navigation

J’entends mal …. 10 octobre, 2016

Posté par hiram3330 dans : Billevesees & coquecigrues , trackback

J’entends mal ….

surdite

Oui, comme beaucoup, comme trop j’entends mal !

Est-ce l’âge qui vient ainsi rogner mon audition ?

Sont-ce les sons qui ont évolués alors que moi je stagnais les pieds embourbés dans le vacarme assourdissant d’une vie « TGV », d’une vie heurtée, d’une vie menant au silence … éternel ….. ?

Non, non je ne me plains pas, et de toute façon qui pourrait m’entendre dans ce monde de sourds, voire de sourds-dingues et je pèse mes mots, au travers de la ouate qui emplie mes conduits auditifs.

Handicapé suis-je donc devenu ? Malentendant avant l’extinction totale de ces vibrations sonores que je perçois encore, dans un champ plus restreint il est vrai.

Mais suis-je le seul dans ce cas ?

Que nenni point du tout je te l’accorde (comme dirait le facteur de piano), mais dois-je avouer qu’en l’occurrence c’est de mon cas personnel à moi que je me réfère, et qui me turlupine de plus en plus dans les nuages confus des sonorités qui se mélangent sans pudeur.

Curieusement je raisonne toujours, mais mes paroles glissent et surfent seules hors de mon écoute diminuée. Ne souris pas, es-tu toi sûr de ta bonne oreille ? Sinon de ton écoute …. matinée d’une compréhension des pensées sous-tendues par les sons qui vibrent et heurtent les conduits auditifs lardé de cérumen que tu n’entretiens même pas.

Tu penses : « égoïste » et je m’en moque car je n’ouïs point tes pensées, et me moque de tes éventuelles appréciations qui rebondissent sur mes pavillons en berne …

Et d’ailleurs toi-même, es tu sûr d’apprécier les sons qui viennent couler dans tes conduits auditifs lardés de cérumen par ta négligence à nettoyer tes diverses tuyauteries .. Oui je l’ai dit ! Mais tu ne l’as pas entendu !

Curieux cette propension de notre cervelle à effectuer un tri, pour ne pas dire une censure, sur ces sonorités variées et diverses véhiculant des mots et donc des idées, notions et concepts.

Je vois bien que tout cela t’indiffère, muré que tu es dans le vacarme de ta solitude acceptée et enivrante.

Handicap ?

Pas sûr !

Regardes Beethoven …

Ce musicien, sourd, continuât ses compositions artistiques en lisant dans son monde sans son (et Dalila, oui je sais elle est facile) les portées lourdes de notes, de croches et même de « silences ». N’est-ce pas un comble que de lire les sons ?

J’entends mal ….

Je me suis interrogé, et les murmures qui m’ont répondu m’ont susurrés, ironiques, que ma pseudo surdité provenait du boyau de la tête congestionné par l’étranglement sournois de mon ego.

Bigre et saperlipopette !!!

Qu’ouïe-je là, ici, et là-bas dans les limbes déchirées de ma désillusion fêlée .. un peu comme moi en ce moment M, en cet instant I, face au miroir embué de ma stupéfaction hypocrite.

Je pousserais bien une gueulante si je ne craignais de m’irriter les pavillons réceptacles des sons !

Cool, zen et serein … me chuchotais-je dans un soupir rouillé par la sueur de mon angoisse naissante.

Mais au fait, qu’entends-je par j’entends mal ?

J’entends mâle ? J’entends malle ? J’en tends mal ?

Je doute sur ce que je puis entendre en entendant mal … Comme un lambeau de surdité péguant venant obscurcir la vision édénique découlant d’un prurit d’otite en devenir.

Bon sang, mais c’est bien sûr ! Comme disait l’inspecteur télévisuel « Bourrel » des cinq dernières minutes de ma jeunesse de jadis …

J’ai mal entendu le « j’entends mal » !!!

Il ne s’agit point d’une notion de sonorité, mais d’une notion de compréhension si je ne m’abuse (oui je sais aussi causer mieux parfois), et la compréhension (en en seul mot car phonétiquement il pourrait y avoir ambiguïté) relève d’un autre domaine que du son unique.

Voilà tu as saisi, tu as pigé, tu as compris ?

Ouf, je me sens (sans l’odorat réceptacle de fragrances diverses) soulagé (pas sous l’A.G. – révolutionnaire qui plus est) d’avoir assimilé le concept (lui aussi en un mot unique) sous-tendu par ces trois mots associés heurtant les neurones (oui il paraît que j’en aurais deux, aussi ….) soudainement illuminés (comme moi parfois) d’une perception (non imposable) quasi extatique d’une transcendance omniprésente en ma cervelle grisâtre.   

Restons simple et d’une objectivité lumineuse : quand j’entends mal c’est que toi tu t’exprimes mal ! Et toc !! Voilà une Vérité vraie, j’irai même jusqu’à dire (puisque je le pense) La Vérité Vraie !!!

Ne ricane pas .. cela ne sert à que dalle .. et puis, et puis je suis là pour t’aider et t’assister dans ton dur labeur, quasi impossible reconnaissons le tous les deux, de progression intellectuelle, sociale et morale.

Ne t’inquiètes pas, tu n’es pas le seul dans ce triste cas d’infériorité avérée.

Je suis là, et même ici bas pour te maintenir les naseaux hors du bourbier de ton existence frustre (et il en faut des comme toi !) afin que tu puisses également jouer un rôle dans notre société sociétale ayant besoin de bourrins et de … aussi !

Enfin, grâce à Moi tu pourras, non pas t’en sortir, là n’est pas ta destinée, mais être utile à la collectivité que tu sers, que tu serf, que tu serres comme les …… itou lorsque je suis contraint (sans Sncf) de gronder (tel l’orage dévastateur) devant ta stupidité congénitale (là j’avoue que les deux mots pourraient convenir … eux aussi.).

Mais nous n’en somme (additionnelle) pas encore là !

En lieu et place de ton visage au rictus primaire, je préfère et de loin, comme de près, aller quérir au sein du cosmos de la voûte étoilée ce regard narquois qui semble me toiser, Moi !!!

Mais j’aime quand même …

Chris

octobre 6016

yeux y

Commentaires»

pas encore de commentaires

Laisser un commentaire

Aldaria Final |
A demi -mot |
DES LETTRES ET DES MOTS |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Aimé Comoé
| Les Poétiques Littérales
| Red Spirit