navigation

Livre … mars 6014 19 avril, 2014

Posté par hiram3330 dans : Livre , ajouter un commentaire

Livres

Même ne sachant ni Lire, ni Écrire …

Ce mois ci j’ai épelé avec un grand plaisir, entr’autres :

une curiosité attisée par le sujet,

le livre de Gary JENNINGS

« AZTECA »


 Azteca

Éditions Le Livre de Poche

une curiosité locale

le livre de Aimat SERRE

« Les rue de Nîmes »

Mise en page 1

Éditions Talaia : www.editions-talaia.com

une un souffle d’humour,

le livre de Etienne MOULRON

« L’HUMOUR ATTITUDE »

L'Humour Attitude

Éditions de la Maison du Rire et de l’Humour

 

Livre ... mars 6014 dans Livre Emoticons-plus.com-21

Chris

avril 6014

 

la sérendipité 6 avril, 2014

Posté par hiram3330 dans : Billevesees & coquecigrues , 1 commentaire

La sérendipité

quantique

Savantement ce mot énigmatique vient se poser, sans brusquerie, sur la toile virtuelle d’une « page » de ce blog ouvert il y a … et plus.

Non, aucunement je ne cherche à t’impressionner par ce concept pourtant si banal que je fus moi-même surpris qu’il se dissimulât ainsi.

Nous voici donc à égalité face au questionnement qui soudainement vient tarauder nos neurones surchauffées par cette incongruité rarissime !

Je te sens un soupçon fainéant dans l’attente d’explication du terme alors que tu pourrais, tu devrais te précipiter sans délais sur ton encyclopédie papier ou électronique pour découvrir ce dont il va s’agir là !

Mais non tu préfères paresser avec nonchalance (qui c’est celle là, tu as peur tout seul ?) et rester passif face à l’inconnu que tu crois pressentir ici.

Ignare en plus … une sorte de miroir dans lequel s’esquisse mon visage aussi.

Bon je cède devant le vide vertigineux de ton regard vitreux que je discerne au travers de ton écran (que tu devrais un peu nettoyer d’ailleurs).

Définissons !

Sérendipité c’est cette action si commune de trouver ce que l’on ne cherche pas … par chance imagines-tu immédiatement dans un sursaut.

Que nenni et oui, mais pas que (pâques œufs) !

Hasard (auquel je ne crois guère) qui serait une assistance impromptue  à l’atrophie de ta mémoire rouillée ? Fatalité venant guider tes pas dans ta quête jusqu’alors stérile ? Chance (comme aux divers jeux par lesquels tu te ruines) ? Hypothèses hypothétiques communes tout cela.

Et si …

Et si nous pouvions envisager d’autres possibilités pour ce phénomène apparent ?

Hors la crainte d’Alzheimer (dont j’oublie toujours le prénom), de sénilité précoce (non pas sélénite), de l’étourderie burinée dans l’ADN (c’est la faute aux parents !), de mes préoccupations quotidiennes qui viennent saturer mes neurones (car le pluriel me sied), que reste-t-il ?

Heu … oui, au fait, faîte, fête, que reste-t-il ? Fermes ta bouche, respires, laisses de côté ton air ahuri, animes ton regard glauque, crois-tu que je vais répondre à cette question Essentielle à ta place ?

Hélas je doute fortement de ta capacité, non pas d’ingestion de produit plein de degrés, mais de l’éveil partiel d’au moins un de tes deux neurones atrophiés (me semble-t-il).

Essence Ciel, ce n’est pas inintéressant comme début d’esquisse d’ouverture  de ce sujet Royal (non pas S……Royal la revenante, l’Art plutôt – l’Art ! Pas lard tu le fée exprès de m’agacer, c’est pas vrai !)

Nous y voilà, nous approchons peut être de notre cible hermétique au travers d’un mot inusité bien qu’issu de notre langue si riche (elle).

D’une autre manière disons qu’au travers d’un labyrinthe virtuel nous approchons du Centre de l’Idée …

Qui sait peut être même allons nous percevoir l’Un du Tout dissimulé derrière ces lettres (voyelles et consonnes) accolées en cinq syllabes. Mais je m’égare songes-tu grognon.

Niet ! Nous pouvons approcher ainsi du but qui, tel un tertre fraîchement remué, va voir naître une branche imputrescible lourdement chargées de fleurs immortelles … ça t’épate ! Mécréant que tu es tu ne veux pas voir avec l’ensemble de tes sens dans tous les sens l’essence qui baigne notre propre essence.

Tu t’agites mal à l’aise brusquement de ressentir un éclat de Lumière qui vient raviver la brindille de ta parcelle intime. Un éclair vient carboniser tes certitudes et fêler ton « ego » pourtant caparaçonné  dans les strates frelatées que tu as pensé bâtir pour te protéger … de toi-même dans le fond, si je puis dire, et je peux le dire !

En effet la sérendipité est un « phénomène » classique, banal, usuel que nous ne voyons plus, ni toi ni moi, bousculés que nous sommes par l’exponentiation des constructions en tous domaines matériels et intellectuels … reste ne crois-tu pas le … spirituel et ses manifestations incroyables pour d’aucuns.

Nous y voilà dans le passage de la physique Euclidienne à la physique quantique par exemple ; entre les deux semble exister un « pont », celui que nous sommes dans notre intimité de l’ensemble de nos propres dimensions, connues et pas encore reconnues … Nous sommes, toi comme moi, des « Pontifes » ! Tu en es abasourdi, ton air hagard parle par son silence, ton air ahuri hurle sans un son dans cette translation improbable que tu ne soupçonnais pas, que tu ne voulais voir.

Pourtant …

Pourtant nous y sommes, ici et là bas simultanément sans aucun doute !

Pourtant tu es là, mais partout en même temps car le temps n’existe pas !

Pourtant je t’observe ici et ailleurs dans ces mondes dit « parallèles » mais en fait se chevauchant, se maillant comme tricotés par Un … Quoi, je ne saurais le dire, l’exprimer, l’imaginer même.

La sérendipité.

Terme abscons, mot rare, concept ardu … comme la Vie d’une certaine manière, voire d’une manière certaine.

Alors conservons le sourire, à ne jamais quitter d’ailleurs, et ouvrons nous comme une boîte de sardines et nous trouverons, comme dans icelle, une nuée de réalités concrètes qu’il va falloir  avaler, digérer pour le plus grand profit du corps, de l’âme et de l’esprit enfin libéré (en partie).

Stresses-tu ? Je te devine un zeste fébrile face à ce gouffre inattendu qui se dévoile sur tes pas, tes tré-pas, comme une caverne éclairée d’une infinité d’étoiles … Tu ne sais plus où regarder : en bas, vertigineux abîmes ? En haut, incommensurable cosmos ? Un œil en haut, un œil en bas .. difficile gymnastique pourtant connue et pratiquée depuis Hermès-Thot.

Et le « hasard » dans tout cela ? Tu balbuties en bafouillant que c’est lui qui perturbe ton sens de l’orientation, ta pendule interne, tes sens restreints, et j’en passe car je suis poli (et l’on sait ce que les polis sont ..).

Négatif, pas de hasard ! C’est dans l’air du temps dit-on communément avec le bon sens qui peut nous caractériser …. enfin pour toi j’ai un léger doute.

L’air du temps ? L’air du temps ? Quel « temps » puisqu’icelui n’existe pas ? Et l’air, l’air de quoi (non je ne prononce pas les trois lettres bien connues) ?

Désorienté, si tenté que tu le fus …. Matérialiste à l’esprit étroit, pour ne pas dire étriqué, tu doutes (ça c’est plutôt un bon point) !

La sérendipité. Ce terme qui n’en fini pas de nous intriguer semble couvrir d’autres réalités dont nous ne sommes pas habituer à voir, percevoir, regarder …

Pourtant, pourtant nos anciens, et pas ceux auxquels tu peux songer en te souvenant de ta scolarité si …. Non nos anciens, ceux dont on ne parle pas, plus, guère …. ceux qui furent avant l’avant.

Je te sens réticent .. je te sens agacé .. je te sens .. tu penses (enfin  si l’on peut dire) que je n’ai pas abordé le sujet du titre ..

Détrompes toi comme dirait l’éléphant sénile, nous sommes en plein dedans, mais tu ne sais pas, tu ne vois pas, tu ne sens pas que c’est sur un autre plan, dans un des autres mondes que nous échangeons sereinement sur cette sérendipité si volatile. Oui dans d’autres mondes, autres univers, autres plans d’existence, autre lignes de Vie.

Nous y voilà, nous y voici, nous y sommes ! Tu ne veux pas ouvrir ton esprit à la foultitude simultanée de présents où nos places, imperceptiblement, sont différentes et pourtant semblables partiellement puisque Toi et Moi dialoguons en cet instant (déjà passé) réel, irréel, présent, passé et à venir, ici et ailleurs sur des plans vibratoires proches, certes mais …

C’est en cela que nous percevons la multiplicité unique d’une vision quantique d’ici et maintenant.

Alors pour t’ancrer dans une relative stabilité fais comme moi : projettes ton regard loin là-bas, au delà de l’horizon, au-delà de la couche atmosphérique, au sein de la voie lactée qui se blottit dans la voûte étoilée, cherches et trouves, comme moi cet autre regard qui sourit avec tendresse …

Chris

avril 6014

1797563_280023578819368_1884471583_n

 

 

Aldaria Final |
A demi -mot |
DES LETTRES ET DES MOTS |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Aimé Comoé
| Les Poétiques Littérales
| Red Spirit