scientifique » … cocasse attitude et faiblesse humaine non ?

Me voilà presque philosophant, horreur !

J’hallucine quasiment en me fixant sur cette année cyclique  … L’angoisse du temps qui passe jusqu’à ce que je trépasse doit vraiment me turlupiner le neurone orphelin qui gît dans mon crâne.

Il vaut mieux que je m’arrête là jusqu’au 29 février au moins …

En attendant je préfère me réfugier dans le sourire toujours présent que je devine, discerne, quand astronome sans lunette je navigue dans le cosmos, du crépuscule à l’aube …

C’est au sein de cette voûte étoile, ou croise la voie lactée que je me plais à oublier le temps pour ne garder que le sourire … et j’aime

Chris

1101060352005167074270521-300x225 dans Billevesees & coquecigrues

janvier 6012

 

 

Couleur … 3 janvier, 2012

Posté par hiram3330 dans : Billevesees & coquecigrues , 1 commentaire

Couleur …

Couleur ... dans Billevesees & coquecigrues arc-en-ciel-carr-en-spirale-palette-de-couleurs-300x225

Comment vivre sans ? Comment font les aveugles ? Comme supporter une vie où il n’y a que la somme de toutes les couleurs (Blanc) et l’absence de Lumière (Noir) ..? Oui comment vivre en « noir & blanc », comment vivre dans l’éternel pavé mosaïque ? Je m’interroge ?

Mais la « couleur » n’est finalement qu’une longueur d’onde, que je perçois, que tu perçois … pareillement ? J’en doute, mais comment le savoir avec certitude et avec exactitude ?

Et puis en fin du fin les longueurs d’ondes ne sont-elles pas, comme « tout », de l’Énergie ?

Me voilà bien avancé avec cette foultitude de questions sur un sujet qui me semblait si … limpide … si clair même au delà des nuances des teintes que je vois, que je devine, que j’imagine.

Couleur est un mot si simple que le vertige me prend quand je tente d’en connaître les teintes .. et encore celles que je peux personnellement voir de mes yeux, je n’imagine même pas les autres, toutes les autres de l’infrarouge à … et plus encore …

Oui nous avons les « Trois » primaires … Rouge, Bleu et Jaune …

Nous avons aussi les « Sept » de l’Arc-en-ciel …..

Nous avons encore donc la Somme de toutes et l’Absence de toutes …….

Et chacune d’entre elles à une « histoire », une longueur d’onde, un potentiel énergétique, une influence (hé oui), une symbolique (aussi), un rôle également … comment font donc les aveugles ?

Dans nos langages combien d’expressions sont dégoulinantes de couleurs …, combien de mots cisèlent une demi-teinte, ou mieux une esquisse subtile de ton (non pas le thon !) qui vient préciser la délicatesse d’un instant ainsi figé sur une toile.

Une palette humidifiée de nos larmes de douleurs ou de rires sert à composer le menu de l’image vue par nos yeux, imaginée par notre esprit, colorée par l’essence de notre âme.

Couleur est en nous ! Elle magnifie notre perception intime de l’objet, de la chose, parfois de l’Etre …

Mais que dissimule la « couleur » ? Qu’enrichit la « couleur » ? Quelle utilité a donc la « couleur » ?

Ces questions là aussi m’entraînent dans des gouffres sans fin de perplexité, de réflexions, de méditations quasiment parfois comme si …

Et si la « couleur »  avait entr’autres le double rôle de spécifier « une chose » et, simultanément, de l’en draper de mystère(s) nous laissant pantois dans les pérégrinations des idées jaillissantes  de nos yeux … y compris du « troisième » …

Multicolore deviennent nos pensées et nos rêves … n’est-ce point des plus surprenant que de s’en apercevoir, quelquefois, au réveil de nos songes ?

Mais ces couleurs, ces dégradés et ces nuances, que je sens par la vue n’entraînent ils pas ma perception vers une vision aléatoire d’une réalité dans le fond illusoire et surtout intime …

Un monde infini de teintes aux odeurs si personnelles que nous nous en gargarisons à chaque seconde de notre vie éveillée, à chaque moment de notre sommeil, paradoxal, grouillant de sons polychromes, d’images hurlantes versicolores, de musiques berceuses chamarrées.

Quel curieux monde que voici là !

Et les daltoniens ? me direz-vous … (pas les 101 …), cette « déficience » chromosomique, cette altération probable d’un ADN rétif, cette cécité partielle d’ondes, comment puis-je l’appréhender ?

Un monde infini oui, où je m’égare dans les senteurs du feu d’artifice permanent qui m’entoure, me cerne, me noie … Le kaléidoscope où je tournoie sur moi même peut, dans les cas extrêmes, me faire voir la vie en gris … ce gris qui macule la vivacité de mon regard.

Lorsqu’apaisé et serein je réfléchis (mieux qu’un miroir) sur ces ondes qui caracolent ici et là, partout, et même ailleurs, je me dis dans le silence de ma solitude et si …

Et si les ondes colorées, les ondes de couleurs, les ondes de l’énergie visuellement visible (non ce n’est pas un pléonasme) ne voulaient que m’amener loin, profondément en mon cœur intime, là où gît, trop souvent ensommeillée, cette parcelle de lumière qui est l’étincelle de ma vie …

Et si, levant ma vue vers le cosmos où se mêlent voie lactée et voûte étoilée, dans cette infinitude sombre (pas vraiment noire) la Lumière d’une étoile adoucissait les pas de mon chemin …

Et si c’était un sourire …

Et si …

Chris

janvier 6012

21 dans Billevesees & coquecigrues

 

 

Aldaria Final |
A demi -mot |
DES LETTRES ET DES MOTS |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Aimé Comoé
| Les Poétiques Littérales
| Red Spirit