navigation

Une goutte d’eau 13 avril, 2012

Posté par hiram3330 dans : Billevesees & coquecigrues , trackback

Une goutte d’eau

Une goutte d'eau dans Billevesees & coquecigrues goutteo-212x300

Je m’émerveille en me mirant dans cette goutte qui va et vient sur la paume de ma main.

Sensation de chaleur, sensation de fraîcheur, sensation d’humidité, sensations … sensuelles ; étrangeté de ce ressenti face à une perle à la taille dérisoire au creux de ma main.

Une goutte d’eau que j’ai saisi au vol d’une ondée printanière venant réveiller la terre, et ses graines enfouies, dans une douce symphonie musicale tambourinant pour apaiser la soif.

Cette perle translucide m’hypnotise, comme un cristal, et me laisse deviner l’avenir … le sien : se transformer pour se reformer … et je médite un brin sur ce miroir qui ne dit mot, mais qui dans son silence susurre en mon esprit « tu es comme moi ».

Interloqué je laisse s’échapper cette parcelle liquide qui va rejoindre le sol, buvard assoiffé, pour se dissoudre et se mêler au « tout » dans un clin d’œil à la fois ironique et malicieux.

Comment cette molécule, si simple et complexe, peut-elle me décontenancer ainsi ?

Il est vrai que je ne peux l’écraser, la briser, la détruire ….. c’est comme un caméléon qui se joue de moi dans une fricassée de rire muet et moqueur.

Elle disparaît en restant là, sous une forme autre, dans l’attente d’une nouvelle transmutation à l’alchimie désorientant mes sens sans dessus dessous face à cette infinitude d’H2O.

Ma faiblesse d’homme me fait frissonner d’une crainte ancestrale.

Ce n’est pas une sphère, ce n’est pas une demi-sphère, ce n’est pas ….. c’est une goutte à géométrie variable, apte à s’adapter à tout, comme à rien. Elle n’a de forme que celle de l’instant, fugace, mutant de là à ici.

Imaginer cette goutte est un doux rêve un peu utopique, elle ne se laisse pas enfermer dans une forme car elle est sans forme et de toutes formes. Miracle de l’eau en ce domaine aussi …

J’en arriverai presque à jalouser … Après tout ne suis-je pas moi-même une parcelle de tout ? Et pourquoi ne puis-je muter dans l’instant pour être autre en étant identique ? Le Grand Architecte des Mondes a du dérailler à un moment ou a un autre … un moment pour lui n’a probablement pas la même valeur que pour moi, qu’en penses-tu toi aux yeux écarquillés ….

Une goutte d’eau que j’ai vu rouler sur une joue, fugitivement, dans l’ombre d’une mèche de cheveux qui venait balayer cette amertume salée .. Étrangeté du « hasard » comparant l’eau « distillée » et l’eau « salée » dans un souvenir furtif, comme la silhouette d’un rêve de naguère.

Mais goutte à goutte la vie se poursuit, sans se rattraper, paradoxe de l’humanitude informelle et mouvante.

Il me plaît à observer la goutte dans les méandres de ses mutations car, tel un « transformiste », son rôle est de raviver un hier enfouit dans le sable mouvant d’une mémoire rétive.

Comment percevoir cette « chose » incolore, reflet de son environnement, dont le cœur est parfois le signe d’avenir, l’image d’un passé, la somme des cycles où je m’efforce de naviguer, en ramant, fixant l’horizon de l’Est qui rougeoie de plaisir sous l’ardent regard que je lui porte … porte à franchir, celle de ma quête dans l’infini des possibles et des réels.

J’aime à imaginer son périple, de haut en bas et de bas en haut …

Mutation alchimique elle passe par divers états en restant elle …

Buée devant mes yeux cette goutte embrume mon esprit par les multiples idées qu’elle fait naitre …

Orage, rafales, pluie, ondée, crachin, brouillard, grêle, neige, ru et océans, source et geyser, larme également …. elle fascine dans la diversité de son unité, par son indispensable présence partout et sans cesse .. sais-tu que ton corps est à quatre-vingt pour cent par elle constitué ? Sais-tu que notre sphère Bleu est majoritaire son territoire ? Sais-tu que sans elle tu meurs en une poignée d’heures sèches …

Observe son « atterrissage » , sa masse se transforme devant toi …. dans une gerbe, une couronne, un jaillissement, une explosion à l’infini d’elle-même, une scissiparité multiple dans une beauté qu’il faut saisir tant elle est éphémère.

Mais ce qui me méduse, à la réflexion, c’est qu’une goutte est synonyme de ruisseau, fleuve,lac, étang, mer et océan … Oui quelle que soit sa forme la goutte reste indissociable des autres qui forme le liquide primordial, primal…

Que tu contemples cette « unité » ou sa « totalité » … tu restes ébahi de percevoir l’identique.

Quant à moi, dans l’observation d’icelle, j’appréhende l’immensité de l’infini stellaire où, par analogie, les gemmes liquides sont semblables aux scintillements argentés que je saisis dans la voûte étoilée en devinant ton sourire.

Chris

avril 6012

gouttedo-300x168 dans Billevesees & coquecigrues

Commentaires»

pas encore de commentaires

Laisser un commentaire

Aldaria Final |
A demi -mot |
DES LETTRES ET DES MOTS |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Aimé Comoé
| Les Poétiques Littérales
| Red Spirit