navigation

C’est une erreur de penser que le temps passe …. 29 octobre, 2019

Posté par hiram3330 dans : Billevesees & coquecigrues , ajouter un commentaire
C’est une erreur de penser que le temps passe.
61393_298588173595834_303270137_n
Le temps ne passe pas. Le temps existera jusqu’à la fin du monde.
C’est vous qui passez.
Vous ne perdez pas de temps.
Le temps est infini.
Vous vous perdez.
Vous êtes limités.
C’est vous qui vieillissez, pas le temps.
Alors faites-en une meilleure utilisation.
Et l’une des pires choses à faire avec le temps est de vous comparer aux autres.
Une vache se nourrit de l’herbe et grossit, mais si un chien mange de l’herbe, il mourra.
Ne vous comparez jamais aux autres.
Exécutez votre course.
Ce qui fonctionne pour autrui peut ne pas fonctionner pour vous.
Concentrez-vous sur les dons et les talents dont Dieu vous a dotés et n’enviez pas les bénédictions qu’il a données aux autres.
Si une rose a un parfum plus agréable que les tomates, cela ne voudrait pas dire que la rose peut faire un meilleur ragoût.
N’essayez pas de vous comparer aux autres.
Vous avez aussi votre propre force, cherchez-la et construisez-la.
Tous les animaux qui existent étaient dans l’arche de Noé.
L’ escargot en faisait partie.
Si Dieu a pu attendre assez longtemps pour que les escargots entrent dans l’arche de Noé, sa porte de grâce ne se refermera pas sur vous jusqu’à ce que vous atteigniez votre fin attendue, mettez votre confiance en Lui.
Ne jamais vous sous-estimer, visez toujours le sommet.
N’oubliez pas que les crayons de couleurs cassés continuent toujours de colorier.
Aime-toi et aime ce que tu fais.
Bonne journée à nous tous. Dr Ch. S​.
11726_223629521109217_1867548641_n

Voie lactée … 17 octobre, 2019

Posté par hiram3330 dans : Billevesees & coquecigrues , ajouter un commentaire

 

https://www.nationalgeographic.fr/espace/10-choses-que-vous-ignorez-probablement-sur-la-voie-lactee?fbclid=IwAR34OJgHlCbcP2Wfd-dZl2ijsvvIF9kpzJiFmkd-i70nnF5WyxaQBvbk8YY

Anarchiste – Franc-maçon ? 5 octobre, 2019

Posté par hiram3330 dans : Billevesees & coquecigrues , ajouter un commentaire

Anarchiste – Franc-maçon ?

linceul_noir_def_net

 

Anarchiste : http://www.toupie.org/Dictionnaire/Anarchisme.htm

Franc-maçon : https://fr.wikipedia.org/wiki/Franc-ma%C3%A7onnerie

Association de mots, association d’idées, association de concepts … Curieux non ?

Dans « l’esprit populaire » l’anarchiste est celui qui refuse, rejette, nie, voire détruit toute(s) structure(s) collective(s) et/ou individuelle(s) pouvant être par lui considérée(s), ressentie(s), assimilée(s) à une obligation, un ordre, une contrainte …

Dans « l’esprit populaire » le Franc-maçon est celui, en recherche de pouvoir(s), de richesse(s), de secret(s) maléfique(s) qui plus est soutenu en cela par une camarilla de malfaisants comme lui soumis à une « hiérarchie » aussi implacable qu’inconnue …

Ces deux approches « populaires », ici très succinctement résumées avec autant de naïveté grossière que d’erreurs illusoires, sont ….. de l’ordre du phantasme, et même du fantasme !!!

Peut-on trouver des points (poings ?) communs entre ces deux (et non trois) « qualificatifs » si difficiles, si délicats, si « opposés » (???!!!) dans ce magma informe que l’on nomme « société » ?

Par ailleurs je me permets de rappeler que contrairement à ce que l’un a pu « apprendre à l’école » (physique dite classique, notamment « Euclidienne » ) , il est avéré que les parallèles finalement n’existent pas … de plus la physique quantique est de plus en plus utilisée en tous domaines (informatique, santé, entr’autres…..) - https://fr.wikipedia.org/wiki/Physique#Th%C3%A9ories…….

Ceci posé, reste l’étude de cette opposition si facile, qu’elle en est grotesque …

« Dans tout chaos il y a un ordre »
Nous proposait Jung

Qu’il en soit ainsi espérons le …

484481_3708526106397_966674796_n

Ainsi donc nous semblons avoir une opposition, qui sait violente, entre l’Anarchiste et le Franc-maçon …

L’Homme étant l’homme, ce heurt apparent entre les deux individus ne peut être qu’un pléonasme, et ne serait de facto, à mon sens, que paradoxal …..

L’homme (sens générique bien sûr) est Unique (comme disaient Francis Blanche et Pierre Dac …), aussi il est admissible, raisonnablement, qu’il fut différent d’autrui, de lui-même également car face à un miroir se voit-il tel qu’il est ?

Ainsi donc je constate, raisonnablement,  qu’il n’a pas son « pareil » … Mais intuitivement, spirituellement en quelque sorte, je conviens qu’une part d’icelui est plus que probablement commune à « l’espèce » dont il fait parti …..

Or tu penses, toi, que ce point « commun » est qu’il « vit » !

Sans aller passer des lustres et des siècles de lumières, y compris à la « vitesse » de cette dernière (merci monsieur Einstein), et pour simplifier à l’extrême, la Vie est de fait et de jure « Énergie » …….

Je laisse à l’éclat « d’intelligence » que tu possèdes (même si tu l’ignores, même s’il n’est pas reconnu …) d’établir la chaîne d’Union des corrélations entre Énergie, Vibrations, Ondes, Physiques diverses (atomique, euclidienne,  … Quantique … (merci monsieur Planck)), matérialité, spiritualité, Connaissance, Savoir, et j’en oublie un certain nombre car si je peux avoir l’Heure, j’ai l’âge aussi qui embrouille mon devenir moléculaire et intellectuel …

Ici n’est pas le lieu de se plaindre égoïstement ! Passons donc …

Tu espères, muettement, un véritable duel entre ces deux personnages que finalement tu parais exécrer par « principe » (par « bêtise » dirais-je personnellement) car venant troubler, un tant soit peu, ta lénifiante paresse du boyau de la tête, celui qui pourrait parfois être une cervelle, avec des soubresauts de consciences …

Je ne suis pas narquois, il s’agit juste d’un constat lucide face à ta suffisance bouffie par l’hypertrophie de ton « ego », malsain qui plus est, bloquant sans scrupule tes rares capacités d’évolution. Il parait que l’homme descend du singe, que le singe descend de l’arbre, et bien toi tu y remonte à l’arbre, et avec moult difficultés en plus ….

Mais brisons là !

Or donc nous voici face à deux « individus » semble-t-il antagonistes, dans le fond et la forme … Grave erreur que voici !

En effet si chaque « humain » est différent et « unique », dans le cas précis que j’étudie très schématiquement, je discerne bien plus de points communs qu’opposés … et oui …..

J’ai eu la faveur, naguère, d’assister à une Tenue, en notre bonne cité de Nîmes, où l’orateur essentiel se nommait (oui il est passé à l’orient Eternel) Léo Campion, je te laisse le soin d’aller espincher sa biographie qui te laissera pantois, et sans voix je l’espère (pour toi comme pour moi).

J’ai souvenir d’un sourire malicieux, pétillant, débordant d’amour et d’humanisme traduit par des paroles gouleyantes, une richesse précise des mots, une chaleur enveloppante … bref j’étais sous le charme (dans son sens « magique ») du bruissement, perlé de rires discrets, de l’écoulement, non du temps, mais celui d’un ruisseau serein, d’un alizé caressant, d’une flamme éblouissante dans sa simplicité naturelle, bref la phrase « les pieds ancrés dans la terre, la tête dans les Étoiles » … devint là, en cet instant hors espace-temps, une réalité pour moi …..

Face à nous, à l’Orient, siégeait (et non « trônait ») un Anarchiste Franc-maçon, rassemblant ainsi ce qui est épars dans le fleuve spirituel d’une Tolérance « vraie » et « nue » …….

leo-campion

Interrogation !?

Comment cela peut-il être ?!

En nos sociétés sociétales si matérialistes et égoïstes nous avions, face à nous, hélas pas franchement comme un miroir, un Homme … humble qui plus est … dont nous ne pouvions (si tenté que nous l’eûmes voulu) déterminer la part de chacune de ces deux composantes qui forment le titre de ces lignes de souvenirs et d’hommages (non pas dommage !!!).

Mirage, osmose, miracle ?!?

a10

Non un Homme dans la plénitude de son être (aux trois composantes) qui se livrait sans fard, sans phare, dans un Atelier où il était « lui » ….. où nous tentions d’être ‘nous » ….. Quelle « leçon » que ce partage baignant dans la sincérité et l’humour, ruisselant d’amour pour le Vie …….

C’est avec Force (il était costaud), Beauté (une « aura » puissante) et Sagesse (l’âge, qu’il fut physique  ou symbolique) qu’il nous fit effleurer, sans le dire, les « convergences » (en un seul mot aurait-il sourit), sinon plus entre l’Anarchiste qu’il était, le Franc-maçon que nous reconnaissions sans l’once d’une poussière d’un doute.

Il nous a susurré, dans un murmure un brin narquois, un zeste ironique mais enrobé de la sincérité de sa fraternité de son sourire étincelant sans être aucunement agressif … « Ordo ab Chao », voilà fondamentalement ce qui lie et relie l’anarchiste au franc-maçon …

Un peu comme s’il avait Foi et l’espérance en la Charité …

Il n’empêche que cette attitude de jadis me laissa perplexe une poignée d’années, avant qu’une pâle lueur ne se fit jour dans ma cervelle embrumée de préjugés et d’à-priori malséant à un cherchant …..

L’anarchiste poursuit sa quête de Liberté pour lui et les autres, hors des contraintes si « bassement humaines »  scotchées à l’enivrement d’un pouvoir temporel, et pas que « financier » !

Le franc-maçon (reconnu comme tel par ses frères & sœurs) chemine sur la quête d’une évolution personnelle, permettant de partager ses acquis, et par là de faire, un tant soit peu, progresser la société par le biais de ses proches, mais non exclusivement !

L’anarchiste se réclame du triptyque « Liberté, Égalité, Fraternité », en clamant avec provocation « ni dieu, ni maître » … un Humaniste !

Le franc-maçon se réclame du même triptyque « Liberté, Égalité, Fraternité », en murmurant « Unité, Stabilité, Continuité »  … un Humaniste !

L’anarchiste privilégie les luttes contre les « inégalités » (toutes) …..

Le franc-maçon privilégie la lutte contre ses propres errances (toutes) …..

Deux lutteurs !!!

Ils se combattent parfois, la perfection n’est pas de ce monde … Les scories de l’humain sont ardues et longues à dissoudre dans une sérénité bienveillante, et tous deux, à leur manière y travaillent avec Force et Vigueur, et sans relâche, de Midi à Minuit car l’homme a aussi besoin de repos, même si il n’y aspire pas … pour tutoyer, par moment, la Sagesse …….

Alliance, comme l’Arche du même nom !!!

L’anarchiste veut changer la société, puis l’homme …

Le franc-maçon veut changer l’homme et la société …

Il m’apparait que sur l’essentiel, l’essence-ciel, les deux convergent (à ce mot Léo aurait éclate de son rire aussi puissant que communicatif) au-delà de ce que tu aurais pu penser non ?

N’ayons pas peur des mots : les deux sont « révolutionnaires » …

Hors la « violence » utilisable par l’un pour aboutir à détruire une structure humaine pour libérer les individus, par l ‘autre pour dissoudre l’ego de l’homme et libérer l’individu.

Une question apparemment de singulier et de pluriel, d’Unité et de Globalité, d’exotérisme et d’ésotérisme ……. hé oui …

Essaye de poser les deux mots, les deux termes, les deux concepts l’un sur l’autre …

Surprise !!!

Ils se fondent (dans tous les sens du terme) l’un dans l’autre, l’un avec l’autre sans aucune difficulté et pour ma part j’ajouterai avec « Harmonie » (mais ce n’est que mon ressenti).

D’ailleurs il n’est pas rare de rencontrer sur les sentiers de l’Anarchie, et les Chemins de la Franc-maçonnerie ce type atypique (pour toi) d’individu ayant réussi à « réunir ce qui est épars » en eux, mais aussi dans leurs actions concrètes, quotidiennes, sociétales ….., spirituelles aussi …….

Je te sens (intuitivement) déboussolé, désorienté, « destimbourlé », et même un peu abasourdi,  « ensuqué », bref et en un mot : désemparé !

Et c’est bien ainsi !

Tu viens (qui sait ?) de faire un premier pas sur cette nouvelle (pour toi) sente s’ouvrant soudainement à tes cinq sens, et aux autres …

Tu ne sais plus que croire, mais qu’importe, « croire ou ne pas croire » reste de ton domaine intime qui ne regarde que toi dans ta liberté personnelle que je respecte profondément.

Le seul but de « mon titre racoleur » est de titiller ta curiosité, réduire (autant que peut se faire) tes « à priori » standard issues du maelstrom de pseudo informations médiatiques et/ou distillées (grossièrement souvent) par  ce que l’on nomme (à tord à mon goût – ça n’engage que moi …) les « réseaux sociaux » fils bâtards de la « Toile » ….. Comme quoi le monde n’est qu’illusions, le « bien et le mal » ne sont que des perceptions strictement humaines, dans la « Liberté Humaine » qu’il convient de ciseler, nettoyer de toutes scories, des strates putrides et nauséabondes de cerveaux (oui bon ….) asservis par des « ego » délirant et déraillant !

J’assume bien volontiers mes propos …

Je soumet à tes réflexions (le pluriels pour te faire plaisir, c’est mon côté démago et taquin, parfois railleur) cette maxime déjà vue : « Ordo ab Chao » qui peut, elle aussi, s’interpréter selon diverses déclinaisons …

Pour te récompenser (c’est mon côté bonhomme, bon-homme) en voici quelques unes qui valent ce qu’elles valent, mais pas plus (ni moins d’ailleurs) : » l’Ordre naît du Chaos », « l’Ordre organise le Chaos », « l’Ordre est insécable du Chaos », et plus encore …….

Je te laisse Libre d’y apporter le cailloux de tes propres méditations, la pierre de ta compréhension, l’édifice dû à ton (tes) expérience(s) réelle(s), car tu es Libre, toujours quoique tu en penses … Et si tu divagues, diverges (ah Léo je devine ton sourire), tu glisses vers les bords boueux de ta route, n’oublies jamais « tu es et reste le seul responsable ! », dans l’instant, mais aussi dans tes futurs.

Pour ma part je n’omets jamais de porter mon regard vers la voie lactée dans la voûte étoilée …..

Toujours j’y distingue un regard,

et j’aime …

Chris

Octobre 6019

315826_180094642129372_646190971_n

Flamme 1 juin, 2019

Posté par hiram3330 dans : Billevesees & coquecigrues , ajouter un commentaire

Flamme

28951712_1801880846509955_6586036545428389888_n

Qui ne connaît icelle ? Qui ne sait que d’elle naît la Lumière,  du moins « une lumière » ? Qui ne sait qu’elle .. brûle .. en se consumant elle-même ? Qui ne sait … aveugle, sourd, muet et j’en passe, quasiment « tout le monde » connait icelle non ?

Pourtant nous parlons ici, de facto, d’Énergie ….. Et qui peut connaître l’Énergie vraiment hors les spécialistes « scientifiques » dont je ne suis pas, pas plus que toi je suppose ?

Paradoxe ?

Non !

Comme tant et tant de « choses », l’humain parle, discourt, explique, fait le « paon » alors que ses mots propres ne font que dissimuler une ignorance, non pas « crasse » mais partagée par une foultitude innombrable …..

Critique(s) ? Niet ! Constat …

Tu te dis soudainement :  » ça va chauffer ! « , l’œil gourmand et l’esprit marécageux ….

Non !

Malgré le titre du sujet, il convient de rester froid comme un iceberg à la dérive dans l’immensité du réchauffement climatique qui a débuté et accélère sans en voir l’air.

Alors pas de quoi s’enflammer ….. de se réduire en cendres ….., « homme tu es et poussière deviendras » !

Je « sens » par mes cinq sens, et plus, l’âcreté de ta soudaine angoisse face à l’inconnu de ce qui risque de suivre au travers de ces nuées de pixels qui défilent (pas au pas de l’oie, ni de Loi d’ailleurs) sur la grisaille de ton écran informatique hors de prix.

Des frissons agitent ta structure moléculaires, des gouttes de transpiration malodorantes forment des rus sur ta peau fripée de craintes d’avoir à voir ……. ta « propre » (façon de dire) image.

Concupiscent (en un seul mot) tu trépignes, bavant, imaginant qu’il va s’agir de la « fameuse » flamme (déclarée ou pas) liée aux instincts reproductifs de la gente animale dont tu fais parti ….

Non !

Tant pis pour tes phantasmes et tes fantasmes, il convient de rester de « bois » et pas celui dont on fait les « flûtes » (oui là je vois que tu as saisi l’allusion allusive qui barbote dans ce que tu nommes, orgueilleux, « Libido »).

Point de tout cela, tout ceci est inclus inévitablement dans les réflexions (lumineuses ?) alors passons outre (sans s’y abreuver), hélas nous connaissons la faiblesse de l’humain se débattant dans la Ténèbre de l’Alpha …

Qu’est-ce donc pour toi, pour moi une Flamme ?

Évidemment, ça brûle …. mais encore ?

Comment la faire naître ?

En frottant d’une certaine manière deux bouts de bois, en frappant entre eux deux silex pour créer l’Etincelle, avec une loupe concentrant l’ardeur de Râ, en observant la Foudre de Zeus venue de l’Olympe, et peut être plus encore ….

Aujourd’hui, fainéant que nous sommes, nous usons d’allume-feu évolué (heu …. disons comme ça ….) : Briquet, allumettes, en fait nous employons une méthode Alchimique des plus naturelle  qui  « transforme » non ?

Nous sommes des Alchimistes !!!

Et créant l’Etincelle Initiale d’aucuns pourraient même croire être un démiurge à l’égal de l’Incommensurable … L’équivalent, sinon être même  un (le ?) Grand Allumeur de l’Univers ….. Étonnant non ? Et que devient donc Tubalcaïn sinon son fils ardent et métallier …

Mais est-ce une réalité vécue, un doux rêve caressé, une illusion (de plus) dans notre monde matérialiste, onirique, parfois … spirituel ?

Je te laisse juge, enfin façon de parler si je puis dire, car « juge » je ne pense pas te faire assez confiance (toujours en un seul mot) pour l’être, et surtout pas pour l’Etre !

Et vlan, voilà un aller retour auquel tu ne n’attendais point ; 1 à 0 et balle au centre ( au Centre de l’Union ?) …

Ta « flamme » déjà vacillante vient de prendre un sacré (Sacré ?) coup d’air et se tord, et se crispe, et se fond (curieux ça !) dans l’Ether déplacé sous cette surprise (sans pochette car je n’en ai pas les moyens, ni les minimes d’ailleurs).

Flamme !

Qu’es-tu donc pour je puisse t’avoir élue comme sujet dans cet infime blog à lecteurs masochistes ?

Bonne question dont je n’ai pas la réponse, pas encore, pas tout à fée …

Tu chauffes ! Tu éclaires ! Tu consumes !

Peu de « choses  » peuvent résister à ton appétit vorace, ton baiser dévore, ton baiser fait fondre, ton baiser éclaire …..

Tu es ce que tu es !

A l’origine de notre préhistoire connue tu fus un dieu, tu fus Dieu destructeur incompréhensible, redoutable et redouté, issu du ciel via ce que l’on nomme, aujourd’hui, éclair ….

Ta propagation était irrésistible, seule l’eau du ciel venait t’étouffer et refroidir tes cendres noires et grises .. Spectacle titanesque que ces luttes fréquentes entre ciel et terre, avec des escarmouches dissimulées par les cavaleries de nuages déchirés de ces traits de feu qui embrasaient Gé !

Flamme tu te tordais de rage et de fureur dans ta course avide à la consumation des végétaux et des animaux, hommes y compris.

Un des quatre éléments tu es …

Origine tu sembles être dans notre matérialité cosmique, dans notre réalité planétaire, dans notre réalité microscopique …..

Flamme tu virevoltes, tu danses avec ton allié l’Air,tu as un regard brûlant vers ton « ennemi » l’Eau qui te guette prête à t’étouffer dans son infinitude de gouttes indestructibles et immortelles ……. comme toi d’ailleurs.

Tu réchauffes nos corps, nos cœurs et t’insinues dans nos passions humaines torrides, mais tu sais aussi réduire en poussières carbonisées nos espoirs et nos rêves.

Ambivalente tu es ?

Androgyne tu es ?

Immortelle es-tu ?

En tout état de cause tu n’es pas réellement spontanée, mais naissante d’un choc, d’une rencontre, d’un mélange détonnant …

Voici donc ta naissance, mais est-elle voulue ?

Hasard ? Mais celui-ci existe-t-il ?

Volonté ? Mais de qui et pourquoi ?

Nécessité ? Etape indispensable à une suite …?

A quoi sers-tu donc ?!?

Finalement ne serais-tu point une sorte de message caché, celé entre flamme-chaleur-fumée, source d’un futur nécessitant une carbonisation, c’est à dire une mutation, une sorte d’œuvre au Noir …….

Mon intuition me souffle que je brûle …..

Il est bon d’écouter et d’entendre son intuition, messagère des dieux, de soi-même, d’une réalité gisante dans une autre dimension …

Mais je reste perplexe, je reste fasciné, j’en reste même baba !

Flamme tu m’intrigues car je te soupçonne  de consumer des réalités hors réalité que je ne puis voir, tout au plus deviner, sentir, ressentir telle ta chaleur et l’odeur de tes actions visibles …

Mystérieuse tu es tel un mystère hors espace-temps …

Ma curiosité s’est enflammée devant ton mystère curieux qui attise ma propre curiosité me consumant ardemment.

J’en suis désorienté … J’en ai perdu le nord … reste le sud étouffant de ta domination … reste l’occident fin et étape vers l’ailleurs …..

Il me faut donc rester serein (serin aussi si je siffle) face à cette énigme issue du passé et se projetant vers l’à venir qui est multiple dans ses dimensions incalculables à mon esprit d’humain … mais je poursuis ma quête par une foultitude de chemins (y compris de traverses) en transpirant sous ta chaleur omniprésente.

Flamme tu me fascines !

Je te soupçonne de dissimuler bien des réponses, partielles, aux sens de ma Vie qui me tance lorsque je m’arrête en cours de route.

J’ose espérer que jamais ne s’éteigne ma curiosité brûlante à ton égard.

.Flamme

Aussi il m’arrive de quérir des esquisses de réponses en projetant mon regard vers cette Voie lactée, y découvrant un autre regard, en réponse, aussi ironique que tendre …..

1425619_10152547621176744_775881715103791024_n

Et j’aime !

Chris

juin 6019

Cheminement ….. 18 janvier, 2019

Posté par hiram3330 dans : Billevesees & coquecigrues , ajouter un commentaire

Cheminement …..

50088502_538561733311041_526408491926028288_n

Oui c’est bien noté « cheminement », et non Chemin …

Cheminement est la notion de déplacement, pas d’errance, vers un lieu, un but supposé connu ou inconnu, alors que « Chemin » paraît plus défini, est l’endroit emprunté pour aller (en principe) « d’ici » à « là bas » : nuance et plus … donc.

Il n’est pas rare d’entendre, ici ou là, ici et là, que le Cheminement est plus important que le but … Vaste débat philosophique, métaphysique …..

En ce qui me concerne, par l’expérience du vécu, j’ai une nette tendance à considérer qu’effectivement le Cheminement est de facto Le but ……. Bien sûr que le « but » nous est humainement imperceptible, enfin c’est mon cas, alors que les traces de mes pas dans la poussière de mon passé me renvoient sur mes avancées (positives ou pas, positives et négatives)  ;  une sorte de pavée mosaïque intimement personnel.

Cheminement est mouvement ! Mouvement est Vie !! Vie est … !!!

La Vie reste essentiellement « vibration(s) »,  donc « Énergie », mathématiquement (en quelque sorte) il peut en découler que « Cheminement » équivaut à « Énergie »  : ces deux termes seraient fondamentalement semblables en « concept » (mathématique, philosophique, métaphysique …..).

Du coup revient en ma mémoire une « vision bouddhiste »  qui précise que le « monde est illusion(s) » ……. Wouahhh, où cela va-t-il m’entrainer puisque Cheminement est Mouvement, illusion ou pas.

Je semble déjà m’égarer sur la voie (non ferrée) me transbahutant de gare en gare … Erreur !!! Double Erreur !! Je ne m’égare, ni suis transbahuté !

Dans le fond (si je puis dire) me voici en un point de départ … comme celui d’avant, comme j’espère celui de devant. Bref je suis en cheminement d’un point à un autre, en quelque sorte « pas à pas » jusqu’à mon « tré-pas » qui devrait, qui sait, me faire aller vers un point ….. « central » … et hors illusions illusoires …….

Non rassure-toi je n’ai ni bu de l’alcool, ni usé de produits « illicites » en regard des « lois humaines », tout simplement je laisse libre ma (faible) capacité de raisonnement (non pas de résonnement, moqueur que tu es !).

Cheminement est débuter par l’avancement d’un pied, puis de l’autre, et ainsi de suite dans le déséquilibre permanent  de mon être physique qui lutte pour ne point chuter … Il lutte « pied  à pied » ! « Pas à pas » ! Maât au secours !!!

Et puis, et puis je m’y fais, je mi fée ….

Bigre tentons autre chose, soyons fou … un pas de côté, un seul (pas d’excès) et hop retour dans le droit chemin, pour cheminer d’équerre …..

Ouf, ça a marché, mais j’ai eu tout de même un bref raté cardiaque à quitter ainsi, soudainement, la droite ligne où, hélas, il m’arrive de m’ennuyer … pourtant la « rectitude » ce n’est pas rien !

Ne rigole pas toi ! Essaie !! Et on verra …

15965069_1807308519520442_5724573749923675993_n

Et maintenant que vais-je faire ? M’arrêter ? Faire une halte ? Poursuivre ?

M’arrêter ? Alors que j’ai commencé avec curiosité (pour n’être point seul) à déambuler, un peu en dilettante certes, mais avec un réel enthousiasme du, probablement à mon jeune âge …

Faire une halte ? Encore jeunot je peux (je dois ?) éviter toutes pauses excessives ne pouvant que me mener à l’oisiveté, à grignoter ce qui est dans mon balluchon, à me mirer satisfait de ces pas dans le miroir que j’ai toujours avec moi, adolescence quant tu nous tiens …..

Poursuivre ? Jusqu’où ? je fatigue un peu déjà, rhumatisme et arthrose se conjuguent pour me ralentir, me faire hésiter, me faire tré-bucher lorsque je me risque à enjamber un autre moi-même découvert sur ce chemin …….

Que diantre avançons !!!

Une (fausse) interprétation du « marche ou crève » … mais je ne me déballonne pas ! J’enjambe, me retourne et je vois … la chair quitte les os ……. déjà !

Mais j’ose !!

Je prend la « forme », point par point, la redresse avec finalement guère de difficultés et me voilà « elle » …….

Cheminement où donc me mènes-tu sans désemparer, traversant la ligne droite définie par une équerre, pour m’accompagner dans des voies qui n’en sont qu’Une, la mienne. D’où mon face à face intime et ma contemplation frissonnante d’avec mon devenir humain.

« Meurs et deviens ! » (Goethe).

Je ne suis pas pusillanime .. l’obduration n’est pas mienne … mais plutôt tenté par l’alacrité ….. De plus j’ai une vision holistique de la Vie, je suis sensible à un avenir coruscant et flavescent ……. Alors, que diable je poursuit mon cheminement délaissant « Satan », préférant « Lucifer ».

En mouvement, ne veut pas dire sans pause !

Aussi je prends le temps, n’existant pas, de souffler (inspir/expir) après moult hésitations, de nombreuses interrogations, d’incommensurables méditation : me voici à un Seuil.

Je souffle oui, mais chancelle aussi devinant dans les limbes de ce seuil un Devoir, le mien maintenant !

D’autres péripéties m’accompagnent alors, d’une soif de vengeance à la maîtrise de l’architecture qui ne m’empêche point de m’égarer dans un gouffre au chemin lardé de nombreuses portes codées dont l’ultime me fait fuir d’effroi ! Mais je m’en sort, pas seul, accompagné que j’étais à cette occasion de deux larrons …

Enfin c’est « sous une voûte – sacrée - » que je suis « Elu », sans vote ….. oui je sais ce n’est pas « démocratique » … mas peu me chaut, c’est ainsi !

Je te sens vibrer d’une jalousie âcre ….. et bien … tant pis pour toi, je te laisse macérer dans ton acide sueur de déconfiture.

Une pause est bienvenue, pour calmer le cœur, apaiser l’esprit, reprendre souffle, réfléchir et méditer … et se restaurer itou !

Je suis mieux .. je n’ai pas envie de reprendre le « cheminement », s’abriter dans une routine quotidienne, en un lieu fixe a du bon dois-je concéder ;  je vais y songer et demain au réveil, au chant du Coq je trancherai, d’un coup d’épée bien sûr.

Avant cela je vais prendre l’air, balader dans le jardin d’à côté, là où foisonnent des roses …

« Qu’il est doux de ne rien faire quand tout s’agite autours de vous » (une anti-émission présentée par .. Personne ..) : Titre de naguère sur un média, titre que j’ai toujours apprécié, titre  qui me berce encore ….

Toutefois je m’interroge, sous ton regard scrutateur et sans vergogne : suis-je là où je devrais être, suis-je là au bout du bout de mon Cheminement, suis-je là car las de me mouvoir entre écueils, bourbiers, sables mouvant, imperfections que je devine à chaque miroir qui se dévoile, lui, à moi ?

Que Nenni !!!

Dans un sursaut d’orgueil (oui d’orgueil – ego toujours vivant), dans des frémissements de honte, dans un foisonnement de « curiosités & d’envies » je me dis : Nenni !!!

Certes je ne distingue même pas l’esquisse du commencement du début d’un But,

certes je n’entends pas le bruit rageur de mes pas retenus contre le gré de ma fierté blessée,

certes je ne marmonne plus aucune (fausses) excuses à ma somnolence passive, stérile et immobile !

Sacre Bleu ! Motivé je suis à nouveau pour aller ici ou là, ici et là où mon Intuition me guidera (accompagnée de ma Raison) pour cheminer encore sur les chemins broussailleux de mon cheminement encore celé.

Un Chevalier, un Élu se doit d’avancer, et le jardin que je pense avoir deviné me motive aussi par la couleur et les fragrances de ses Roses que je perçois au cœur de mon ombre lorsque luit Râ dans mon dos …..

Je m’élance .. ragaillardi par ces visions qui m’attirent, attirent mes sens, et au delà semblent me faire miroiter le passage au travers d’un miroir …

Ténèbre, Lumière, kaléidoscope où se cognent des images d’hier et de demain, des futurs éclairés, des épreuves difficiles, un chemin neuf (9 aussi je crois …), mais déjà je distingue comme un pallier cerné des ténèbres mais ouvert vers Une Lumière.

Je vais traverser un Pont, j’y suis contraint pour aller plus loin, plus profondément, vers moi et autrui … Il me faut obtenir la Liberté de Passage !

Un cheval apparait que j’enfourche, Chevalier que je suis pour au pas, au trot et enfin au galop franchir et dépasser des collines les une noires, d’autres blanches, au loin je crois même distinguer des rouges … Mon cheval, un destrier « pie » accélère encore de lui-même et me force à me cramponner à son col ….. Heureusement je n’ai point à brandir mon épée …

Au long de cette chevauchée « fantastique » je me laisse aller à mes rêves, à mes images d’un passé que je vois plus clairement, à mes mirages de demain qui sait … Tu voudrais savoir lesquelles ? Et bien Non ! Elles relèvent toutes de mon intimité  que je redécouvre dans un regard désormais différent.

Des combats défilent si vite que je ne perçois pas l’adversaire, moi peut-être ?

Des étapes ensablées dans la mouvance de mon « moi » ?

Une Epée brandie à mon poing et qui étincelle des rayons de Ré sûrement ?

Mon manteau blanc (je ne m’étais même pas aperçu de sa présence sur mes épaules !) frappé d’une croix pattée rouge tel le sang qui tambourine à mes tempes virevolte similaire à une Aura que je discerne à peine, avec peine, trouble même comme mes pensées en cet instant …

Me voici rendu, enfin j’imagine …

50394891_2161123437284514_5775468009267134464_n

Un campement, un camp fortifié où trône au centre une échelle double, curieux …..

La nuit rampe vers nous, aussitôt (aussi tard ..) il m’est demandé de « veiller » sur l’assoupissement serein des unes et des uns qui se calfeutrent dans leur manteau, sous une bâche, proches de flamme réchauffantes …….

Me voici seul ! En sentinelle dans cette obscurité qui me cerne et m’enserre, à veiller !! Je suis dans la Ténèbre un Veilleur !!!

Trois « ennemis » potentiels sont dissimulés, ici et là, maintenant comme toujours, dans les limbes de cette nuit à rêver de corrompre …

Seule la faible clarté d’une Lune complice, et les luminaires de la Voie Lactée, m’aident, dans le silence égratigné des bruits d’animaux qui rôdent en quête de repas, à rassembler mes pensées éparses … tout en gardant mes sens en alerte.

Mes pensées patinent un peu comme l’esquisse de mes futurs pas le long d’un chemin à reprendre, seul.

Tu t’étonnes, tu ronchonnes, tu m’injuries en silence (couard que tu es), mais est-ce réellement toi ? N’est-ce pas cet « ego » qui a prit ton apparence sardonique et colérique …

Les Ténèbres sont terribles … la Lune qui reflète le Soleil ne me suffit pas dans l’instant sombre ….. Il va me falloir reprendre mon Cheminement dans la clarté de la Lumière : « fais ce que dois, advienne que pourra » !

Tu en restes tout esbaudi … Tu penses (enfin si on veut) que tu vas pouvoir suivre mes pérégrinations comme un feuilleton en « live » … Que nenni !

Autant le(s) chemin(s) est (sont) publique(s)  (cf. chemin communal, départemental et autres..), autant le Cheminement ne peut être qu’intime ….. alors ton feuilleton tu te le fais pour toi même, par toi-même !! Et toc !!

Je ne peux qu’essayer de partager, avec toi, avec autrui, que mes propres sensations personnelles voilées sous les brumes d’allégories absconses, naturellement.

Et puis je n’ai pas terminé à randonner ainsi, partout et ailleurs, j’avoue même y avoir pris goût malgré les égratignures, les balafres,  les titubements et les chûtes provisoires qui me mènent à moi-même …….

Et une multitude, une foultitude de chemins me restent à parcourir dans mon éternel Cheminement.

Heureusement que ceux-ci se placent sous la voie lacté, complice de la voûte étoilée, qui balisent mes pas sous le regard complice comme toujours de …

Et j’aime.

Chris janvier 6019

1002pensamiento

Noël … 25 décembre, 2018

Posté par hiram3330 dans : Billevesees & coquecigrues , ajouter un commentaire

 

 

Noel

Billevesée … 25 novembre, 2018

Posté par hiram3330 dans : Billevesees & coquecigrues , ajouter un commentaire

Billevesée …

13133_166983436783806_1414338771_n

Douceur du son s’échappant de ce mot quel que soit le ton employé, trompeur ce terme guère utilisé aujourd’hui où « l’écriture » des SMS et autres Textos laisse pantois (ma génération ?) de la singularité d’une pseudo évolution de la langue (de bois ?).

Peu usité donc, et pourtant d’une actualité criante dans un silence de plomb délimité par les « écouteurs individuels » greffés de « longue » dans des oreilles (crasseuses ? Oui parfois !) servant de douves (à sec)  d’avec son environnement dégradé par les hurlements insanes d’humanoïdes à l’égoïsme exacerbé.

Ouf, ça c’est dit !

Mais encore ? allez vous me quémander, un sourire narquois figé sur votre face égarée entre l’écran de votre cellulaire portable, et celui de votre GPS d’automobile polluante, le regard braqué, comme une arme malsaine, sur l’écran de votre ordinateur (hors dinateur, or dix nattes heure, …) de bord , mais en fête face à ta face inexpressive soudainement.

Ne sursaute pas ainsi, tu risque d’abîmer tes prothèses auditives indispensables  à ton assourdissement volontaire … une fuite de toi-même en quelque sorte …

Un torrent con-tinuel de billevesées diverses et avariées t’inonde le neurone (ce qu’il en reste du moins – pas « du plus » naturellement !) et accentue le marécage boueux de ce qui est, parait-il, ton cerveau (serre veau ?) en bien piteux état …..

Passons ..!

Billevesée sied bien, je trouve (après avoir cherché), à notre contemporanéité quelque peu absurde, dévoyée, voire (horreur !!!) manipulée …

En fait ce terme suranné pour beaucoup, inconnu pour beaucoup plus, décore avec élégance intellectualisée les taches de nos quotidiens …..

N’ayons point crainte des « mots » : il s’agit d’un camouflage sordide malgré la légèreté aérienne de la sonorité mise en œuvre en le prononçant, la préciosité graphique supposée …….

Je suis ronchon j’en conviens !

Mais, mais billevesée reste quand même à la fois un charme et un piège, certains diront c’est kif-kif, je leur laisse cette interprétation fallacieuse … quoique .. qui sait.

Non je plaisante, c’est aussi mon côté taquin.

Toutefois ce terme qui résonne si bien à notre ouïe décrassée, raisonne itou à notre cervelle un peu encrassée elle. Et je ne parle pas que de moi ! Suis donc ton regard dans un miroir …. et toc !

C’est fascinant que de percevoir l’impact d’un mot via sa sonorité, parfois sa graphie, son historicité, son évolution temporelle aussi, bref ça nous rapproche d’un texte (fameux ?) où, dès le début du commencement il est noté : « Au Commencement était le Verbe, ou la Parole … » .

Intéressant que d’aller quérir icelui dans un bouquin qui a fait un tabac (merci M. Nicot), qui fait toujours l’objet de savantes exégèses par sa vision hors de notre sphère matérielle habituelle, pour aller caresser l’infinitude de l’immensité incommensurable … si je puis dire.

Me suis-je éloigné de « billevesée » ?

Ai-je égaré mes pas, mes trois pas, mon trépas en allant farfouiller dans ces lignes d’un Jean ?

Suis-je fantasque, irréfléchi, incohérent ?

Que nenni, mais je laisse aller vagabonder mes pensées (oui j’en ai plusieurs), je file après mes intuitions (oui elles sont plurielles), je course la moindre piste esquissée (oui il m’arrive, aussi, d’avoir du flair), alors ne me jalouse pas, dans une autre de tes réincarnations (si tu y parviens) qui sait si cela ne sera pas ton cas …

Billevesée !

Partir d’un terme plutôt négatif, ou déprécié, voire ironique, cachotier, dissimulateur, et j’en passe et des plus pire …. pour en arriver à un clin d’œil, un sourire, une pincée d’humour … n’est point là la preuve véridique de l’effet particulier de ce mot de jadis, toujours vivant, qui fée et des fées l’expression de celui qui l’utilise par écrit, verbalement, oralement, bref qui en use à bon escient dans la structuration sonore de son expression personnelle.

Voilà donc une richesse, une pépite (au chocolat je préfère), un diamant aux mille feux (mille feuilles pour les gourmands),  en dix lettres dont cinq voyelles (pas voyous) et quatre syllabes (comme les quatre éléments d’une alchimie linguistique), qui m’inspirent ce jour et te laisse pantois !

Qu’attendais-tu en cliquant sur ce titre interrogateur et intriguant ?

Crispé tu es face à ma question qui t’interroge bien plus que tu ne souhaiterais …. Voyeur est facile, mais toujours comporte quelques risques : en voici donc un !

Devant ton air que je devine ébahi, je me permets d’esquisser un sourire un peu narquois, après tout « qui cherche trouve » …..

Je divague .. alors que je disais « billevesée ».

J’aime bien ce mot !

Un souvenir d’un passé personnel où je tâtais, avec d’autre, de la « radio libre », dans une « zup » qui plus est .. au sein d’un foyer de jeunes travailleurs … Hélas le directeur d’icelui était un peu, pas trop, enfin nous ne pûmes continuer cette passionnante expérience enrichissante.

Et face à ses courriers « limites, limites » je fus celui (chance, hasard ?) qui trouvât la réponse idoine que je vous livre franco de port : « quand aux allégations d’icelui, ce ne sont que billevesées et coquecigrues » !!!

Oui il fut un temps où je m’exprimais avec une délicieuse délicatesse teintée d’ironie.

Je sais, j’ai changé, peut être même « évolué », qui sait me suis-je posé sur le Chemin du perfectionnement personnel, et de là … collectif ….. On se rassure comme l’on peut non ?

Billevesées que tout cela songes-tu jaloux que tu es (hais, haie ?) tout content (con-tant) d’utiliser ce terme que tu viens à peine (avec peine) de découvrir en glissant ton œil de voyeur dans ce blog qui s’amuse à te taquiner, à te faire tourner en bourrique, à te révéler … à toi-même ; Dur, dur n’est-il point vrai ?

Billevesées que tout cela rumines-tu grognon que tu es devant l’impasse de ta face qui te fixe, hagarde, dans ton miroir embué de tes pensées irritées et mesquines … Dur, dur n’est-il point vrai ?

Billevesées que ces mots qui dansent en farandole, et qui font la ronde autour de ta psyché égratignée, de ton ego agressé, de ton orgueil qui s’effrite (comme on dit en Belgique) en rigolant de ton désarroi que tu ne comprends pas, que tu ne « maitrise » pas apprenti que tu es ; Dur, dur n’est-il pas vrai ?

Mais qu’importe tes états « d’âme » (si tu as ça ….), l’éclat de ce son inaccoutumé balaye ces poussières un peu insanes, un peu étouffantes, ces … billevesées que tu t’es créé seul dans la médiocrité de ta dérive d’un Chemin que, comme tous, tu désirais entreprendre.

Oui, « billevesées » sont en toi (comme la force paraît-il ..), et hors les significations littéraires (et autres), elles expriment ton « mal être » que ton ego récalcitrant projette hargneusement sur autrui .. Transfert ? Hypocrisie ? A toi de voir après avoir entendu … j’espère.

Lève ton regard vers l’infini incommensurable de la Voûte Étoilée, celle qui se terre au plus profond de toi, et discerne,  comme moi cet autre « regard » qui te sourit avec compassion au sein de la Voie lactée.

Et dis-toi, comme je le dis : j’aime …

Chris

novembre 6018

11222_623636800989858_1522748012_n

 

12345...47

Aldaria Final |
A demi -mot |
DES LETTRES ET DES MOTS |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Aimé Comoé
| Les Poétiques Littérales
| Red Spirit