navigation

Couleur … 3 janvier, 2012

Posté par hiram3330 dans : Billevesees & coquecigrues , trackback

Couleur …

Couleur ... dans Billevesees & coquecigrues arc-en-ciel-carr-en-spirale-palette-de-couleurs-300x225

Comment vivre sans ? Comment font les aveugles ? Comme supporter une vie où il n’y a que la somme de toutes les couleurs (Blanc) et l’absence de Lumière (Noir) ..? Oui comment vivre en « noir & blanc », comment vivre dans l’éternel pavé mosaïque ? Je m’interroge ?

Mais la « couleur » n’est finalement qu’une longueur d’onde, que je perçois, que tu perçois … pareillement ? J’en doute, mais comment le savoir avec certitude et avec exactitude ?

Et puis en fin du fin les longueurs d’ondes ne sont-elles pas, comme « tout », de l’Énergie ?

Me voilà bien avancé avec cette foultitude de questions sur un sujet qui me semblait si … limpide … si clair même au delà des nuances des teintes que je vois, que je devine, que j’imagine.

Couleur est un mot si simple que le vertige me prend quand je tente d’en connaître les teintes .. et encore celles que je peux personnellement voir de mes yeux, je n’imagine même pas les autres, toutes les autres de l’infrarouge à … et plus encore …

Oui nous avons les « Trois » primaires … Rouge, Bleu et Jaune …

Nous avons aussi les « Sept » de l’Arc-en-ciel …..

Nous avons encore donc la Somme de toutes et l’Absence de toutes …….

Et chacune d’entre elles à une « histoire », une longueur d’onde, un potentiel énergétique, une influence (hé oui), une symbolique (aussi), un rôle également … comment font donc les aveugles ?

Dans nos langages combien d’expressions sont dégoulinantes de couleurs …, combien de mots cisèlent une demi-teinte, ou mieux une esquisse subtile de ton (non pas le thon !) qui vient préciser la délicatesse d’un instant ainsi figé sur une toile.

Une palette humidifiée de nos larmes de douleurs ou de rires sert à composer le menu de l’image vue par nos yeux, imaginée par notre esprit, colorée par l’essence de notre âme.

Couleur est en nous ! Elle magnifie notre perception intime de l’objet, de la chose, parfois de l’Etre …

Mais que dissimule la « couleur » ? Qu’enrichit la « couleur » ? Quelle utilité a donc la « couleur » ?

Ces questions là aussi m’entraînent dans des gouffres sans fin de perplexité, de réflexions, de méditations quasiment parfois comme si …

Et si la « couleur »  avait entr’autres le double rôle de spécifier « une chose » et, simultanément, de l’en draper de mystère(s) nous laissant pantois dans les pérégrinations des idées jaillissantes  de nos yeux … y compris du « troisième » …

Multicolore deviennent nos pensées et nos rêves … n’est-ce point des plus surprenant que de s’en apercevoir, quelquefois, au réveil de nos songes ?

Mais ces couleurs, ces dégradés et ces nuances, que je sens par la vue n’entraînent ils pas ma perception vers une vision aléatoire d’une réalité dans le fond illusoire et surtout intime …

Un monde infini de teintes aux odeurs si personnelles que nous nous en gargarisons à chaque seconde de notre vie éveillée, à chaque moment de notre sommeil, paradoxal, grouillant de sons polychromes, d’images hurlantes versicolores, de musiques berceuses chamarrées.

Quel curieux monde que voici là !

Et les daltoniens ? me direz-vous … (pas les 101 …), cette « déficience » chromosomique, cette altération probable d’un ADN rétif, cette cécité partielle d’ondes, comment puis-je l’appréhender ?

Un monde infini oui, où je m’égare dans les senteurs du feu d’artifice permanent qui m’entoure, me cerne, me noie … Le kaléidoscope où je tournoie sur moi même peut, dans les cas extrêmes, me faire voir la vie en gris … ce gris qui macule la vivacité de mon regard.

Lorsqu’apaisé et serein je réfléchis (mieux qu’un miroir) sur ces ondes qui caracolent ici et là, partout, et même ailleurs, je me dis dans le silence de ma solitude et si …

Et si les ondes colorées, les ondes de couleurs, les ondes de l’énergie visuellement visible (non ce n’est pas un pléonasme) ne voulaient que m’amener loin, profondément en mon cœur intime, là où gît, trop souvent ensommeillée, cette parcelle de lumière qui est l’étincelle de ma vie …

Et si, levant ma vue vers le cosmos où se mêlent voie lactée et voûte étoilée, dans cette infinitude sombre (pas vraiment noire) la Lumière d’une étoile adoucissait les pas de mon chemin …

Et si c’était un sourire …

Et si …

Chris

janvier 6012

21 dans Billevesees & coquecigrues

 

 

Commentaires»

  1. les couleurs comme certains sourires en demi teintes, en quart de rond ,en demi lune

    Répondre

Laisser un commentaire

Aldaria Final |
A demi -mot |
DES LETTRES ET DES MOTS |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Aimé Comoé
| Les Poétiques Littérales
| Red Spirit