navigation

Digressions … ÉTUDE DE MAINS (Théophile Gautier, 1851) 10 février, 2024

Posté par hiram3330 dans : Digressions , ajouter un commentaire

ÉTUDE DE MAINS (Théophile Gautier, 1851)

534292_240265396112296_450192277_n

I IMPERIA

Chez un sculpteur, moulée en plâtre,
J’ai vu l’autre jour une main
D’Aspasie ou de Cléopâtre,
Pur fragment d’un chef-d’œuvre humain ;

Sous le baiser neigeux saisie
Comme un lis par l’aube argenté,
Comme une blanche poésie
S’épanouissait sa beauté.

Dans l’éclat de sa pâleur mate
Elle étalait sur le velours
Son élégance délicate
Et ses doigts fins aux anneaux lourds.

Une cambrure florentine,
Avec un bel air de fierté,
Faisait, en ligne serpentine,
Onduler son pouce écarté.

A-t-elle joué dans les boucles
Des cheveux lustrés de don Juan,
Ou sur son caftan d’escarboucles
Peigné la barbe du sultan,

Et tenu, courtisane ou reine,
Entre ses doigts si bien sculptés,
Le sceptre de la souveraine
Ou le sceptre des voluptés ?

Elle a dû, nerveuse et mignonne,
Souvent s’appuyer sur le col
Et sur la croupe de lionne
De sa chimère prise au vol.

Impériales fantaisies,
Amour des somptuosités ;
Voluptueuses frénésies,
Rêves d’impossibilités,

Romans extravagants, poèmes
De haschisch et de vin du Rhin,
Courses folles dans les bohèmes
Sur le dos des coursiers sans frein ;

On voit tout cela dans les lignes
De cette paume, livre blanc
Où Vénus a tracé des signes
Que l’amour ne lit qu’en tremblant.

II LACENAIRE

Pour contraste, la main coupée
De Lacenaire l’assassin,
Dans des baumes puissants trempée,
Posait auprès, sur un coussin.

Curiosité dépravée !
J’ai touché, malgré mes dégoûts,
Du supplice encor mal lavée,
Cette chair froide au duvet roux.

Momifiée et toute jaune
Comme la main d’un pharaon,
Elle allonge ses doigts de faune
Crispés par la tentation.

Un prurit d’or et de chair vive
Semble titiller de ses doigts
L’immobilité convulsive,
Et les tordre comme autrefois.

Tous les vices avec leurs griffes
Ont, dans les plis de cette peau,
Tracé d’affreux hiéroglyphes,
Lus couramment par le bourreau.

On y voit les œuvres mauvaises
Écrites en fauves sillons,
Et les brûlures des fournaises
Où bouillent les corruptions ;

Les débauches dans les Caprées
Des tripots et des lupanars,
De vin et de sang diaprées,
Comme l’ennui des vieux Césars !

En même temps molle et féroce,
Sa forme a pour l’observateur
Je ne sais quelle grâce atroce,
La grâce du gladiateur !

Criminelle aristocratie,
Par la varlope ou le marteau
Sa pulpe n’est pas endurcie,
Car son outil fut un couteau.

Saints calus du travail honnête,
On y cherche en vain votre sceau.
Vrai meurtrier et faux poète,
Il fut le Manfred du ruisseau !

 

SOURCE : http://lesmains.free.fr/index.php3?rub=302&poe=5

330622313_511532167832690_2901407896398306110_n

Digression … Les soldats de Siam 26 janvier, 2024

Posté par hiram3330 dans : Digressions , ajouter un commentaire

 

Image de prévisualisation YouTube

Digression … J.S. Bach : Toccata and Fugue in D minor BWV 565 / Liene Andreta Kalnciema live at Riga Cathedral 24 janvier, 2024

Posté par hiram3330 dans : Digressions , ajouter un commentaire

 

Image de prévisualisation YouTube

Digression … Mente, Cuerpo y Alma 20 janvier, 2024

Posté par hiram3330 dans : Digressions , ajouter un commentaire

 

Image de prévisualisation YouTube

Digression … Corrigeons la Langue Française 19 janvier, 2024

Posté par hiram3330 dans : Digressions , commentaires desactivés

Corrigeons la Langue Française

Personnages - cours de franais

1) On ne dit pas  » Bon appétit »

On dit :  » Bonne dégustation »

« Bon appétit » pourrait en fait signifier qu’il faudra du courage pour manger la nourriture qui se trouve devant soi et qui n’a pas l’air appétissante…

2) On ne dit pas « À vos souhaits  » lorsque quelqu’un éternue.

Pourquoi ?

Parce que tu ne sais pas si les pensées de la personne sont mauvaises. Et si tel est le cas, c’est mieux de ne pas l’encourager.

3) Si quelqu’un te dit « Merci »,

On ne lui répond pas « De Rien »

Pourquoi ?

Parce qu’un « Merci » vient toujours à la suite de quelque chose.

Dans ce cas, on peut juste répondre : « Je t’en prie ». .

4) Attention aussi à « L’expression de mes Salutations Distinguées ».

On exprime des sentiments, mais pas des salutations…

Il faut écrire : « Veuillez agréer, Monsieur, mes salutations distinguées (sans l’expression de).

5) On ne dit pas : « Au jour d’Aujourd’hui »

(ça ne veut rien dire, et c’est redondant…).

On dit : « Aujourd’hui  » (tout simplement) ou « À ce jour’ ‘

6) On ne dit pas :  « Je vous serai gré de », mais - »Je vous saurais gré » (« gré » s’emploie avec le verbe Avoir, et non pas Êtres).

7) On ne dit pas :   » Reporter à une date ultérieure  » ; si on reporte, c’est pour plus tard.

8) On ne dit pas :

 » S’avérer vrai » Il faut revenir à la définition du verbe s’avérer pour comprendre pourquoi cette expression est incorrecte.

S’avérer signifie en effet « se révéler vrai. ». Il s’agit donc d’un pléonasme d’utiliser s’avérer vrai.

Attention donc, il est encore pire de dire que quelque chose s’est avéré faux car cela se révèle être un Non-sens total.

9) On ne dit pas : « Moi, personnellement »

D’un point de vue formel, cette tournure n’est pas incorrect Mais c’est  » Un Pléonasme ». Si vous utilisez le Pronom « Moi », pas besoin d’en rajouter avec l’adverbe « personnellement », (et vice-versa) à moins que vous soyez perturbé et que vous doutiez de la légitimité de votre « Moi ».

Mais là c’est un autre problème.

Merci pour votre lecture et à très bientôt.

PETITS BIJOUX DE LA LANGUE FRANÇAISE

Le plus long mot Palindrome de la langue française est.

« Ressasser ».

C’est-à-dire qu’il se lit dans les deux sens

.« Institutionnalisation » est le plus long Lipogramme en « E ». C’est-à-dire qu’il ne comporte aucun « E».

L’Anagramme de.

« Guérison » est « Soigneur » C’est-à-dire que les deux mots comprennent les mêmes lettres.

« Endolori » est l’anagramme de son Antonyme « Indolore », ce qui est paradoxal.

« Squelette » est le seul mot masculin qui se finit en « ette ».

« Où » est le seul mot contenant un « u » avec un accent grave.

Il a aussi une touche de clavier à lui tout seul !

Le mot « Simple » ne rime avec aucun autre mot.

Tout comme « Triomphe », « Quatorze », « Quinze », « Pauvre », « Meurtre , « Monstre », « Belge », « Goinfre » ou « Larve »….

« Délice », « Amour » et « Orgue » ont la particularité d’être de genre masculin et deviennent féminin à la forme plurielle.

Toutefois, peu sont ceux qui acceptent l’Amour au pluriel. C’est ainsi !

« Oiseaux » est, avec 7 lettres, le plus long mot dont on ne prononce aucune des lettres :

[o], [i], [s], [e], [a], [u], [x] 

« Oiseau » est aussi le plus petit mot de langue française contenant toutes les voyelles. Eh oui. C’est fini pour aujourd’hui.

À vos claviers pour d’autres mots de la Langue Française qui vous paraissent BIZARROÏDES

francais-langue

Digression … Pierre Dac, le best of | Archive INA 18 janvier, 2024

Posté par hiram3330 dans : Digressions , ajouter un commentaire

 

Image de prévisualisation YouTube

Digression … Allez Papa 14 janvier, 2024

Posté par hiram3330 dans : Digressions , 1 commentaire

BONJOUR PAPA

 pa80

Tu étais ouvrier agricole. À onze ans, tu labourais déjà avec un cheval. À 80, tu descendais de ton dernier tracteur… Et, voici quelques années, alors que tu venais de souffler tes 91 bougies, tu partis pour trop longtemps de l’autre côté du chronomètre.

Ne connaissant pas ta nouvelle adresse, je ne t’écris pas souvent, le vent, le chant des oiseaux et la course des étoiles étant mieux qualifiés que moi pour te donner des nouvelles du monde…

Mais aujourd’hui et peut-être car j’aimerais pouvoir compter encore un peu sur toi, je viens te parler de ce monde qui, justement, n’y est plus tout à fait.

D’ailleurs, en parlant d’école, ceux de ta génération faisaient moins de fautes et savaient mieux compter avec un simple certificat d’études que la plupart de nos bacheliers.

D’ailleurs, à la télé, il n’y a plus que des séries policières, ça tire de tous les côtés, des meurtres en veux-tu en voilà.

Tu sais même plus si c’est les informations ou du cinéma.

J’ai entendu dire aussi qu’il n’y aurait bientôt plus de pièces ni de billets, seulement des instructions sur des boites vocales et des chiffres sur des écrans d’ordinateurs.

L’argent, c’est trop sale…

Je te jure, ce ne sont pas des conneries. Arrête de rigoler, tout est vrai. Et attends, tu vas voir ce que nous réservent les “forces de progrès”.

Si tu revenais, tu ne reconnaîtrais pas ces garrigues où tu taillais la vigne entre deux bourrasques de tramontane gelée. Là-haut, les écolos ont planté leurs grands tourniquets blancs pour brasser du vent aussi futile que leurs idées.

Et des idées, ils n’en manquent pas…

Tiens, récemment l’un d’entre eux a supprimé le sapin de Noël, une autre veut “éliminer” les hommes, certains veulent interdire le Tour de France.

Un peu partout, les églises flambent, mais il ne faut pas en parler. Des détraqués s’en prennent à la République, mais il n’est pas certain qu’ils le fassent exprès.

Bientôt nous ne pourrons plus rouler en voiture.

Pour désherber, même sur les coteaux il va falloir reprendre la pioche.

Un philosophe, qui sait certainement ce que travailler veut dire, préconise d’arrêter l’utilisation des moteurs pour avoir recours à l’énergie musculaire “animale ou humaine”.

Ils sont allés chercher des ours dans les Carpates pour les installer dans les Alpes et les Pyrénées.

Ils protègent les loups pendant que les troupeaux sont décimés. Et ils tirent des citoyens au sort pour imaginer le futur de nos paysans.

Parce que ceux-là ont une “opinion”, tu comprends.

Ils ont des idées…

Même si certains ne savent pas faire la différence entre une aubergine et un navet.

Les chasseurs aussi en prennent plein la gueule, les cirques n’auront bientôt plus d’animaux.

Et, tiens-toi bien, parce que celle-là il fallait la trouver, la viande sera remplacée par des steaks végétaux fabriqués dans des labos.

Comment expliquer ça à un gars comme toi qui descendais les rangées de vigne avec un sac de 50 kilos d’engrais coincé sous chaque bras, qui célébrait l’entrecôte et honorait le gigot, qui n’étais même pas rassasié après une centaine d’escargots ?

Toi l’épicurien qui me conseilla un jour, alors que je sillonnais une parcelle longtemps restée en friche, de changer de sens parce que je ne suivais pas la bonne pente, celle que l’eau devait emprunter naturellement, celle que seuls les anciens connaissaient et que l’on ne pouvait distinguer à l’œil nu.

Parce qu’il en va, je le crois, de l’eau et du cours des rivières comme de celui de l’histoire.

Si nous perdons les repères, si nous oublions la réalité, si nous ne transmettons pas le savoir avec cette part consubstantielle de sensibilité qui demeure la part la plus profonde de l’homme, les sources vont se tarir.

Et les chemins, qui sont parfois ceux de nos libertés, risquent de se refermer sur la misère et le chaos…

 

Allez papa, je te laisse…

Et surtout ne regrette rien !!!

pp9

12345...54

Aldaria Final |
A demi -mot |
DES LETTRES ET DES MOTS |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Aimé Comoé
| Les Poétiques Littérales
| Red Spirit