navigation

Digression … Tina Turner – Proud Mary – Live Wembley (HD 1080p) 31 mars, 2020

Posté par hiram3330 dans : Digressions , ajouter un commentaire

 

 

Image de prévisualisation YouTube

Digression … SE LIBÉRER DE L’ILLUSION 30 mars, 2020

Posté par hiram3330 dans : Digressions , ajouter un commentaire

 

 

Image de prévisualisation YouTube

Dialogue entre l’Univers et le Corona 29 mars, 2020

Posté par hiram3330 dans : Apports , ajouter un commentaire

 

Dialogue entre l’Univers et le Corona

140504

”* : Univers, Pourquoi me mettre dans le pangolin ?

✨ : Cet animal, Corona, est en voie d’extinction. Et pourtant les hommes continuent de le braconner et de le manger. … Ce sera la 1ère étape de ma leçon.

*” : D’accord Univers. Pourquoi tu veux que ça commence en chine?

✨  : La chine est le symbole de la mondialisation et de la production de masse petit. Ce pays est surpeuplé, il produit en masse et pollue en masse…

*” : C’est vrai univers… Mais en même temps c’est parce que les autres pays y ont un intérêt financier aussi non ?

✨  : Oui petit c’est pour cela que ta mission va être de te répandre partout dans le monde, et principalement dans tous les pays concernés par ce système, l’Europe, les US, les pays producteurs de pétrole…

”* : Quelle forme vas-tu me donner univers ?

✨  : Celle d’un virus qui va principalement infecter les voies respiratoires.

”* : Mais pourquoi univers ?

✨   : Petit, vois tu de nos jours, les hommes mettent en danger la planète. La pollution est devenue trop importante mais l’humanité n’en mesure pas l’ampleur. Quoi de plus symbolique que la respiration petit, tu comprends ?

*” : Oui mais ça veut dire que je vais être dangereux univers ?

✨  : Tu ne le seras pas plus que plein d’autres maladies existantes petit, et tu le seras bien moins que la pollution elle même qui génère des milliers de morts ! Mais la différence c’est que toi, tu seras visible…

”* : D’accord univers. Mais tu crois que ça va marcher ton truc là alors, je ne comprends pas comment ?

✨  : Tu as raison petit. C’est pour cela que je vais te rendre très contagieux. Tu vas vite te propager. La vitesse de propagation sera bien supérieure à ta dangerosité.

*” : Ok mais alors si je ne suis pas si dangereux, tu crois qu’ils vont avoir peur de moi ?

✨ : Oh petit oui fais moi confiance. C’est sur cela d’ailleurs que je compte pour faire évoluer les mentalités : la peur.

Ce n’est que quand l’homme a peur, qu’il peut changer ensuite…

*” : Tu crois ?

✨  : Oui petit, et je vais ajouter tout un contexte pour amplifier la peur et les prises de conscience.

*” : Quoi univers…?

✨  : La peur va tellement prendre le dessus que l’on confinera les gens chez eux tu verras. Le monde sera à l’arrêt. Les écoles seront fermées, les lieux publics, les gens ne pourront plus aller travailler. Les croisières, les avions, les moyens de transport seront vides..

*” : Oh la la, Univers, tu vas loin, mais qu’espères tu de cela ?

✨  : Que le monde change petit ! Que Terre mère soit respectée ! Que les gens prennent conscience de la bêtise humaine, des incohérences des modes de vie et qu’ils prennent le temps de réfléchir à tout cela … Qu’ils arrêtent de courir, découvrent qu’ils ont une famille et des enfants et du temps avec eux. Qu’ils ne puissent plus recourir aux suractivités extérieures car elles seront fermées. Se reconnecter à soi, a sa famille, ça aussi, petit, c’est essentiel…

”* : Ok mais ça va être dangereux, l’économie va s’effondrer….

✨  : Oui petit, il y aura de grosses conséquences économiques. Mais il faut passer par la. C’est en touchant à cela aussi que le monde je l’espère va prendre conscience de ses incohérences de fonctionnement. Les gens vont devoir revenir à un mode de vie minimaliste, ils vont devoir retourner au local, et je l’espère à l’entre aide..

”*: Comment vais je me transmettre ?

✨  : Par le contact humain.. Si les gens s’embrassent, se touchent…

” * : Bizarre univers là je ne te suis pas, tu veux recréer du lien mais tu éloignes les gens ?

✨  : Petit, Regarde aujourd’hui comment les hommes fonctionnent. Tu crois que le lien existe encore ? Le lien passe par le virtuel et les écrans. Même quand les hommes se promènent, ils ne regardent plus la nature mais leur téléphone… A part s’embrasser il ne restait plus grand chose du lien… alors je vais couper ce qui leur restait de lien et je vais exagérer leur travers … en restant confinés chez eux, fort à parier qu’au départ ils se régalent des écrans mais qu’au bout de plusieurs jours ils satureront… lèveront les yeux.. découvriront qu’ils ont une famille, des voisins … et qu’ils ouvriront leur fenêtre pour juste regarder la nature …

*” : Tu es dur Univers, tu aurais pu alerter avant de taper aussi fort…

✨ : Mais corona, avant toi j’ai envoyé plein d’autres petits … mais justement c’était trop localisé et pas assez fort…

” *: Tu es sur que les hommes vont comprendre cette fois alors ?

✨  : Je ne sais pas corona… je l’espère… mère terre est en danger… si cela ne suffit pas, je ferai tout pour la sauver, il y a d’autres petits qui attendent … mais j’ai confiance en toi Corona… et puis les effets se feront vite sentir … tu verras la pollution diminuera et ça fera réfléchir, les hommes sont très intelligents, j’ai aussi confiance en leur potentiel d’éveil… en leur potentiel de création de nouveaux possibles … ils verront que la pollution aura chuté de manière exceptionnelle, que les risques de pénurie sont réels à force d’avoir trop délocalisé, que le vrai luxe ce n’est plus l’argent mais le temps… il faut un burn out mondial petit car l’humanité n’en peut plus de ce système mais est trop dans la engrenage ni pour en prendre conscience… à toi de jouer…

”* : Merci Univers… alors j’y vais …

codiv19

Merci à toi  Hisao de ce partage

Echange étrange 28 mars, 2020

Posté par hiram3330 dans : Apports , ajouter un commentaire

Échange étrange !

 61393_298588173595834_303270137_n

-Que t’arrive-t-il ?

 

-Je réfléchi !

 

-Tu réfléchis ? Mais à quoi ?

 

-Je viens de vivre une chaîne de raisonnement qui me laisse perplexe.

 

-Ah Bon ! Veux-tu m’en parler ?

 

-La semaine dernière un conflit a surgit au sein de mes proches sans que je comprenne comment il avait pu commencer, grandir, fermenter puis pourrir, laissant ma famille dans un état d’éclatement tel que chacun n’ose plus se parler, redoute de le faire, ou écarte tout désir de s’approcher à nouveau.

 

-Oh tu sais tu devrais de détacher de tout cela, des conflits dans ta famille tu en auras d’autres !

 

-Oui c’est ce que je me dis aussi et pourtant je me dis que même dans le silence nous avons cette part de participation au conflit en n’aidant pas à poser les évènements.

 

-Que veux-tu dire ?

 

-Un jour un membre de ma faille a eu une attitude déraisonnable, que jamais personne n’aurai dû apprendre et encore moins qui n’aurai dû être diffusée et tout est parti de là…

 

-Ah s’était si grave ?

 

-C’est un évènement intime de sa vie qui n’aurait pas dû sortir de « sa » vie.

 

-Ben dans ce cas pourquoi en avoir parler si c’est intime ?

 

-Ça !!! C’est là que le premier maillon pense jouer le second rôle alors qu’il est acteur principal de la chaîne.

 

-Pffffffff un crétin !

 

-Il n’a jamais mesuré qu’il serait la premier goutte de cette huile qui glisse et entache tout.

 

-Il se sentait presque fier ce jour là d’être détenteur d’un scoop, d’être cet investigateur, et qu’en l’on dit que ce n’est que le premier pas qui coûte tu vas comprendre à quel point les second semble simples.

 

-Pourquoi a-t’il fait cela ?

 

-La nouvelle devait être trop lourde j’imagine, et se valoriser aussi je pense… au-delà des conséquences !

 

-Mais l’intimité ne se dévoile pas et encore moins celle des autres !

C’est vrai elle ne devrait pas ! Et pourtant !

 

-Mais pourquoi a-t-il livré cela ?

 

-Parce qu’il avait confiance !

 

-Il semble que le confident ne fut pas de confiance !

 

-A moins que lors de cette confidence, des oreilles indiscrètes ne se soient infiltrées, et aient interprété !

 

-On dit effectivement que ce n’est pas le sens qui trahi mais bien l’interprétation de l’esprit à transformer l’information…

 

-C’est tout à fait ça !

 

-L’interprétation d’une action relevant d’une intimité, qui fut entachée.

 

-Mais dans tout cela aucun élément de la chaîne n’a sembler songer à adopter la prudence et surtout la fidélité d’une serment fait dans la famille l’engageant à ne pas nuire à aucun des membres et même de le soutenir.

 

-Le serment est brisé ! Mais pourquoi dis tu que chacun porte une part de responsabilité dans cette chaîne ?

 

-C’est très simple, l’un a parlé, l’autre propagé, le suivant transformé, l’un s’est tût plutôt que de rappeler la prudence, et le serment, aujourd’hui je juge l’ensemble, et le seul résultat et que notre famille est morcelée.

 

-Comment  faire en sorte de poser les tourments de la famille ?

 

-Tu sais comme dans toute famille certains se sentiront détachés de cette douleur, d’autres coupables, d’autres démunis, et d’autre peinés, et les éléments phares seront brisés, déçus.

 

-Mais que penses-tu-toi de tout cela ?

 

-Moi ? Ce que j’en pense ?

Je pense que nul n’est à l’abri de commettre une erreur, que par la suite, l’interprétation des erreurs de l’un par l’autre vont prendre une dimension plus ou moins importante à mesurer la gravité à le faire savoir.

De nos différences naissent des préjugés, des préjugés l’intolérance, de l’intolérance des jugements, des jugements des verdicts, des verdicts des sentences, des sentences des souffrances, des souffrances des contaminations infectieuses, et de là des malaises incurables.

 

-Et comment crois-tu-toi, que l’on peut éviter cela ?

 

-Savoir se taire parfois, savoir parler au juste instant, sans penser que la sagesse ne peut être que l’un ou l’autre, savoir s’adapter aux situations.

 

-Je comprends, mais en attendant, que devient ce membre de ta famille qui a souffert.

J’avoue que pas même moi ne me suis rapproché de lui, pensant qu’il avait besoin de silence après tout cela, en fait je n’ai pas osé, probablement trop gêné d’avoir participé à sa descente.

 

-Tu craints de le décevoir ?

 

-Le décevoir ? Oui je pense que c’est inévitable et au-delà de sa colère, je pense que c’est la peine dans son regard.

 

-C’est proche d’une forme de lâcheté ?

 

-Ca ressemble à cela oui.

 

-Mais dis moi, une question me vient à l’esprit…

 

-Laquelle ?

 

-Tu m’as dit que vous aviez une femme qui chapeautait cette famille, je me trompe ?

 

-Oh ! Je vois de qui tu parles, elle est si douce, si bonne et parfois sévère, si elle savait…

Elle a longtemps œuvré avant de lâcher ses petits, et quand elle l’a fait elle les pensait grands, adultes et à même de gérer ses situations.

Loin de cette femme au cœur  si grand d’imaginer ce qu’ils auraient fait de son enseignement.

Aujourd’hui nous sommes les porteurs de ce qui se veut la sagesse, comme lui dire que d’un évènement intime nous avons éclaté une partie de la famille par besoin de briller ?

 

-Effectivement ce n’est pas très valorisant.

 

-Valorisant… c’est curieux ce mot qui vient du mot valeur… qui surgit là dans cette situation qui anéanti toutes valeurs justes… non ?

164493_10200253719317991_1948380971_n

Manu Dibango, Chanson pour l’auvergnat 27 mars, 2020

Posté par hiram3330 dans : Apports , ajouter un commentaire

 

 

Image de prévisualisation YouTube

JOURNAL DE CONFINEMENT 26 mars, 2020

Posté par hiram3330 dans : Apports , ajouter un commentaire

 

JOURNAL DE CONFINEMENT

h90273395_2881236058637723_1600889831984988160_n

JOUR 1

Mercredi 18 mars. Premier jour à quatre à la maison. Journée ensoleillée, les enfants ont pu profiter du jardin. Pas encore de nouvelles de la maîtresse, j’imagine qu’il faut le temps de s’organiser. Ce midi, apéritif en famille, jeux l’après-midi ; Mathilde avait fait un gâteau au chocolat pour le goûter. Petit air de vacances !

JOUR 2

Jeudi 19 mars. Première tonte de l’année ! J’adore l’odeur de l’herbe coupée. Les arbres sont en bourgeons, les tulipes sortent de terre, les premiers jours de printemps sont toujours agréables !
Foot avec les enfants qui ont fini par se disputer, comme toujours. La vie s’organise tranquillement.

JOUR 3

Vendredi 20 mars. Les premiers devoirs sont tombés pour Mathis : révisions sur les divisions. Surtout rester calme…
Léa fait des dessins pour papa et maman. Trop mignon.

JOUR 5

Dimanche 22 mars. Le jardin est au carré, on dirait Versailles ! Comme quoi il y a toujours du bon à prendre ! Mathilde a les mains dans la farine la moitié du temps : gare aux kilos en trop !
Léa a épuisé la moitié du stock de pages blanches, c’est moche pour la planète.
Côté divisions, on rame…

JOUR 7

Mercredi 25 mars. Si Mathis me demande encore une fois ce qu’est un dividende, je lui fais manger son cahier !
Léa a enfoncé toutes les pointes de feutres et chouine à longueur de journée.
Mathilde s’est lancée dans la confection d’un gâteau roumain à la purée de marrons et aux pruneaux. Est-ce vraiment une bonne idée ? Le temps commence à sembler long.

JOUR 10

Samedi 28 mars. Je crois que mon fils est con, j’ai abandonné la division. On a une semaine de retard sur le travail envoyé par la maîtresse. J’ai vomi le gâteau aux marrons.

JOUR 11

Dimanche 29 mars. La caisse à outil est nickel, j’ai rangé mes clefs plates par ordre de grandeur, les marteaux par ordre croissant de poids. J’ai trié tout ce qui pouvait se trier dans la maison : clous, vis, boutons, punaises (par couleurs), slips.. Je commence à voir flou.

JOUR 14

Mercredi 1er avril. On continue sur le passé simple. La décence m’oblige à me taire. ..

JOUR 15
Je rédige une lettre à l’attention du pape pour faire canoniser la maîtresse de mon fils. J’ai envie d’écouter Céline Dion en passant l’aspirateur dans le garage. Je crois que ça va pas le faire.

JOUR 16

Vendredi 3 avril. « Les enfants prenâmes le goûter sur la terrasse ». Bon c’est fois-ci c’est clair, Mathis n’aura pas non plus le prix Nobel de littérature… J’ai envie d’épouser sa maîtresse…je crois que je commence à délirer…
Léa regarde la télé H 24.
Mathilde a commencé une pièce montée à cinq étages. Je le sens pas trop. J’ai déjà pris cinq kilos…

JOUR 17

Samedi 4 avril. Je crois que j’ai chopé un Gilles de la Tourette avec ce putain de passé simple de merde !
La pièce montée s’est cassé la gueule.
J’ai des hallucinations, les dessins de ma fille me parlent !

JOUR 18

Dimanche 5 avril. Pour la première fois de ma vie, j’ai prié Dieu…

JOUR 19

J’ai bouffé la page du livre de conjugaison. Problème réglé…

JOUR 20

Passé la journée à chercher le chien, on l’a perdu !

JOUR 21

Merde, c’est vrai, on n’a pas de chien ! J’attaque ma cinquième bière de la journée.
Léa ressemble à un lapin qui aurait attrapé la Myxomatose.

JOUR 30

36 mars. Je suis sûr d’avoir vu passer la maîtresse de Mathis dans la pâture derrière chez nous : elle promenait son Bescherelle en laisse.
Je vais reprendre un ricard …

JOUR 31

J’ai les dents qui grattent, je transpire des yeux. Je me rends compte que mon slip est à l’envers. Comme je le porte au-dessus mon pyjama, j’ai l’air encore plus con.

JOUR 32

An 3020 après ma belle-mère. Plus de farine dans les magasins, Mathilde est prostrée sur une chaise dans la cuisine, elle fait la conversation au four.
Mathis essaye de diviser le passé simple. Léa bave devant la télévision. Les stocks de Ricard sont épuisés. Au secours…

JOUR 40

37 avril 2028. Oh putain on a remonté le temps ! Il se passe des trucs bizarres… Il y a une dame dans ma cuisine qui pleure en regardant le four, je ne sais pas du tout qui c’est. Et cette petite assise dans le coin qui regarde en ricanant, elle me file je jetons. De toute façon je ne sais plus comment je m’appelle. Je ne sais même plus pourquoi j’écris. C’est la fin…

JOUR 50

Il s’est passé quelque chose. Il y a des gens partout, on entend « c’est fini ! », « C’est fini ! », « Plus de confinement ! ». Je ne sais pas ce qu’il se passe. Je sors pour voir. Je m’y reprends à trois fois avant de savoir enfin passer la baie vitrée. Je respire à pleins poumons. Je tombe dans les pommes. Direction les urgences.

JOUR 60

Vendredi 15 mai. Reprise du travail depuis une semaine. Mathilde, Mathis et Léa vont bien. La vie a repris son cours normal, si ce n’est que j’ai du cholestérol, du diabète, des troubles de la personnalité (mon double ne parle qu’au passé simple et cherche à diviser tout ce qu’il peut, c’est un peu pénible…) Mais bon nous en sommes sortis vivants ! Rendez-vous demain chez la psy, 15h30…

h90633579_1088184121574826_6015899273474867200_o

coronavirus ……….un petit machin…………………………… 25 mars, 2020

Posté par hiram3330 dans : Apports , ajouter un commentaire

coronavirus ……….un petit machin……………………………

CoronavirusCDC

Moustapha Dahleb  la plus belle plume tchadienne, a écrit:

 

L’HUMANITÉ ÉBRANLÉE ET LA  SOCIÉTÉ EFFONDRÉE PAR UN PETIT MACHIN.

 

Un petit machin microscopique appelé coronavirus bouleverse la planète. Quelque chose d’invisible est venu pour faire sa loi. Il remet tout en question et chamboule l’ordre établi. Tout se remet en place, autrement, différemment.

 

Ce que les grandes puissances occidentales n’ont pu obtenir en Syrie, en Lybie, au Yemen, …ce petit machin l’a obtenu (cessez-le-feu, trêve…).

 

Ce que l’armée algérienne n’a pu obtenir, ce petit machin l’a obtenu (le Hirak a pris fin).

 

Ce que les opposants politiques n’ont pu obtenir, ce petit machin l’a obtenu (report des échéances électorales. ..).

 

Ce que les entreprises n’ont pu obtenir, ce petit machin l’a obtenu (remise d’impôts, exonérations, crédits à taux zéro, fonds d’investissement, baisse des cours des matières premières stratégiques. ..).

 

Ce que les gilets jaunes et les syndicats  n’ont pu obtenir, ce petit machin l’a obtenu ( baisse de prix à la pompe, protection sociale renforcée…).

 

Soudain, on observe dans le monde occidental le carburant a baissé, la pollution a baissé, les gens ont commencé à avoir du temps, tellement de temps qu’ils ne savent même pas quoi en faire. Les parents apprennent à connaitre leurs enfants, les enfants apprennent à rester en famille, le travail n’est plus une priorité, les voyages et les loisirs ne sont plus la norme d’une vie réussie.

 

Soudain, en silence, nous nous retournons en nous-mêmes et comprenons la valeur des mots solidarité et vulnérabilité. 

 

Soudain, nous réalisons que nous sommes tous embarqués dans le même bateau, riches et pauvres. Nous réalisons que nous avions dévalisé ensemble les étagères des magasins et constatons ensemble que les hôpitaux sont pleins et que l’argent n’a  aucune importance. Que nous avons tous la même identité humaine face au coronavirus. 

 

Nous réalisons que dans les garages, les voitures haut de gamme sont arrêtées juste parce que personne ne peut sortir.

 

Quelques jours seulement ont suffi à l’univers pour établir l’égalité sociale qui était impossible à imaginer.

 

La peur a envahi tout le monde. Elle a changé de camp. Elle a quitté les pauvres pour aller habiter les riches et les puissants. Elle leur a rappelé leur humanité et leur a révélé leur humanisme.

 

Puisse cela servir à réaliser la vulnérabilité des êtres humains qui cherchent à aller habiter sur la planète mars et qui se croient forts pour cloner des êtres humains pour espérer vivre éternellement.

 

Puisse cela servir à réaliser la limite de l’intelligence humaine face à la force du ciel.

 

Il a suffi de quelques jours pour que la certitude devienne incertitude, que la force devienne faiblesse, que le pouvoir devienne solidarité et concertation.

 

Il a suffi de quelques jours pour que l’Afrique devienne un continent sûr. Que le songe devienne mensonge.

 

Il a suffi de quelques jours pour que l’humanité prenne conscience qu’elle n’est que souffle et poussière.

 

Qui sommes-nous ? Que valons-nous ? Que pouvons-nous face à ce coronavirus ?

 

Rendons-nous à l’évidence en attendant la providence.

 

Interrogeons notre « humanité » dans cette « mondialité » à l’épreuve du coronavirus.

 

Restons chez nous et méditons sur cette pandémie.

 

Aimons-nous vivants !

1000923_473616166079129_796936930_n

1234

Aldaria Final |
A demi -mot |
DES LETTRES ET DES MOTS |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Aimé Comoé
| Les Poétiques Littérales
| Red Spirit